top of page
Naviguez dans
nos rubriques

Édouard Glissant, en archipel


( fac-similé emprunté à la page Facebook de Michel Simonot )


Cet article vous est offert par les humanités, média alter-actif. Pour persévérer, explorer, aller voir plus loin, raconter, votre soutien est très précieux. Abonnements ou souscriptions ICI.


« L’archipel est plus qu’une réalité géographique, il dessine un paradigme.» Selon Édouard Glissant, il offre une nouvelle mesure du monde fondée sur les relations. Dépassant la traditionnelle opposition entre îles et continents, il suppose une reconnaissance de chaque lieu, chaque langue, chaque culture, au sein d’une globalité relationnelle. L’archipel implique ainsi une conception dynamique de l’identité qui n’existe que par la mise en contact des différences, lesquelles ne cessent d’échanger et de se métamorphoser. La créolisation est le nom d’un tel processus qui concerne aussi bien la vie sociale que les modes de connaissance. À l’inverse d’une pensée des enfermements identitaires, elle manifeste, sans morale, la transformation archipélique des humanités. »


(extrait de « Le paradigme de l’archipel », in Archipels Glissant, sous la direction de François Noudelmann, Françoise Simasotchi-Bronès, Yann Toma, Presses Universitaires de Vincennes, collection Littérature Hors Frontière, 2020)


VIDEO Édouard Glissant, penseur de la créolisation, France-Culture, août 2021.


Mots-clés :

198 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page