top of page
Naviguez dans
nos rubriques

Inde : la presse dans le viseur de Narendra Modi



Il ne fait pas bon être journaliste au Cachemire indien : entre 1990 et 2018, au moins 19 journalistes y ont été tués. Loin de défendre la liberté de la presse, le Premier ministre indien, Narendra Modi, s'attaque aujourd'hui à la presse, européenne mais aussi indienne. Les humanités invitent Anuradha Bhasin, rédactrice en chef d'un journal indépendant au Cachemire, en première ligne des persécutions et menaces du pouvoir central.


Pour grandir, ou simplement continuer, les humanités, média alter-actif et engageant, ont besoin de vous. Pour s'abonner : ICI. Pour s'inscrire à notre infolettre : ICI


Voici quelques jours, le 7 mars dernier, Volker Türk, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, a encore fait part de "la situation préoccupante des droits de l’homme au Cachemire avec l’Inde et le Pakistan". Et selon le quotidien belge La Libre, "New Delhi accentue ses efforts pour intimider des médias et des gouvernements européens afin de bloquer des informations nuisant à sa réputation. Le gouvernement fondamentaliste hindou de Narendra Modi a ainsi lancé une enquête du fisc dans les bureaux de la BBC à Delhi et Bombay du 14 au 16 février derniers. Ces perquisitions motivées par des soupçons d’évasion fiscale ont eu lieu quatre semaines après la diffusion en Grande-Bretagne d’un documentaire critique envers le Premier ministre Narendra Modi. La BBC revenait notamment sur la responsabilité du chef de l’exécutif dans un pogrom antimusulman qui avait fait près de 2 000 morts en 2002.

Si New Delhi tolère de moins en moins la couverture médiatique européenne, la presse indienne est elle aussi dans le viseur de Narendra Modi. C'est dans ce contexte que les humanités publient une tribune de Anuradha Bhasin, rédactrice en chef d'un journal indépendant au Cachemire indien, The Kashmir Times, très sérieusement menacé.

Anuradha Bhasin, rédactrice en chef du Kashmir Times


Dans la soirée du 19 octobre 2020, alors que les journalistes et les photographes du Kashmir Times se dépêchaient de respecter les délais, des représentants du gouvernement et de la police ont fait irruption dans les bureaux du journal à Srinagar, ont chassé le personnel et ont mis un verrou sur la porte, qui est toujours en place aujourd'hui.


Pour moi, ce raid était une punition pour avoir osé remettre en question les politiques du Premier ministre indien Narendra Modi. Le journal, dont je suis la rédactrice en chef, est une voix indépendante dans l'État du Jammu-et-Cachemire depuis qu'il a été fondé par mon père en 1954, traversant plusieurs décennies tumultueuses de guerre et d'occupation militaire. Mais il pourrait ne pas survivre à M. Modi. Ses politiques répressives en matière de médias détruisent le journalisme cachemiri, intimident les médias pour qu'ils servent de porte-voix au gouvernement et créent un vide informationnel dans notre région d'environ 13 millions d'habitants.


Aujourd'hui, M. Modi prend des mesures qui pourraient reproduire ce modèle inquiétant à l'échelle nationale. Son mouvement hindou-nationaliste, qui a normalisé l'intolérance et la violence à l'égard des musulmans indiens, a déjà exercé une forte pression sur la presse indienne, autrefois très dynamique : des journalistes ont été surveillés et emprisonnés, et le gouvernement a eu recours à des tactiques musclées à l'encontre des médias pour s'assurer une couverture médiatique favorable. Mais en janvier, des projets d'amendements aux directives sur les médias numériques ont été introduits, qui permettraient essentiellement au gouvernement de bloquer tout contenu qu'il n'aime pas.

En d'autres termes, le reste de l'Inde pourrait finir par ressembler au Cachemire.


En 2019, le gouvernement de M. Modi a brusquement révoqué le statut d'autonomie du Cachemire sans consultation publique de la population du territoire, a envoyé des milliers de soldats et a coupé l'accès à l'internet. La fermeture a duré près de six mois, obligeant des centaines de journalistes à faire la queue pendant des heures pour publier leurs articles sur un seul site désigné qui disposait d'un accès à Internet. Chaque journaliste disposait de 15 minutes pour le faire. Depuis, la vitesse de l'internet est atrocement lente.


L'année suivante, de nouvelles règles ont été introduites pour permettre aux fonctionnaires de qualifier le contenu des médias au Cachemire de "fausses nouvelles, plagiat et manque d'éthique ou anti-national" et de punir les journalistes et les publications. Les règles stipulent - ironiquement - que l'objectif est de "promouvoir les normes les plus élevées en matière de journalisme".


Les journalistes sont régulièrement convoqués par la police, interrogés et menacés d'accusations telles que la violation de l'impôt sur le revenu, le terrorisme ou le séparatisme. Plusieurs journalistes de renom ont été détenus ou condamnés à des peines de prison.


Nous travaillons dans la peur. Fin 2021, j'ai parlé à un jeune journaliste, Sajad Gul, qui était harcelé pour ses reportages. Craignant d'être arrêté, il m'a dit qu'il dormait tout habillé chaque nuit et qu'il gardait ses chaussures à côté de son lit - ce qui est inhabituel au Cachemire, où l'on a l'habitude d'enlever ses chaussures avant d'entrer dans une maison - au cas où il devrait s'enfuir rapidement. Il a été arrêté en janvier de l'année dernière et reste en détention. De nombreux journalistes s'autocensurent ou ont tout simplement démissionné. Craignant d'être arrêtés, certains se sont exilés à l'étranger. Le gouvernement indien a placé au moins 20 autres journalistes sur des listes d'interdiction de vol afin de les empêcher de quitter le pays.


Le journalisme a toujours été menacé au Cachemire. L'Inde et le Pakistan revendiquent tous deux cette région montagneuse, en proie à la guerre et à une insurrection séparatiste depuis des décennies. Les journalistes ont été pris entre deux feux, menacés et intimidés par les forces de sécurité indiennes et les militants séparatistes, qui voulaient tous deux contrôler la manière dont l'histoire était racontée. Au moins 19 journalistes ont été tués au Cachemire entre 1990 et 2018.


Pourtant, le journalisme cachemiri a fleuri. Les journaux et les sites web d'information ont proliféré, et une nouvelle génération de jeunes journalistes d'investigation talentueux a porté un regard neuf sur les problèmes du Cachemire grâce à des reportages d'intérêt public bien documentés qui s'attaquaient souvent avec audace au gouvernement.


Tout cela a disparu sous M. Modi, dont le gouvernement vise à réduire au silence les voix séparatistes ou celles qui prônent la conciliation ou un règlement négocié au Cachemire. Les journaux cachemiriens dépendent fortement de la publicité gouvernementale et des subventions aux médias, et le gouvernement utilise ce levier pour s'assurer que ces journaux relatent la version officiellement approuvée de la vérité. Aujourd'hui, peu d'organes de presse du Cachemire osent remettre en question la politique officielle, et nombre d'entre eux sont devenus des porte-parole flagrants du gouvernement, simplement pour rester en activité.


Mon propre journal survit à peine. En 2019, j'ai intenté une action en justice pour contester la fermeture d'Internet. En représailles apparentes, le gouvernement a mis sous scellés nos bureaux de Srinagar. Nombre de nos journalistes sont partis et nos activités ont été paralysées. Aujourd'hui, lorsque je suggère que nous fassions des reportages incisifs sur des questions d'intérêt public, je me heurte à la résistance de mon personnel méfiant et restreint.


Un vide d'information plane sur le Cachemire, le public étant sous-informé - ou mal informé - de ce qui se passe dans la région. Les nouvelles importantes sont supprimées, minimisées ou déformées pour satisfaire les objectifs du gouvernement.


Lorsque Syed Ali Shah Geelani, figure emblématique du mouvement séparatiste, est décédé en 2021, la nouvelle a été occultée au Cachemire ou n'a été mentionnée que brièvement. Le mois dernier, le gouvernement a entrepris de raser des milliers de maisons qui, selon les autorités, avaient été construites illégalement sur des terrains appartenant à l'État. Un grand journal du Cachemire a présenté cette mesure comme une attaque audacieuse contre des "accapareurs de terres influents" qui n'ont pas été nommés. Aucun mot n'a été dit sur les pauvres Cachemiriens qui se retrouvent soudainement sans abri ou sur les résidents qui prétendent avoir des documents valables prouvant qu'ils sont propriétaires.

La police monte la garde devant l'immeuble où les autorités fiscales indiennes ont perquisitionné les bureaux de la BBC à New Delhi,

le 14 février dernier. Photo Sajjad Hussain/Agence France-Presse


Un public ignorant et un gouvernement libre de tout contrôle et de toute responsabilité sont des menaces pour la démocratie. Mais M. Modi semble vouloir reproduire cette situation dans toute l'Inde. Les amendements proposés aux lignes directrices nationales pour les médias numériques qui ont été dévoilés en janvier sont étonnamment similaires à ceux imposés au Cachemire, permettant aux vérificateurs de faits du gouvernement d'étiqueter le contenu en ligne comme étant "faux ou erroné". Quelques jours après l'annonce de ces changements, le gouvernement a ordonné aux plateformes en ligne de bloquer les liens vers "India : The Modi Question", un documentaire de la BBC critiquant le premier ministre. Des agents du fisc indien ont ensuite perquisitionné les bureaux de la chaîne britannique en Inde. De telles perquisitions ont été utilisées à plusieurs reprises pour faire pression sur les voix critiques dans les médias.


Depuis qu'il a pris le pouvoir en 2014, M. Modi a systématiquement avili les idéaux démocratiques de l'Inde, pliant les tribunaux et les autres rouages du gouvernement à sa volonté.


Les médias sont l'une des dernières institutions capables d'empêcher l'Inde de sombrer dans l'autoritarisme. Mais si M. Modi parvient à introduire le modèle de contrôle de l'information du Cachemire dans le reste du pays, ce n'est pas seulement la liberté de la presse qui sera menacée, mais la démocratie indienne elle-même.


Anuradha Bhasin


Photo en tête d'article : Manifestation contre la détention d'un journaliste local à Srinagar, dans le Cachemire sous administration indienne, en 2018. Photo Saqib Majeed/SOPA


VIDÉO

Au moins trois journalistes cachemiriens ont été arrêtés en 2022, à la suite de la fermeture par l'Inde du Club de la presse du Cachemire. Des dizaines de journalistes ont fui le Cachemire par crainte pour leur propre sécurité. (Comité pour la protection des journalistes, mai 2022)


Entièrement gratuit et sans publicité ni aides publiques, édité par une association, le site des humanités entend pourtant fureter, révéler, déficher, offrir à ses lectrices et lecteurs une information buissonnière, hors des sentiers battus.

Il y a encore du pain sur la planche, il ne reste plus qu’à faire lever la pâte. Concrètement : pouvoir étoffer la rédaction, rémunérer des auteurs, et investir dans quelques outils de développement…

Pour encourager cette aventure, dès 1 € :

47 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page