top of page
Naviguez dans
nos rubriques

Oradour-sur-Glane. Transmettre la mémoire.



A bientôt 97 ans, Robert Hébras est le dernier survivant d’Oradour-sur-Glane. Sa petite-fille, Agathe, prend le relais d’une indispensable transmission.


Cet article vous est offert par la rédaction des humanités, média alter-actif. Pour persévérer, explorer, aller voir plus loin, raconter, votre soutien est très précieux. Abonnements ou souscriptions ICI


REVUE DE PRESSE Robert Hébras, 97 ans le 22 juin prochain, est le dernier survivant d’Oradour-sur-Glane, ce village de Haute-Vienne où furent massacrés 643 habitants, le 10 juin 1944.

Il n’a cessé de transmettre le récit de ce massacre. De témoigner, pour les générations futures



Aujourd’hui, sa petite-fille, Agathe, prend le relais. « Dès l’âge de 5 ans, dit-elle, j’ai compris que ma vie s’écrirait avec Oradour. Je savais que le destin m’amènerait à faire quelque chose avec le village ». Elle a suivi des études en histoire, travaille aujourd’hui à la Fondation du patrimoine en Limousin et siège au conseil d’administration de deux associations, “l’association nationale des familles des martyrs” et “Oradour, histoire, vigilance et réconciliation”.

L’enjeu, selon elle, est « d’intellectualiser » le témoignage en allant au-delà du récit. « Si cela permet à ma génération et celle d’après de comprendre que les engrenages ayant conduit à Oradour peuvent se répéter, qu’on peut malheureusement vivre des drames similaires aujourd’hui, ça sera déjà ça. »


A lire sur le site du quotidien La Montagne :


Photo en tête d’article : Robert Hébras et sa petite-fille, Agathe Hébras. Photo Le Populaire du Centre.

119 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page