top of page
Naviguez dans
nos rubriques

Raoni, vice-président de l'avenir du Brésil



BRÉSIL. Toute sa vie, le cacique Raoni a lutté contre la déforestation amazonienne, et pour les droits des peuples indigènes. Le 1er janvier 2023, il était aux côtés de Lula, qui a annoncé lors de son discours d’intronisation, que les humanités publient in extenso, la création d’un ministère des peuples indigènes. Pour Raoni, la fin d’une longue marche. Pour le Brésil, et pour l’Amazonie, le début d’une nouvelle ère ?


Cet article vous est offert par les humanités, média alter-actif et engageant.

Abandonnez-vous, abondez-vous, abonnez-vous : ICI.


1er janvier 2023, l’année commence Brésil, l’année commence marée rouge, l’année commence Lula, et Raoni. L’année commence Amazonie.

Pendant que Jair Bolsonaro prenait la poudre d’escampette vers Orlando, aux États-Unis, une foule composite est venue célébrer l’intronisation de Luiz Inacio Lula da Silva, 77 ans, à nouveau porté à la présidence du Brésil, à l’issue d’un scrutin particulièrement disputé et tendu.

Brasilia, 1er janvier 2023. Photo Eraldo Peres / Associated Press


Dans sa marche vers le Congrès, Lula était accompagné par un petit groupe représentatif de la diversité du Brésil, du plus jeune, Francisco, 10 ans, venu d’Itaquera, banlieue populaire de São Paulo, au plus âgé, Raoni Metuktire, 90 ans, Cacique du peuple Kayapó et grande figure internationale de la lutte pour la préservation de l'Amazonie. Tout un symbole. Raoni est né au début du siècle dernier (vers 1932, selon l’ONG Planète Amazonie) dans le village de Krajmopyjakare, au nord-est du Mato Grosso. À l'époque, le peuple Kayapó (qui s'appelait lui-même mebêngôkre) était nomade et n'avait aucun contact régulier avec le monde extérieur.

Raoni avait une trentaine d’années lorsque l'agrobusiness et l'exploitation minière, favorisés par de grands projets de construction et les politiques de la dictature militaire (1964-1985), ont commencé à proliférer dans toute l’Amazonie. Et à la même époque, les chercheurs d'or faisaient irruption sur les terres des Kayapós.


Jean-Pierre Dutilleux et le cacique Raoni, photo extraite de «Sur la trace des peuples perdus», paru aux éditions Hugo Doc


Raoni a été de tous ces combats. En 1978, un documentaire du cinéaste belge Jean-Pierre Dutilleux est venu lui apporter une notoriété internationale, relayée par le chanteur britannique Sting : ensemble, ils parcourent le monde pour appeler à soutenir la préservation des forêts et les droits des peuples autochtones.

Nul doute qu’hier, accompagnant Lula vers la Présidence, Raoni mesurait tout le chemin parcouru. A 90 ans, sans doute pensait-il aussi à la relève que ses graines ont semé, cette nouvelle génération d’Amazonie que les humanités ont à plusieurs reprises évoqué, de la toute jeune Txai Suruí qui avait fait sensation à la COP26 à Glasgow (Lire ICI) à Sônia Guajajara, dont le portrait ouvrait en octobre 2021 un article sur le rôle des femmes indigènes et activistes en Amérique latine (Lire ICI). Sônia Guajajara a été l’une des organisatrices d’une marche qui a rassemblé 5.000 femmes indigènes de tout le Brésil, en août 2019, contre la politique de Jair Bolsonoro. Elle est aujourd’hui pressentie pour devenir la toute première ministre des peuples indigènes du Brésil dans le gouvernement de Lula. Car oui, il y aura, pour la toute première fois au Brésil, un ministère des peuples indigènes. Lula l’a confirmé hier dans son discours devant le Congrès : « Personne ne connaît mieux nos forêts ou n'est plus à même de les défendre que ceux qui sont là depuis des temps immémoriaux. Chaque terrain délimité est une nouvelle zone de protection de l'environnement. Nous devons le respect à ces Brésiliens et nous avons une dette historique envers eux. »

« Révoquons toutes les injustices commises à l'encontre des peuples indigènes », a ajouté le nouveau président du Brésil. L’intégralité du discours de Lula est à lire ci-dessous.


J-M.A


Photo en tête d'article: Raoni et Lula, de dos, à Brasilia, le 1er janvier 2023. Photo Eraldo Peres / Associated Press


Cet article est dédié à Jaider Esbell, artiste visuel qui a beaucoup contribué à la reconnaissance indigène dans l’art contemporain, mort à 41 ans, en, novembre 2021, alors que ses œuvres étaient exposées à la Biennale de São Paulo : article et portfolio à retrouver ICI.


Discours intégral de Lula devant le Congrès brésilien,

1er janvier 2023.


Pour la troisième fois, je me présente devant ce Congrès national pour remercier le peuple brésilien du vote de confiance qu'il nous a accordé. Je renouvelle mon serment de fidélité à la Constitution de la République, avec le vice-président Geraldo Alckmin et les ministres qui travailleront avec nous pour le Brésil.

Si nous sommes ici aujourd'hui, c'est grâce à la conscience politique de la société brésilienne et au front démocratique que nous avons formé tout au long de cette campagne électorale historique.

La démocratie a été le grand vainqueur de cette élection, en surmontant la plus grande mobilisation de ressources publiques et privées jamais vue, les menaces les plus violentes contre la liberté de vote, la plus abjecte campagne de mensonges et de haine organisée pour manipuler et embarrasser l'électorat.

Jamais les ressources de l'État n'ont été autant détournées au profit d'un projet de pouvoir autoritaire. Jamais la machine publique n'a été autant déréglée par les républicains. Jamais les électeurs n'ont été aussi contraints par le pouvoir économique et par les mensonges diffusés à l'échelle industrielle.

Malgré tout, la décision des urnes l'a emporté, grâce à un système électoral internationalement reconnu pour son efficacité à capter et à compter les voix. L'attitude courageuse du pouvoir judiciaire, notamment du Tribunal supérieur électoral, a été fondamentale pour faire prévaloir la vérité des urnes sur la violence de ses détracteurs.

En revenant à cette séance plénière de la Chambre des Députés, où j'ai participé à l'Assemblée Constituante de 1988, je me souviens avec émotion des luttes que nous avons menées ici, démocratiquement, pour inscrire dans la Constitution le plus large ensemble de droits sociaux, individuels et collectifs au bénéfice de la population et de la souveraineté nationale.


Il y a vingt ans, lorsque j'ai été élu président pour la première fois, avec le vice-président José Alencar, j'ai commencé mon discours d'investiture par le mot "changement". Le changement que nous voulions apporter consistait simplement à mettre en pratique les préceptes constitutionnels. À commencer par le droit à une vie digne, sans faim, avec accès à l'emploi, à la santé et à l'éducation.

J'ai dit à cette occasion que la mission de ma vie serait accomplie lorsque chaque homme et femme brésilien pourrait avoir trois repas par jour.

Devoir répéter cet engagement aujourd'hui - face à l'avancée de la misère et au retour de la faim, que nous avions surmontés - est le symptôme le plus grave de la dévastation qui a été imposée au pays ces dernières années.

Aujourd'hui, notre message au Brésil est un message d'espoir et de reconstruction. Le grand édifice de droits, de souveraineté et de développement que cette Nation a construit depuis 1988 a été systématiquement démoli ces dernières années. C'est pour reconstruire cet édifice de droits et de valeurs nationales que nous allons diriger tous nos efforts.


MESDAMES ET MESSIEURS,

En 2002, nous disions que l'espoir avait vaincu la peur, dans le sens de vaincre les craintes face à l'élection sans précédent d'un représentant de la classe ouvrière pour présider aux destinées du pays. En huit ans de gouvernement, nous avons clairement montré que ces craintes n'étaient pas fondées. Sinon, nous ne reviendrons pas ici.

Il a été démontré qu'un représentant de la classe ouvrière pouvait, oui, dialoguer avec la société pour promouvoir la croissance économique de manière durable et au bénéfice de tous, notamment des plus démunis. Il a été démontré qu'il était effectivement possible de gouverner ce pays avec la plus large participation sociale, en incluant les travailleurs et les plus pauvres dans le budget et dans les décisions gouvernementales.

Tout au long de cette campagne électorale, j'ai vu l'espoir briller dans les yeux d'un peuple qui souffre de la destruction des politiques publiques qui promouvaient la citoyenneté, les droits essentiels, la santé et l'éducation. J'ai vu le rêve d'une Patrie généreuse, qui offre des opportunités à ses fils et à ses filles, où la solidarité active est plus forte que l'individualisme aveugle.

Le diagnostic que nous avons reçu du Bureau de transition du gouvernement est consternant. Les ressources de santé ont été épuisées. Ils ont démantelé l'éducation, la culture, la science et la technologie. Ils ont détruit la protection de l'environnement. Ils n'ont laissé aucune ressource pour les repas scolaires, la vaccination, la sécurité publique, la protection des forêts, l'aide sociale.

Ils ont désorganisé la gouvernance de l'économie, des financements publics, du soutien aux entreprises, aux entrepreneurs et au commerce extérieur. Ils ont dilapidé les entreprises d'État et les banques publiques ; ils ont cédé le patrimoine national. Les ressources du pays ont été enlevées pour satisfaire la cupidité des rentiers et des actionnaires privés des entreprises publiques.

C'est sur ces terribles ruines que je m'engage, avec le peuple brésilien, à reconstruire le pays et à faire à nouveau un Brésil de tous et pour tous.


MESDAMES ET MESSIEURS

Face à la catastrophe budgétaire dont nous héritons, j'ai soumis au Congrès national des propositions qui nous permettront de soutenir l'immense partie de la population qui a besoin de l'État pour simplement survivre.

Je remercie la Chambre et le Sénat pour leur sensibilité aux besoins urgents du peuple brésilien. Je note l'attitude extrêmement responsable du Tribunal fédéral et de la Cour fédérale des comptes face à des situations qui ont faussé l'harmonie des pouvoirs.

Je l'ai fait parce qu'il ne serait ni juste ni correct de demander de la patience à ceux qui ont faim.

Aucune nation ne s'est élevée et ne peut s'élever sur la misère de son peuple.

Les droits et les intérêts de la population, le renforcement de la démocratie et la reprise de la souveraineté nationale seront les piliers de notre gouvernement.

Cet engagement commence par la garantie d'un programme Bolsa Família renouvelé, plus fort et plus équitable, au service de ceux qui en ont le plus besoin. Nos premières actions visent à sauver 33 millions de personnes de la faim et à sauver de la pauvreté plus de 100 millions de Brésiliens qui ont porté le plus lourd fardeau du projet de destruction nationale qui se termine aujourd'hui.


MESDAMES ET MESSIEURS,

Ce processus électoral a également été caractérisé par le contraste entre différentes visions du monde. La nôtre, centrée sur la solidarité et la participation politique et sociale pour la définition démocratique du destin du pays. L'autre, l'individualisme, le refus de la politique, la destruction de l'État au nom de prétendues libertés individuelles.

La liberté que nous avons toujours défendue est celle de vivre dans la dignité, avec les pleins droits d'expression, de manifestation et d'organisation.

La liberté qu'ils prêchent est celle d'opprimer les vulnérables, de massacrer les opposants et d'imposer la loi du plus fort au-dessus des lois de la civilisation. Le nom de ce phénomène est la barbarie.

J'ai compris dès le début du parcours que je devais être candidat pour un front plus large que le camp politique dans lequel j'ai été formé, en maintenant un engagement ferme envers mes origines. Ce front a été consolidé pour empêcher le retour de l'autoritarisme dans le pays.

Dès aujourd'hui, la loi sur l'accès à l'information sera à nouveau respectée, le portail de la transparence remplira à nouveau son rôle, les contrôles républicains seront à nouveau exercés pour défendre l'intérêt général. Nous n'avons pas l'intention de nous venger de ceux qui ont essayé de soumettre la Nation à leurs desseins personnels et idéologiques, mais nous garantirons l'état de droit. Ceux qui ont commis des erreurs devront répondre de leurs actes, en bénéficiant d'un large droit de défense, dans le cadre d'une procédure légale régulière. Le mandat que nous avons reçu, face à des adversaires inspirés par le fascisme, sera défendu avec les pouvoirs que la Constitution confère à la démocratie.

À la haine, nous répondrons par l'amour. Aux mensonges, avec la vérité. À la terreur et à la violence, nous répondrons par la loi et ses conséquences les plus sévères.

Sous le vent de la redémocratisation, nous disions : plus jamais de dictature ! Aujourd'hui, après le terrible défi que nous avons relevé, nous devons dire : la démocratie pour toujours !

Pour confirmer ces paroles, nous devrons reconstruire la démocratie dans notre pays sur des bases solides. La démocratie sera défendue par le peuple dans la mesure où elle garantit à tous les droits inscrits dans la Constitution.


MESDAMES ET MESSIEURS,

Je signe aujourd'hui des mesures visant à réorganiser les structures du pouvoir exécutif afin qu'elles permettent à nouveau au gouvernement de fonctionner de manière rationnelle, républicaine et démocratique. Sauvegarder le rôle des institutions publiques, des banques publiques et des entreprises d'État dans le développement du pays. Planifier les investissements publics et privés dans le sens d'une croissance économique durable sur le plan environnemental et social.

En dialogue avec les 27 gouverneurs, nous définirons les priorités pour reprendre les travaux paralysés de manière irresponsable, qui sont plus de 14 000 dans le pays. Nous allons reprendre Minha Casa, Minha Vida et structurer un nouveau PAC pour créer des emplois à la vitesse dont le Brésil a besoin. Nous rechercherons le financement et la coopération - nationale et internationale - pour les investissements, afin de stimuler et d'élargir le marché de consommation national, de développer le commerce, les exportations, les services, l'agriculture et l'industrie.

Les banques publiques, notamment la BNDES, et les entreprises qui induisent la croissance et l'innovation, comme Petrobras, joueront un rôle fondamental dans ce nouveau cycle. Dans le même temps, nous stimulerons les petites et moyennes entreprises, potentiellement les plus grands générateurs d'emplois et de revenus, l'esprit d'entreprise, le coopérativisme et l'économie créative.

La roue économique va recommencer à tourner et la consommation populaire jouera un rôle central dans ce processus.

Nous allons reprendre la politique d'appréciation permanente du salaire minimum. Et soyez sûrs que nous mettrons fin, une fois de plus, à la honteuse file d'attente de l'INSS, une autre injustice rétablie en ces temps de destruction. Nous dialoguerons, de manière tripartite - gouvernement, centrales syndicales et entreprises - sur une nouvelle législation du travail. Garantir la liberté d'entreprendre, parallèlement à la protection sociale, est un grand défi en ces temps.


MESDAMES ET MESSIEURS,

Le Brésil est trop grand pour renoncer à son potentiel productif. Il est insensé d'importer des carburants, des engrais, des plateformes pétrolières, des microprocesseurs, des avions et des satellites. Nous disposons de capacités techniques, de capitaux et de parts de marché suffisants pour reprendre l'industrialisation et la fourniture de services à un niveau compétitif.

Le Brésil peut et doit être à la pointe de l'économie mondiale.

Il appartiendra à l'État d'articuler la transition numérique et de faire entrer l'industrie brésilienne dans le XXIe siècle, avec une politique industrielle qui soutient l'innovation, stimule la coopération public-privé, renforce la science et la technologie et garantit l'accès aux financements à des coûts adéquats.

L'avenir appartiendra à ceux qui investissent dans l'industrie de la connaissance, qui fera l'objet d'une stratégie nationale, planifiée en dialogue avec le secteur productif, les centres de recherche et les universités, en collaboration avec le ministère des sciences, de la technologie et de l'innovation, les banques publiques et d'État et les agences de promotion de la recherche.

Aucun autre pays ne possède les conditions dont dispose le Brésil pour devenir une grande puissance environnementale, fondée sur la créativité de la bioéconomie et les entreprises de la socio-biodiversité. Nous entamerons la transition énergétique et écologique vers une agriculture et une exploitation minière durables, une agriculture familiale plus forte et une industrie plus verte.

Notre objectif est de parvenir à zéro déforestation en Amazonie et à zéro émission de gaz à effet de serre dans la production électrique, tout en stimulant la réutilisation des pâturages dégradés. Le Brésil n'a pas besoin de déboiser pour maintenir et étendre sa frontière agricole stratégique.

Nous encouragerons la prospérité sur le territoire. La liberté et la possibilité de créer, de planter et de récolter resteront notre objectif. Ce que nous ne pouvons pas accepter, c'est qu'il s'agisse d'un pays sans loi. Nous ne tolérerons pas la violence contre les petites gens, la déforestation et la dégradation de l'environnement, qui ont déjà fait tant de mal au pays.

C'est l'une des raisons, mais pas la seule, de la création du ministère des peuples indigènes. Personne ne connaît mieux nos forêts ou n'est plus à même de les défendre que ceux qui sont là depuis des temps immémoriaux. Chaque terrain délimité est une nouvelle zone de protection de l'environnement. Nous devons le respect à ces Brésiliens et nous avons une dette historique envers eux.

Révoquons toutes les injustices commises à l'encontre des peuples indigènes.


MESDAMES ET MESSIEURS,

Une nation ne se mesure pas uniquement à l'aune des statistiques, aussi impressionnantes soient-elles. Tout comme un être humain, une nation s'exprime véritablement par l'âme de son peuple. L'âme du Brésil réside dans la diversité inégalée de notre peuple et de nos manifestations culturelles.

Nous refondons le ministère de la culture, avec l'ambition de reprendre plus intensément les politiques d'incitation et d'accès aux biens culturels, interrompues par l'obscurantisme ces dernières années.

Une politique culturelle démocratique ne peut craindre les critiques ni élire des favoris. Que toutes les fleurs s'épanouissent et que tous les fruits de notre créativité soient récoltés, afin que tous puissent en profiter, sans censure ni discrimination.

Il n'est pas acceptable que les noirs et les bruns continuent d'être la majorité pauvre et opprimée d'un pays construit à la sueur et au sang de leurs ancêtres africains. Nous avons créé le ministère de la promotion de l'égalité raciale pour étendre la politique de quotas dans les universités et la fonction publique, en plus de reprendre les politiques en faveur des noirs et des bruns dans la santé, l'éducation et la culture.

Il est inacceptable que les femmes soient moins payées que les hommes pour le même travail. Qu'elles ne soient pas reconnues dans un monde politique machiste. Qu'elles soient harcelées en toute impunité dans la rue et au travail. Qu'elles soient victimes de violence à l'intérieur et à l'extérieur du foyer. Nous refondons également le ministère des femmes pour démolir ce château séculaire d'inégalité et de préjugés.

Il n'y aura pas de véritable justice dans un pays où un seul être humain est lésé. Le ministère des droits de l'homme sera chargé de veiller et d'agir pour que chaque citoyen voit ses droits respectés, dans l'accès aux services publics et privés, dans la protection contre les préjugés ou contre l'autorité publique. La citoyenneté est l'autre nom de la démocratie.

Le ministère de la Justice et de la Sécurité publique agira pour harmoniser les pouvoirs et les entités fédérées afin de promouvoir la paix là où elle est la plus urgente : dans les communautés pauvres, au sein des familles vulnérables au crime organisé, aux milices et à la violence, d'où qu'elle vienne.

Nous révoquons les décrets pénaux élargissant l'accès aux armes et aux munitions, qui ont causé tant d'insécurité et de dommages aux familles brésiliennes. Le Brésil ne veut pas plus d'armes, il veut la paix et la sécurité pour son peuple.

Sous la protection de Dieu, j'inaugure ce mandat en réaffirmant qu'au Brésil la foi peut être présente dans chaque foyer, dans les différents temples, églises et cultes. Dans ce pays, chacun peut exercer librement sa religiosité.


MESDAMES ET MESSIEURS

La période qui s'achève a été marquée par l'une des plus grandes tragédies de l'histoire : la pandémie de Covid-19. Dans aucun autre pays, le nombre de décès n'a été aussi élevé par rapport à la population qu'au Brésil, l'un des pays les mieux préparés à faire face aux urgences sanitaires, grâce à la compétence de notre système de santé unique.

Ce paradoxe ne peut s'expliquer que par l'attitude criminelle d'un gouvernement négationniste, obscurantiste et insensible à la vie. Les responsabilités de ce génocide doivent être établies et ne doivent pas rester impunies.

Ce que nous devons faire en ce moment, c'est faire preuve de solidarité avec les familles, les parents, les orphelins, les frères et sœurs de près de 700 000 victimes de la pandémie.

Le SUS est probablement la plus démocratique des institutions créées par la Constitution de 1988. C'est certainement pour cette raison qu'il a été le plus persécuté depuis lors, et qu'il a également été le plus lésé par une chose stupide appelée le plafond des dépenses, que nous devrons révoquer.

Nous allons rétablir les budgets de la Santé afin de garantir l'assistance de base, la Pharmacie Populaire, et favoriser l'accès à la médecine spécialisée. Nous rétablirons les budgets de l'éducation, nous investirons dans davantage d'universités, dans l'enseignement technique, dans l'universalisation de l'accès à Internet, dans le développement des crèches et dans l'enseignement public à temps plein. C'est l'investissement qui conduira véritablement au développement du pays.

Le modèle que nous proposons, qui a été approuvé par les urnes, exige un engagement en matière de responsabilité, de crédibilité et de prévisibilité, et nous n'y renoncerons pas. C'est avec un réalisme budgétaire, fiscal et monétaire, en recherchant la stabilité, en contrôlant l'inflation et en respectant les contrats que nous avons gouverné ce pays.

Nous ne pouvons pas faire autrement. Nous devrons faire mieux.


MESDAMES ET MESSIEURS,

Les yeux du monde entier étaient tournés vers le Brésil lors de ces élections. Le monde attend du Brésil qu'il redevienne un leader dans la lutte contre la crise climatique et un exemple de pays responsable sur le plan social et environnemental, capable de promouvoir la croissance économique et la répartition des revenus, de lutter contre la faim et la pauvreté, dans le cadre du processus démocratique.

Notre protagonisme se concrétisera par la reprise de l'intégration sud-américaine, à commencer par le Mercosur, la revitalisation de l'Unasur et d'autres instances d'articulation souveraine dans la région. Sur cette base, nous pourrons reconstruire un dialogue fier et actif avec les États-Unis, la Communauté européenne, la Chine, les pays de l'Est et d'autres acteurs mondiaux ; renforcer les BRICS, la coopération avec les pays d'Afrique et rompre l'isolement dans lequel le pays a été relégué.

Le Brésil doit être son propre maître, le maître de son destin. Elle doit redevenir un pays souverain. Nous sommes responsables de la majeure partie de l'Amazonie et de vastes biomes, de grands aquifères, de gisements minéraux, de pétrole et de sources d'énergie propres. Avec la souveraineté et la responsabilité, nous serons respectés pour partager cette grandeur avec l'humanité - en solidarité, jamais en subordination.

La pertinence de l'élection au Brésil renvoie, enfin, aux menaces auxquelles le modèle démocratique est confronté. Partout sur la planète, une vague d'extrémisme autoritaire s'articule, propageant la haine et les mensonges par des moyens technologiques qui ne sont pas soumis à des contrôles transparents.

Nous défendons la pleine liberté d'expression, conscients qu'il est urgent de créer des instances démocratiques d'accès à des informations fiables et de demander des comptes aux moyens par lesquels le poison de la haine et du mensonge est inoculé. Il s'agit d'un défi de civilisation, au même titre que de surmonter les guerres, la crise climatique, la faim et les inégalités sur la planète.

Je réaffirme, pour le Brésil et pour le monde, la conviction que la politique, dans son sens le plus élevé - et malgré toutes ses limites - est la meilleure voie pour le dialogue entre des intérêts divergents, pour la construction pacifique d'un consensus. Nier la politique, la dévaloriser et la criminaliser est la voie des tyrannies.

Ma mission la plus importante, à partir d'aujourd'hui, sera d'honorer la confiance reçue et de répondre aux espoirs d'un peuple qui souffre et qui n'a jamais perdu la foi en l'avenir ni en sa capacité à surmonter les défis. Avec la force du peuple et les bénédictions de Dieu, nous reconstruirons ce pays.

Vive la démocratie !

Vive le peuple brésilien !

260 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page