top of page
Naviguez dans
nos rubriques

Congo : massacre dans un camp de personnes déplacées


Une jeune fille qui faisait partie des dizaines de victimes d'une attaque de la milice

en République démocratique du Congo dans la nuit de mardi à mercredi a été soignée

par un agent de santé à la clinique Salama de Bunia, la capitale de la province d'Ituri, jeudi.


« Ils ont survécu aux fusils et aux machettes au Congo. Ils veulent que le monde le sache ». Pour eux, le photojournaliste Finbarr O'Reilly témoigne dans le New York Times : jeudi dernier, l’attaque d’une milice contre un camp de personnes déplacées, théoriquement sous protection de l’ONU, a fait une soixantaine de morts et une cinquantaine de blessés.


Ce reportage, issu du New York Times, vous est offert par les humanités, média alter-actif. Pour persévérer, explorer, aller voir plus loin, raconter, votre soutien est très précieux. Abonnements ou souscriptions ICI.


Après un assaut effronté contre un camp de personnes déplacées, la semaine dernière, qui a tué environ 60 personnes, les blessés les plus graves ont été transportés par avion jusqu'à la clinique Salama de Bunia. Les enfants et les adultes étaient bandés et encore sous le choc lorsque je suis arrivé à Bunia, une grande ville poussiéreuse qui est la capitale de la province de l'Ituri, dans le nord-est de la République démocratique du Congo. Environ 36 heures auparavant, ils avaient été attaqués alors qu'ils dormaient sous des tentes dans un vaste camp qui abrite environ 20.000 personnes déplacées. Ils avaient fui vers ce camp particulier, appelé Plaine Savo, pour la plupart au cours du mois dernier, pensant qu'ils seraient protégés d'une milice anti-gouvernementale par les soldats de la paix des Nations Unies et les campements de l'armée congolaise basés à seulement un kilomètre de là. La milice a tout de même attaqué mardi soir, tirant des coups de feu et brandissant des machettes. « On nous a crié de rester dans nos tentes, alors nous n'avons pas bougé au début », raconte Janine Lotsove, qui s'était réfugiée dans le camp avec ses sept enfants. « Mais ensuite nous avons entendu les rebelles déchirer d'autres tentes à proximité et commencer à découper les gens à la machette. Ceux qui restaient dans leurs tentes étaient massacrés, alors nous avons commencé à courir avec nos enfants et ils nous ont tiré dessus. »


Près de 5,6 millions de Congolais ont été déplacés,
selon l'agence des Nations unies pour les réfugiés

Cet assaut est l'un des plus importants depuis près d'un an dans la région orientale du pays, en proie à la violence, à la corruption et aux tensions ethniques. Près de 5,6 millions de Congolais ont été déplacés, selon un décompte effectué en novembre par l'agence des Nations unies pour les réfugiés. Plus d'un million d'autres ont fui le pays, qui compte environ 90 millions d'habitants, pour trouver refuge aux États-Unis ou en Europe.

Un commandant des forces de l'ONU dans la région m'a dit qu'ils étaient arrivés au camp de Plaine Savo aussi vite que possible en empruntant des routes pleines d'ornières. Mais en 20 minutes, la milice avait massacré une soixantaine de personnes et en avait blessé au moins 50, selon les responsables de l'aide humanitaire. Janine Lotsove, 33 ans, qui s'était réfugiée dans le camp avec ses sept enfants, a reçu une balle dans le genou alors qu'elle fuyait la milice.


Janine Lotsove, 33 ans, s'était réfugiée dans le camp avec ses sept enfants

et a reçu une balle dans le genou alors qu'elle fuyait la milice.


Vingt-et-un des blessés les plus graves ont été transportés par hélicoptère à la clinique de Salama, soutenue par Médecins sans frontières - l'une des rares organisations caritatives qui travaillent encore sur les lignes de front, alors que la région est de moins en moins sûre. Il y a jusqu'à 120 milices différentes qui terrorisent cette partie du Congo.

Avant l'attaque, j'avais passé les deux semaines précédentes à documenter les survivants de crimes de guerre commis il y a vingt ans pour la Cour pénale internationale. Je ne voulais pas prendre des photos de nouvelles attaques.

J'ai vécu et travaillé au Congo de façon intermittente au cours des 20 dernières années et, depuis deux ans, je mène un projet de collaboration avec une douzaine de photographes congolais pour illustrer le dynamisme de la vie ici, au-delà de la portée étroite du conflit. Mais en documentant les crimes de guerre passés, j'ai appris l'importance de recueillir des preuves d'atrocités au moment où elles se produisent pour essayer, aussi difficile que cela soit, de tenir les auteurs responsables.

Le groupe de miliciens que tout le monde appelle CODECO - la Coopérative pour le développement du Congo - serait responsable de l'attaque de mardi, selon le gouvernement. Il s'agit de l'une des pires attaques récentes, mais la violence s'est intensifiée depuis mai, lorsque le gouvernement a déclaré la loi martiale dans la région : Plus de 800 décès y ont été enregistrés au cours des six derniers mois de 2021, selon Kivu Security Tracker, un projet de défense des droits de l'homme.

À la clinique, avec l'aide d'un interprète, nous nous sommes déplacés dans les petites salles en parpaings et avons constaté que la plupart des blessés étaient des enfants, dont beaucoup n'ont pas été identifiés, séparés de leurs familles dans la bousculade chaotique pour les transporter par avion afin de les soigner. J'ai compté trois adultes.

Nous leur avons demandé : "Voulez-vous raconter votre histoire sur ce qui s'est passé ? Si oui, je suis là pour vous écouter. Si non, c'est bon." Mais chaque adulte voulait parler et être photographié, et les adultes ont donné leur accord pour que leurs enfants soient photographiés. Ils voulaient que leurs histoires soient entendues.


Rosinne Vive, assise à gauche, âgée d'environ 7 ans, et Cecile Shukuru, 13 ans, assise à droite, ont survécu

à des coups de machette et ont été transportées par hélicoptère à la clinique.


Les Lendu, qui sont généralement des agriculteurs,
ont une rivalité de longue date avec les pasteurs hema,
qui remonte à la période coloniale, laquelle a exacerbé les divisions ethniques.

Assises côte à côte en silence sur un lit, Rosinne Vive, âgée d'environ 7 ans, avait des blessures de machette sur la tête et le cou, et Cecile Shukuru, 13 ans, avait des entailles de coups de machette sur l'épaule. Catherine, 11 ans, la cousine de Rosinne et Cecile, a perdu connaissance après avoir été opérée pour réparer une fistule causée par une balle qui avait traversé ses fesses et ses parties génitales. Catherine et sa mère, Mme Lotsove, ont toutes deux été abattues alors qu'elles s'enfuyaient.

Plusieurs autres enfants avaient des blessures à l'aine, dont une fillette de moins de 10 ans qui avait été agressée sexuellement pendant l'attaque. « Il semble qu'ils aient ciblé les filles et qu'ils aient spécifiquement essayé de leur tirer dessus dans la zone génitale », déclare le Dr John Kakule Ngendo, directeur de la clinique.

Mme Lotsove, 33 ans, déclare que ses sept enfants ont réussi à survivre à l'attaque. Elle est soignée pour une blessure par balle au genou. Mais elle indique que son frère et ses deux enfants avaient été tués à coups de machette.


Une femme tient la main de Catherine Lotsove, 11 ans,

alors qu'elle est en train de perdre conscience à la clinique de Salama.


« La nuit de l'attaque », dit-elle, « les gens couraient dans toutes les directions. Je me suis cachée dans une tente voisine avec ma fille et j'ai réalisé qu'elle avait été abattue elle aussi. » Elles se sont cachées là jusqu'à ce que les forces de l'ONU arrivent et chassent la milice.


Logo Lupka, 65 ans, avait fui son village une semaine seulement avant l'attaque du camp. Il a reçu une balle dans la hanche. Ses six enfants ont survécu, mais sa femme a été tuée après avoir été touchée par une balle dans la tente à côté de lui. « Ils vont l'enterrer aujourd'hui », dit-il. « Seul Dieu peut m'aider maintenant ».

Logo Lonu, un fermier de 31 ans, de l'ethnie Hema, s'était réfugié au camp avec sa femme et ses cinq enfants depuis trois semaines après avoir fui les attaques contre son village natal.

Les attaquants de la milice CODECO appartenaient à un groupe ethnique différent, les Lendu. Les Lendu, qui sont généralement des agriculteurs, ont une rivalité de longue date avec les pasteurs hema, qui remonte à la période coloniale, laquelle a exacerbé les divisions ethniques.

Lorsqu'ils ont entendu les tirs dans le camp, « nous avons pensé que les Lendu ne pouvaient pas venir nous chercher », déclare Logo Lonu : « Nous sommes dans un camp de déplacés et il y a un camp de l'armée et une base de la MONUSCO à proximité. Je suis sorti pour voir et quelqu'un était devant la porte et m'a tiré dessus. La balle m'a manqué et je suis retourné à l'intérieur, mais il a ensuite tiré dans la tente et j'ai été touché à la jambe. Mon garçon de 13 ans a également été touché au bras ». Dans la tente qui se trouvait à côté de la sienne, neuf personnes ont été tuées. « Je n'avais aucun moyen de me défendre, pas même une machette », dit-il, « je pensais que j'allais juste mourir ».


L’auteur (texte et photos) : Finbarr O'Reilly, photojournaliste né en 1971 au pays de Galles, vit à Dakar au Sénégal. Il est le photographe en chef de Reuters Ouest et Centre Afrique. Il a documenté la pauvreté des Afrikaners dans la réserve de Coronation, une communauté nomade de quatre cents personnes vivant à Krugersdoorp, au nord-ouest de Johannesbourg.

Il a reçu le Word Press Photo en 2006 et 2019, et en 2020, le Prix Carmignac du photojournalisme pour un projet consacré à la République démocratique du Congo.


45 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

1 Comment


Pas de commentaires.... merci pour ce reportage...

Like
bottom of page