top of page
Naviguez dans
nos rubriques

Guerre en Ukraine : les forêts en première ligne


Une route forestière dans la région de Chernihiv après de violents combats suivis du retrait des troupes russes, avril 2022.

Photo Marko Djurica / Reuters


PORTFOLIO. Depuis 17 mois de guerre en Ukraine, les forêts sont en première ligne. Des milliers d'hectares ont d'ores et déjà été détruits. Meduza, média indépendant qualifié par le Kremlin "d'organisation indésirable", a documenté en images ce désastre écologique taille XXL.


"Après moi, le déluge". Cette expression (attribuée à Madame de Pompadour à l’adresse de son amant Louis XV lors de la défaite, le 5 novembre 1757 à Rossbach, des troupes franco-autrichiennes face à l’armée prussienne du Roi Frédéric II) sied fort bien, aujourd'hui, à Vladimir Poutine. L'information, en France, est passée inaperçue : à la mi-juillet, la Douma d’État russe a adopté, en première lecture, une proposition de loi qui autoriserait la déforestation totale autour du lac Baïkal, y compris dans la zone protégée. Après que le Kremlin ait fait interdire, sur le sol russe, les principales ONG internationales de défense de la nature, dont le WWF, c'est open bar à volonté ! L'annonce de la Douma a tout de même provoqué une certaine émotion en Russie même (où une pétition a recueilli plus de 80.000 signatures) : pour le Dr Leonid Korytny, président de la section d'Irkoutsk de la Société géographique russe (RGS), c'est une "décision insensée [...] qui entraînera la mort du lac, la violation de toutes les lois et règles existantes, tant russes que mondiales".


Il faut savoir que l'interdiction de l'exploitation forestière près du lac Baïkal avait été l'une des premières interdictions documentées lorsque le mouvement environnemental a commencé en Russie. Mais ça, c'était le passé, et du passé, les sbires du Kremlin sont naturellement disposés à faire table rase.


En Ukraine, faute de pouvoir accomplir les plans de conquête initialement prévus, l'armée russe (comme ce fut le cas en Syrie pour déloger les rebelles opposés au régime d'El Assad) n'a de cesse que de détruire : politique de la terre brûlée, qui vise des symboles du patrimoine (comme récemment, à Odessa), laisse derrière elle des villes entièrement détruites (Marioupol, Bakhmout...), inonde des régions entières (l'ampleur du désastre écologique consécutive au dynamitage du barrage hydroélectrique sur le Dniepr reste à mesurer)...


Depuis 17 mois de guerre en Ukraine, les forêts sont en première ligne. Des milliers d'hectares ont d'ores et déjà été détruits. Les étendues boisées sont devenues les seuls abris disponibles pour les soldats qui tentent de se cacher des drones de reconnaissance. Les forêts ukrainiennes sont alors devenues le théâtre de combats particulièrement intenses et la cible d'incessants tirs de missiles et d'artillerie. Depuis octobre 2022, un "front forestier" existe au nord de la rivière Siverskyi Donets, près de la ville de Kreminna (Lire ICI). D'importantes forces russes et ukrainiennes s'y sont affrontées, bombardant et pilonnant la forêt avec tous les types d'armes disponibles, des véhicules de déminage aux puissantes bombes aériennes. Dans le même temps, l'armée russe poursuit sa pratique de longue date consistant à miner pratiquement chaque bande de forêt dans le nord de la région de Zaporizhzhia et dans le sud de la région de Donetsk.


Nous reproduisons ici un portfolio publié par Meduza, média russe indépendant (installé depuis 2014 en Lettonie), qualifié "d'organisation indésirable" par le Kremlin (Lire ICI). En d'autres termes : cachez ce désastre que nous ne saurions voir.


La rédaction des humanités


Le parc naturel national des Montagnes saintes est situé dans la partie nord de la région de Donetsk. Pendant plusieurs mois en 2022, l'une des lignes de front de la guerre a traversé la forêt le long de la rivière Siverskyi Donets, jusqu'à ce que les forces armées ukrainiennes libèrent le parc à l'automne. En mars 2023, les signes des combats de l'année dernière étaient encore visibles dans ces forêts. PhotoIhor Tkachov / AFP.


Forêt à Kreminna, juin 2023. Photo Sasha Maslov pour The Washington Post.


Un soldat ukrainien dans la forêt de Kreminna, en juin 2023. Des traces d'incendie sont visibles. Les combats se poursuivent dans cette forêt depuis le mois d'octobre et les troupes russes n'ont pas réussi à forcer les unités ukrainiennes à quitter la zone. Photo Anatolii Stepanov / AFP.


Un obusier D-30 camouflé tire sur les positions russes près de Kreminna. Les forêts ont fourni aux soldats des deux camps une protection contre les drones de reconnaissance et d'attaque. Photo Associated Press.


Une partie brûlée de la forêt de Kreminna près de Yampil, en novembre 2022. Le village a été capturé par l'armée russe en mai et libéré par l'Ukraine en septembre. Photo Andriy Andriyenko / Associated Press.


Une bande de forêt minée sur la route Izioum-Slovyansk. Les soldats russes appelaient cette section la forêt de Sherwood. D'avril à septembre 2022, ils ont tenté de s'en emparer, mais ont finalement été contraints de se retirer. Un grand nombre de mines et de munitions non explosées subsistent dans la forêt. Photo Marek M. Berezowski / Anadolu Agency.


Traces de combat dans le parc national des Montagnes sacrées, en octobre 2022, lorsque les forces armées ukrainiennes ont repris des parties de la forêt sur les rives du Siverskyi Donets. Photo Carl Court.


Mines antichars dans la forêt près de la rivière Mokri Yaly, non loin de Velyka Novosilka, dans le sud de l'Ukraine, été 2023. À la veille de l'offensive ukrainienne, les troupes russes jalonnent toutes les étendues et bandes boisées du sud des régions de Donetsk et de Zaporijjia. Photo Diego Herrera Carcedo / Anadolu Agency.


Des équipements russes brûlés dans une zone forestière incendiée de la région de Kharkiv après l'offensive victorieuse de l'Ukraine à l'automne 2022. Les autorités régionales tentent de débarrasser les forêts de la ferraille et paient les habitants pour la ramasser. Photo Mykhaylo Palinchak / SOPA Images.


Des pins endommagés par des tirs d'artillerie dans une forêt à l'extérieur de Boucha, dans la région de Kyiv, théâtre d'intenses combats entre février et mars 2022. Photo Pavlo Dorohoi.


Fragments de roquettes dans une forêt brûlée à la périphérie de Mykolaiv, août 2022. Photo Stanislav Kozliuk / Reuters.


Forêt inondée près du village de Demydiv après l'explosion d'un barrage sur la rivière Irpin, le 28 février 2022. Photo Yasuyoshi Chiba / AFP.


Les arbres emportés par l'inondation consécutive à la rupture du barrage de Kakhovka ont été transportés jusqu'à la mer Noire et se sont échoués sur le rivage près d'Odessa. Photo Art-Studio / Vida Press.


Les résultats d'une frappe d'artillerie dans la région de Kherson. Photo Mykhailo Palinchak / Vida Press.


Les humanités, ce n'est pas pareil. Entièrement gratuit et sans publicité, édité par une association, le site des humanités entend pourtant fureter, révéler, défricher, offrir à ses lectrices et lecteurs une information buissonnière, hors des sentiers battus.

Pour encourager cette aventure, dès 1 € :



Mots-clés :

141 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page