top of page
Naviguez dans
nos rubriques

Enquête sur la santé de Vladimir Poutine


L'isolement maximum auquel s'est contraint Vladimir Poutine pendant la longue séquence du COVID-19, et l'extrême distance installée avec ses rares interlocuteurs directs (comme lors de son entrevue avec Emmanuel Macron), trahissent peut-être autre chose que des tendances paranoïaques, comme il a pu être dit. Plus exactement : le président russe avait peut-être de bonnes raisons de nourrir une certaine phobie vis-à-vis du virus. La crainte que le coronavirus ne vienne très sérieusement aggraver un cancer de la thyroïde ? L'enquête du média indépendant Proekt, que les humanités publient in extenso, n'affirme rien de définitif. Cette enquête révèle toutefois d'étranges pratiques, comme ces bains de sang de cerf, censés améliorer le système cardiovasculaire et rajeunir la peau. Elle met surtout à jour des problèmes de santé durables qu'aurait éprouvé Vladimir Poutine (notamment liés à une chute de cheval), et fournit des informations précises et inédites sur la noria de médecins dont s'entoure le président russe, particulièrement à des moments où il cesse d'apparaître en public.


Cet article, issu du média en ligne Proekt, vous est offert par la rédaction des humanités, média alter-actif. Pour persévérer, explorer, aller voir plus loin, raconter, votre soutien est très précieux. Abonnements ou souscriptions ICI


EN GUISE D’ÉPIGRAPHE - De nombreux souverains ont rêvé de prolonger leur vie, tant physiquement que politiquement. Mais le résultat était toujours le même. Dans les années 1920, l'un des dirigeants des bolcheviks, Alexandre Bogdanov, également médecin et philosophe, a créé la théorie du "collectivisme physiologique" : on supposait que les vieux bolcheviks transmettraient leurs convictions aux jeunes par le biais de transfusions sanguines, se rajeunissant ainsi eux-mêmes. Les expériences menées avec le sang de Maria Ulyanova et de Leonid Krasin ont convaincu Joseph Staline, qui ne comprenait rien à la science, de donner à Bogdanov le célèbre bâtiment du marchand Igumnov dans la rue Yakimanka à Moscou - l'Institut de transfusion sanguine y a été établi. Cependant, l'institut a rapidement été mis à la porte car Bogdanov est mort lors d'un échange de sang avec un jeune étudiant. Le corps du vieux bolchevik a rejeté le sang du jeune, enterrant ainsi la théorie du collectivisme physiologique. Cependant, les bolcheviks, fascinés par les nouvelles idées médicales, ont prélevé le cerveau de Bogdanov et l'ont donné, ainsi que celui de son ancien camarade du Parti, Vladimir Lénine, à l'Institut du cerveau pour qu'il soit étudié. Après plusieurs années de recherches infructueuses de signes physiologiques de génie dans le cerveau du leader du prolétariat mondial, les autorités ont également abandonné cette entreprise. L'Institut du cerveau a été fermé, et les cerveaux de Lénine, Bogdanov et d'autres révolutionnaires ont été découpés et cachés dans des flacons, dont personne ne s'est soucié pendant longtemps.


Le 7 octobre de cette année, le président Poutine va fêter son 70e anniversaire. À cet âge, Joseph Staline avait déjà eu sa deuxième attaque cérébrale, Leonid Brejnev était devenu si impotent que le véritable pouvoir était passé à son entourage, Iouri Andropov n'a pas vécu jusqu'à un tel âge et Boris Eltsine a démissionné en mauvaise santé. Mais comme le dit le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, la santé de Poutine est "excellente". À en juger par les images télévisées, le président de la Russie ne peut vraiment pas être comparé à ses prédécesseurs : il fait de l'exercice, se promène dans la taïga et ne tombe malade que lorsqu'il est enrhumé. Si l'on en croit ces informations, Poutine n'aura aucun mal à diriger la Russie jusqu'en 2036, comme le lui permet sa constitution qu’il a fait modifier. Mais est-ce si sûr ?


Dès le début du premier mandat de Vladimir Poutine, le Kremlin a commencé à dissimuler des informations sur la santé du jeune président de l'époque, même lorsqu'il est tombé de cheval et s'est blessé au dos.


- « Je m'entraînais. Il se trouve que le cheval s'est cabré devant la barrière, et j'ai fait un saut périlleux, un vrai saut périlleux - boum ! » C'est l'un des rares aveux de Poutine concernant des problèmes de santé, l’an dernier. Il a immédiatement repris ses esprits, ajoutant qu'il était tombé « assez confortablement » sur de la sciure de bois.

Occupant le fauteuil de chef d'État à l'âge de 47 ans, Poutine a exploité au début de sa carrière présidentielle l'image d'un homme actif dans la force de l'âge. Si l'on considère qu'en 2002, le leader national a conçu un enfant hors mariage avec sa maîtresse, Svetlana Krivonogikh, cette image n'était pas loin de la vérité et était certainement vraie par rapport à son prédécesseur à la présidence, gravement malade et souffrant d’addiction.


À ses débuts, Poutine était rarement examiné et accordait peu d'attention à des problèmes tels qu’une fièvre, se souvient un fonctionnaire qui travaillait avec le chef d'État à l'époque : « Il ne pouvait reporter une réunion au soir que s'il souffrait d'une infection grave ». Cependant, il était si important pour le Kremlin de créer une image de président mâle alpha qu'il a été décidé de ne rien dire du tout de mauvais sur sa santé. Les autorités ont essayé de ne pas reconnaître la moindre fièvre, sans parler des blessures sportives, comme celle dont Poutine a parlé en 2021.

Tomber de cheval était un pourtant véritable problème. Le chef de l'État était un cavalier passionné dans les années 1990, et il n’a pas échappé à des blessures liées à cette activité, selon une connaissance du président et un fonctionnaire de son administration. L'une de ces chutes de cheval a même été assez grave : Poutine « n'a même pas pu se remettre sur ses pieds » pendant un certain temps et a dû suivre un long traitement médical, selon une de ses connaissances de l'époque.


Il est possible que ce traumatisme ait eu lieu en 2012. Le 4 novembre de cette année-là, jour de la fête de l'unité nationale, les chaînes de télévision d'État ont diffusé des images du dépôt de fleurs au monument à Minin et Pozharsky sur la place Rouge. Poutine et le patriarche Kirill ont pris part à la cérémonie. Toutefois, le président n'a pas été montré dans la diffusion télévisée. Le service de presse du Kremlin n'a pas publié de vidéo de l'événement sur son site officiel, s’en est tenu à des photos . Il a expressément interdit aux agences de presse de mentionner dans leurs articles que Vladimir Poutine boîtait. Mais les images sont devenues virales sur Internet grâce au site du Patriarcat de Moscou, où la vidéo non éditée de la cérémonie a été publiée. La video peut toujours être visionnée sur YouTube.


Au moment de la cérémonie sur la Place Rouge, il était évident pour les fonctionnaires qui travaillaient avec Poutine que quelque chose n'allait pas. En septembre, le président traversé en boitant le sommet de l'APEC à Vladivostok, puis le Kremlin a commencé à annuler les vols officiels de Poutine les uns après les autres. En décembre, les choses ont encore empiré : le protocole présidentiel a reçu pour instruction de ne pas prévoir plus d'une heure pour tous les événements - le chef d’Etat ne pouvait pas rester assis plus longtemps pour des raisons de santé. Le concert au théâtre Bolchoï, pour marquer le 200e anniversaire de la victoire sur Napoléon, a même été expressément raccourci à une heure. Et finalement, Poutine ne s'est même pas présenté à ce court événement. Enfin, fin 2012, il n'a pas été en mesure de recevoir le premier ministre japonais au Kremlin. Shihiko Noda lui-même a fait état de la mauvaise santé du dirigeant russe à l'époque. Des responsables ont déclaré de manière informelle que « le président porte un corset et doit subir une opération du dos ». C'est alors que le Kremlin a eu recours à des images d’archives - des réunions préenregistrées entre Poutine et ses subordonnés. Cela lui permettait de disparaître discrètement aux yeux des journalistes et du pays tout entier. Au fil du temps, le nombre de ces disparitions a augmenté. Tout comme le nombre de ses problèmes de santé:


En novembre 2012, tous les voyages d'affaires, les vols longue distance et les événements au Kremlin et à Novo-Ogaryovo ont été annulés, certaines réunions ont été enregistrées à l'avance.


Du 5 au 15 mars 2015, Poutine n'apparaît pas en public, toutes les réunions sont préenregistrées.


Du 9 au 16 août 2017, le président visite l'Abkhazie et Sotchi avec des journalistes, puis le Kremlin publie des "images en boîte" pour toute la semaine suivante.


Février 2018. En pleine campagne électorale, le président annule tous les événements publics du 12 au 14 février. Le porte-parole du Kremlin admet que le chef de l'État a « attrapé froid ».


Du 13 au 29 septembre 2021, "auto-isolation", tous les événements se déroulent par liaison vidéo.


En vieillissant, les préoccupations relatives à la santé et à la longévité ont tellement accaparé le président qu'il a même montré un intérêt pour la médecine non conventionnelle, bien que de nombreux membres de sa famille soient des médecins.


Vladimir Poutine aime les animaux. Mais pour sa santé, il est prêt à accepter une procédure qui est une torture pour les animaux et est en outre médicalement discutable. Mais depuis la fin du deuxième mandat présidentiel de Poutine, sa santé est une priorité nationale.

Au printemps, les cornes (ou bois) du cerf rouge de l'Altaï, poussent au rythme de plusieurs centimètres par jour. À ce moment-là, les bois ne sont pas encore ossifiés, ils sont mous et pleins de sang. On prétend que l'extrait de ces cornes a un effet thérapeutique, de sorte qu'il existe toute une industrie pour l'extraction de la pantocrine, la substance active extraite des bois de cerfs. À cette fin, les animaux sont attachés et suspendus à une machine spéciale, de manière à ce qu'ils pendent sans défense, et les cornes vivantes sont coupées - souvent avec une scie à métaux ordinaire. Les défenseurs des droits des animaux comparent cette expérience à la torture que représente l'arrachage des ongles d'une personne.


Serguei Choigou, alors ministre des situations d'urgence, a été la première personne de l'élite russe à s'intéresser aux bains de sang de cerf. Au milieu des années 2000, Serguei Choigou a emmené Vladimir Poutine dans l'Altaï pour la première fois, le convainquant des bienfaits de ce traitement, censé améliorer le système cardiovasculaire et rajeunir la peau. Lors d'un de ces voyages, Poutine s'est immergé dans une baignoire contenant un extrait odorant de bois de cerf remplie de sang. Poutine a apprécié, et depuis, il est retourné plusieurs fois dans l'Altaï.

Les élites du Kremlin ont rapidement repéré le nouveau passe-temps de Poutine. Les bois de cerf et autres moyens de prolonger la jeunesse sont rapidement devenus populaires parmi les hauts-fonctionnaires. Un ancien fonctionnaire de l'administration présidentielle affirme qu'il s'est lui-même rendu à ces séances de bains dans l'Altaï où il a notamment rencontré le maire de Moscou, Sergueï Sobianine. Le patron de Gazprom, Alexey Miller, et son entourage sont eux aussi de ces « traitements sanguinaires ». Au moins une fois par an, ils font acheminer à Moscou, par jet d'affaires, des conteneurs avec des extraits de bois de cerfs l'Altaï. Une autre destination populaire pour les fonctionnaires est plus simple : les traitements anti-âge dans la station de cure de Kivach, qui appartient à Viatcheslav Smorodin, un politicien de Russie Unie [le parti de Poutine], propriétaire de la société Karelnerud. L'alcool y est interdit, mais on y pratique des lavements quotidiens, se souvient un fonctionnaire du Kremlin, affirmant y avoir rencontré nombre de ses collègues.


L'intérêt de Poutine pour la médecine non conventionnelle semble étrange si l'on connaît un fait important concernant le président : il est entièrement entouré de médecins. Sa fille aînée, Maria Vorontsova, est diplômée de la faculté de médecine de l'université d'État de Moscou. Elle est rapidement devenue un chercheur de premier plan au Centre russe d'endocrinologie, puis est devenue actionnaire de Nomeko, un projet médical qui met au point de nouvelles méthodes de traitement du cancer, entre autres. L'associé de Maria Vorontsova dans cette entreprise est Yury Kovalchuk, un ami du président par le biais de la clinique Sogaz-Medicine.

Un cousin de Poutine a été chirurgien pédiatrique toute sa vie, sa femme Diya est gynécologue, et leurs trois enfants ont suivi une formation de psychiatre. Cependant, ils n'exercent pas tous leur profession, préférant cela à faire carrière grâce à leurs relations : Mikhaïl a été nommé vice-président de Gazprom, et Anna, avec son mari Sergueï Tsivilev, qui a d’abord repris la société de charbon Kolmar, avant de devenir en septembre 2018 gouverneur de l'oblast de Kemerovo.

Leur sœur (cousine de Poutine) Tatiana est restée médecin et a réussi dans cette profession. Ce lien de parenté est confirmé par les documents dont dispose le Projet. Elle est en outre propriétaire de la société Plitex avec son frère Mikhail, qui est actuellement le vice-président de Gazprom. Denis Poutine, le fils de Mikhail, possède lui aussi une participation dans la société. Sur le site web de l'école n° 58 d'Ivanovo, Tatyana Yevgenyevna figure dans la section "histoire de l'école" en tant que diplômée exceptionnelle sous deux noms de famille - Ptashuk et Putina. Enfin, elle et la mère de la maîtresse de Poutine, Svetlana Krivonogikh, ont possédé le même appartement à Sotchi à des moments différents. Avant que Poutine ne fasse de la grande politique, Tatiana a épousé un médecin, Anatoly Ptashuk, et a travaillé discrètement dans un hôpital psychiatrique à Vladimir. L'année où son parent a été élu président, Tatiana Ptashuk a déménagé à Moscou, où elle a d’abord travaillé au ministère de la Santé, puis elle est devenue directrice adjointe de Biotek, une société pharmaceutique privée. Dès que Tatiana Ptashuk a rejoint l'entreprise, Biotek a adhéré au programme d'État pour la fourniture de médicaments aux bénéficiaires des allocations. Depuis lors, l'entreprise est invariablement en tête des plus grands bénéficiaires des achats de médicaments de l'État. Aujourd'hui, Tatiana Ptashuk est directrice adjointe de l'Hôpital clinique central de Sivtsev Vrazhek, où sont traités les fonctionnaires du Kremlin et du gouvernement.


La fille de Tatiana Ptashuk, Elena, est également connue dans la communauté médicale. Cette petite-nièce de Poutine a épousé Vasily Zhidkov et a pris la tête de RZD-Medicine sous son nom de famille. Elle a conservé son nom de famille même après son second mariage, au cours duquel elle a épousé le citoyen américain Yevgeny Mullakandov, qui est également associé à la médecine. Il est le co-auteur d'un programme de prédiction de santé assisté par le génome, modestement intitulé I'm Genius. Il est également associé à Socmedica, une société qui a mis au point une application permettant d'identifier les risques de complications liées au COVID-19.

Peut-être qu'à un moment donné, ce proche entourage médical a convaincu Poutine de se rendre plus souvent chez le médecin. Et peut-être y avait-il à cela de bonnes raisons…


Poutine vieillissant est désormais accompagné d'une énorme équipe de médecins, dont un chirurgien-oncologue


À l'ouest de Moscou, à Krylatskoe, se trouve un immense espace occupé par l'Hôpital clinique central (HCC). C'est cette institution médicale qui est responsable de la santé des hauts fonctionnaires - il y a des salles VIP, des communications spéciales et la sécurité. C'est ici, dans ce qu'un médecin contacté pour cette enquête appelle le "département des médecins personnels", que Poutine a rendu des visites de plus en plus fréquentes au fil des ans. Il décrit comment les patrons de l'hôpital l'accueillent à son arrivée, puis le remettent entre les mains des médecins qui sont affectés au président. L'un de ces médecins est depuis longtemps Dmitri Verbovoy. Apparemment, Il s'agit apparemment d'un spécialiste de la réanimation ; il est cité sur Internet comme auteur d'un manuel sur les soins d'urgence pour les maladies aiguës, les blessures et les empoisonnements.


Toutefois, au fil des ans, ce n'est pas tant Poutine qui rend visite aux médecins de l'hôpital clinique central ; ce sont eux qui lui rendent visite : les médecins se rendent en avion aux résidences de Poutine et l'accompagnent dans ses déplacements. Et ces voyages offrent une occasion unique de comprendre pour quoi Poutine est traité et qui le fait.

Vladimir Poutine a passé une grande partie du mois de mai 2017 dans son endroit préféré, Sotchi. Le lendemain du défilé de la victoire, il s'est rendu dans sa résidence méridionale de Bocharov Ruchei et a participé le soir même, à un brillant match de hockey au Palais des glaces de Sotchi. Son équipe, les Hockey Legends, a écrasé ses rivaux sur le score de 17-6, et le chef d'État a contribué de manière décisive à cette victoire en marquant sept buts. Le match n'a été entaché que d'une seule chose : le légendaire vétéran Pavel Bure a accidentellement percuté le président, qui est tombé, faisant presque un saut périlleux.

La chute de Poutine au match de hockey à Sotchi, le 10 mai 2017


Après le match, le président a quitté le site par ses propres moyens, mais le même jour, un certain Konstantin Arkadyevich Sim s'est enregistré au sanatorium Rus, qui fait partie de l'administration présidentielle et est situé juste à l'extérieur de la résidence de Poutine. Il y est resté jusqu'au 18 mai. Konstantin Arkadyevich Sim est un traumatologue orthopédique. Mais plus important encore, cet homme est l'un des médecins qui traitent régulièrement le président de la Russie.


Paradoxalement, après avoir caché pendant de nombreuses années des informations sur la santé de Poutine, les autorités ont rendu publiques des informations sur les médecins du président. Le fait est que tout l'entourage de Poutine à Sotchi, y compris les médecins, est logé dans quatre endroits : près de la station de ski de Laura, au Grand Hôtel Polyana et à l'Hôtel et Spa Polyana 1389 (qui sont tous la propriété de Gazprom), ou près de sa résidence dans les sanatoriums de Rus ou de Sotchi susmentionnés (qui font partie de l'administration présidentielle).

Le contrat entre l'Hôpital clinique central et les hôtels pour l'hébergement des médecins est publié sur le site des marchés publics avec les actes de réception des services rendus. Dans ces actes, on peut trouver les noms des médecins et les dates de leur résidence dans les hôtels sur une période de quatre ans, de 2016 à 2020. Il ressort clairement de ces documents que les médecins comme Konstantin Arkadyevich Sim ont pris l'avion spécifiquement pour voir Poutine - les dates coïncident soit avec les visites officielles du président à Sotchi, soit avec les périodes de ses mystérieuses disparitions. En 2016-2017, le président était régulièrement accompagné par une moyenne de cinq médecins à Sotchi. Quatre autres médecins, dont le médecin ORL Alexei Shcheglov et le spécialiste des maladies infectieuses Yaroslav Protasenko, séjournaient ainsi au Rus en même temps que Konstantin Arkadyevich Sim.

Pendant cette période, un ensemble assez standard de spécialistes de garde a travaillé avec le président, et tous apparaissant à Sotchi en même temps que le chef de l'État. Ainsi, pendant la majeure partie du mois de mai 2017, les médecins allaient et venaient, mais le 29 mai, ils sont tous partis en même temps. Ce même jour, le président est d'abord parti pour Paris, puis pour Saint-Pétersbourg. Le 21 juillet, Vladimir Poutine est retourné à Sotchi pour rencontrer le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev. Le spécialiste des maladies infectieuses Yaroslav Protasenko, le spécialiste ORL Alexei Schegelov, le réanimateur Ilya Dybunov (qui a un doctorat en anesthésiologie) et le neurochirurgien Elena Shevchenko étaient tous arrivés à Sotchi la veille du retour du président. Le lendemain des entretiens avec le président azerbaïdjanais, le président est apparemment resté à Sotchi pour se reposer, et les spécialistes ont été rejoints par un médecin ambulancier, Sergei Snezhko.

De temps à autre, le nombre de médecins qui sont auprès du président russe augmente de façon spectaculaire. Au moins deux occasions, Poutine a subi soit une opération chirurgicale, soit une intervention très sérieuse, très probablement dans la région de son dos. Le 25 novembre 2016, le président a rencontré au Kremlin l'acteur Steven Seagal, puis a disparu jusqu'au 1er décembre : pendant tout ce temps, le site Internet du Kremlin a publié des "images en boîte" et a signalé que Poutine avait des conversations téléphoniques. À ce moment-là, pas moins de douze médecins se sont succédé au sanatorium de Rus. D'abord, un groupe de médecins personnels de Poutine est arrivé, dirigé par Verbov. Puis un groupe de neurochirurgiens de l'hôpital clinique central, dirigé par Oleg Myshkin, les a rejoints pour deux jours. Alors que le réanimateur du CCB Pavel Sharikov, était déjà à Sotchi, ils ont fait venir en plus la spécialiste du département de neurochirurgie Elena Rastrusina, ainsi que l'infirmière en chef Lyudmila Kadenkova. Au même moment, Mikhail Tsykunov, rééducateur et médecin distingué, est arrivé à Sotchi. Le traitement s'est manifestement bien déroulé : le 1er décembre, Poutine prononçait un discours devant l'Assemblée fédérale.


En 2019, Poutine a de nouveau eu besoin d'aide. Le week-end du 30 novembre et du 1er décembre, le président était à Sotchi. Au minimum, il y avait des réunions de travail à Naltchik le 29 novembre, et le 2 décembre, il a tenu une réunion à Sotchi, sans apparaître en public. À ce moment-là, un nombre record de treize médecins sont venus lui rendre visite, dont les mêmes spécialistes du service de neurochirurgie de l'hôpital clinique central, dirigé par Myshkin, rejoints par Elena Denisenko, spécialiste des lésions de la moelle épinière, et Gulfiya Abdulina, infirmière en chirurgie.

Un tel nombre de médecins semble fort élevé si l'on suppose que les problèmes de Poutine se limitent à sa colonne vertébrale. Mais en fait, ce n'est pas le cas.

Le 13 février 2019, le dirigeant russe a reçu son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko à Sotchi. Pour démontrer leur bonne santé, les deux dirigeants sont allés skier dans la même station Laura (propriété de Gazprom). Au même moment, deux spécialistes des soins intensifs, un neurologue, un dermato-vénérologue, deux ORL et un chirurgien oncologue séjournaient au Polyana 1389 Hotel and Spa.

L'oncologue-chirurgien Evgeny Selivanov est l'un des accompagnateurs médicaux les plus fréquents de Poutine. En quatre ans, le médecin a pris l'avion 35 fois et a passé au total 166 jours avec le chef d'État. Il était présent près de Poutine aussi bien lors de son séjour officiel à Sotchi que lors des "disparitions" du chef de l'État. En août 2017, Poutine a disparu des yeux du public pendant une longue période, du 8 au 16 août. Pendant tout ce temps, six médecins étaient à Sotchi, dont l'oto-rhino-laryngologiste Shcheglov et le chirurgien oncologue Selivanov.

Seuls les oto-rhino-laryngologistes Igor Esakov et Alexey Shcheglov se rendent plus souvent auprès de Poutine que le chirurgien oncologue - ce dernier a pris l'avion 59 fois et est resté à ses côtés pendant 282 jours. Tous trois travaillent très souvent ensemble - en quatre ans, ils se sont rendus à Sotchi au moins 18 fois.

Les maladies de la thyroïde, y compris le cancer, sont généralement diagnostiquées en premier lieu par un oto-rhino-laryngologiste, après quoi un oncologue et un chirurgien interviennent dans le traitement, explique le médecin israélien Michael Fremderman.

Poutine a publiquement démontré son intérêt pour le problème du cancer de la thyroïde. En juillet 2020, il a rencontré le chef du Centre national de recherche médicale en endocrinologie, Ivan Dedov - il est par ailleurs le parrain de Maria, la fille aînée de Poutine. Ivan Dedov a parlé au président de la forte prévalence du cancer de la thyroïde, et a parlé d'un nouveau médicament hormonal, le Tirojin, qui combat les métastases après une intervention chirurgicale.


Vladimir Poutine et le chef du Centre national de recherche médicale en endocrinologie Ivan Dedov


Au début de l'automne dernier, Poutine se comportait étrangement. Après une longue période d'isolement due à la pandémie de COVID-19, le chef de l'État a enfin commencé à sortir en public. Le 13 septembre, il a rencontré des athlètes paralympiques. À cette occasion, le président ne s'était pas encore assis à l'écart des gens à une longue table, il a même permis aux athlètes de l'entourer étroitement. C'est ainsi, debout dans une foule de personnes, que Poutine a soudainement annoncé qu'il devait se mettre en isolement parce que trop de personnes autour de lui étaient malades du coronavirus.

La nouvelle a surpris jusqu’à l'entourage du président. Son porte-parole, d'abord confus, a démenti les propos du chef de l'État - le président aurait parlé d'isolement "au sens figuré". Néanmoins, Poutine s'est isolé dès le lendemain, a participé à l'élection de la Douma depuis son bureau et n'est pas apparu en public pendant tout le mois de septembre. Dans les milieux médicaux, on pense que le président a subi pendant cette période une procédure compliquée liée à une sorte de maladie de la thyroïde, selon une connaissance du médecin en chef de l'un des grands hôpitaux dont les spécialistes ont participé au traitement.

Si, par le passé, Poutine avait l'habitude de se distancer des gens ordinaires au sens figuré, après septembre, il a commencé à le faire de manière plus directe. Même avec les dirigeants du monde, les chefs d'État français et allemand, qu'il a assis de part et d'autre de très longues tables, les membres du gouvernement gardent désormais la même distance avec lui.

La véritable relation entre le dirigeant et les gens ordinaires en Russie peut être facilement comprise à partir de l'épisode suivant. Poutine a traversé la pandémie de COVID-19 comme aucun chef d'État au monde ne l'a jamais fait : le président russe a tenu la plupart de ses réunions par liaison vidéo, et n'a autorisé les rares visiteurs à le voir qu'après une quarantaine de deux semaines et un test de selles. Il était évident que la santé du dirigeant était la priorité numéro un.


Enquête réalisée pour Proekt par Mikhail Rubin, Dmitry Sukharev, Mikhail Maglov, Roman Badanin, avec la participation de Svetlana Reuter (Meduza).

Traduction les humanités


Proekt, média interdit par le Kremlin

Fondé en 2018, le média en ligne Proekt est connu pour ses investigations sur la corruption des élites russes. Il a notamment publié plusieurs longues enquêtes sur des collaborateurs richissimes du président Vladimir Poutine. En juillet 2021, le parquet russe a interdit Proekt, au motif que ses « activités présentent une menace à l’ordre constitutionnel et à la sécurité de la Fédération russe » (Lire sur Le Monde du 15 juillet 2021)


1 436 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page