top of page
Naviguez dans
nos rubriques

Sur la route sacrée du peyotl


Désert de Catorce, San Luis Potosí, Mexique. Mars 2021. Après le lever du soleil, les pèlerins s'enfoncent dans le désert pour commencer une journée entière de recherche de cactus peyotl. Ce petit cactus vert et spongieux ressemble à un muffin vert. La plante se trouve près des racines des buissons et des épines. Seul le sommet du cactus est visible ; il se camoufle bien dans la terre poussiéreuse. Chaque famille ne cessera de chercher le peyotl jusqu'à ce qu'elle ait trouvé un approvisionnement suffisant pour le reste de l'année. Photo Matt Reichel.



Désert de Chihuahuan dans l'État mexicain de San Luis Potosí. Les Wixáritari, un groupe autochtone, reviennent ici chaque année pour collecter du peyotl.


Mario Bautista fouille sans relâche. Au cœur du vaste et impitoyable désert de Chihuahuan, dans le nord-est du Mexique, il se trouve depuis près de huit heures au milieu de ce qui semble être un maquis épineux sans fin. Autour de lui se trouvent 25 membres de sa communauté, dont sa femme et ses enfants. Ils cherchent tous une chose : le peyotl, la plante psychotrope connue sous le nom de hikuri, un petit cactus mou qui se camoufle sous les buissons.

Mario et ceux qui l'accompagnent sont membres du peuple Huichol ou Wixárika et pour eux, le hikuri est un moyen de subsistance. Ils ramènent ce qu'ils trouvent dans leur village pour l'utiliser dans les rituels religieux quotidiens.

Yoliatl, San Luis Potosí, Mexique. Mars 2021. Avant de quitter les prairies du centre de San Luis Potosí, les pèlerins Wixáritari ramassent des morceaux d'herbe pointus ainsi que des branches d'un arbre qu'ils appellent "raiz amarillo". Les branches sont utilisées le matin de la prise de peyotl. Elles sont broyées et mélangées à de l'eau pour créer de la peinture jaune. Le groupe utilise les brins d'herbe pour appliquer la peinture jaune sur ses joues, créant des motifs qui ressemblent à de minuscules soleils ornés. Photo Matt Reichel.


Dispersés dans la Sierra Madre Occidental accidentée, les Huichols sont un groupe indigène d'environ 45 000 personnes. Dans leur culture, le peyotl est bien plus qu'un cactus hallucinogène. Pour eux, la plante est un moyen de se connecter avec leurs ancêtres et de régénérer l'esprit.

Chaque année, les communautés Huichol effectuent un pèlerinage de plusieurs centaines de kilomètres vers la ville de Matehuala, dans le nord-est du Mexique. Les groupes se déplacent - désormais en voitures, camions et bus - sous la direction d'un chauffeur chaman, ou maraka'ame.

Selon la loi mexicaine, seuls les groupes indigènes sont autorisés à cultiver et à consommer du peyotl. Mais en partie à cause de sa popularité croissante en tant que drogue récréative, la plante devient plus difficile à trouver. Si leur territoire sacré reste menacé - par le tourisme de la drogue, l'exploitation minière et l'empiètement agricole -, un aspect fondamental de l'identité huichol est également en danger.


En mars dernier, le photographe Matt Reichel et moi-même avons été invités à rejoindre Mario et sa famille lors de leur pèlerinage.

Les pèlerins sont divisés en groupes en fonction des terres ancestrales de leur famille et chaque groupe ne peut accéder qu'à des zones spécifiques de Wirikuta. Ils doivent également recevoir une première bénédiction dans leur village avant de se mettre en route. Pour la famille de Mario, la bénédiction a eu lieu au ranch La Tristeza, près du village de La Cebolleta, dans l'État mexicain de Nayarit.

Le lendemain, le groupe, vêtu de ses costumes traditionnels, a pris la route. Les femmes portent des vêtements aux couleurs vives, cousus à la main. Ils se protégent la tête du soleil avec des foulards. Les hommes portent des chemises et des pantalons blancs brodés de cerfs, de peyotl et d'autres symboles. Ils portent également des chapeaux à larges bords ornés de plumes. En particulier, K'kame, gardien du pavillon ancestral de la communauté, fait sensation : son chapeau est celui qui a le plus de plumes et l'homme a fait preuve d'une énergie chaotique pendant tous les rituels.


La première nuit, le groupe s'est installé sur un site sacré au bord de l'autoroute. Le premier rituel de la soirée est une cérémonie de dénomination : le désert devient l'océan, le peyotl devient le chayotl. Le changement de noms aide les pèlerins à entrer dans un nouveau monde.

Vers minuit, les pèlerins se sont soumis à une confession publique au cours de laquelle chaque participant a énuméré ses relations sexuelles passées et présentes. Les noms ont ensuite été lus à haute voix autour du feu de joie avec l'intention de laisser le passé derrière soi. Chacune des relations est attachée sous forme de nœud à des branches de palmier. Les branches sont ensuite brûlées dans le feu.

Désert de Catorce, San Luis Potosí, Mexique. Mars 2021. L'ensemble du groupe de 30 pèlerins dort sous un grand arbre dans le désert de Wirikuta, qui offre confort et ombre dans ce désert impitoyable. Chaque famille déploie une bâche pour revendiquer une place, plaçant ses couvertures et ses bacs à nourriture dans une zone pour se préparer à passer la nuit. Lorsque les températures chutent le soir, les familles se serrent les unes contre les autres sous leurs couvertures ou se tiennent autour d'un feu de camp qui fait rage. Photo Matt Reichel.


Au cours du voyage, les pèlerins font des offrandes sur des sites sacrés : les endroits où leurs ancêtres ont trouvé de l'eau lors de précédents voyages. L'eau est la clé des offrandes : des plumes et des bougies sont utilisées pour asperger d'eau les offrandes, qui comprennent des tortillas de maïs et des pièces de monnaie.

Les familles se rassemblent autour du point d'eau, où elles chantent, psalmodient et se bénissent mutuellement. Un violoniste joue une mélodie joyeuse en arrière-plan.


Après avoir voyagé pendant une semaine, nous sommes finalement arrivés au but du voyage, un endroit connu sous le nom de Bernalejos.

"C'est la plus grande église du monde", proclame Mario alors que nous entrons dans le désert.

Les familles ont pu se reposer, mais il n'y a pas eu de temps pour dormir. Les pèlerins sont restés debout toute la nuit pour chanter et danser pour une bonne récolte.

Désert de Catorce, San Luis Potosí, Mexique. Mars 2021. Lorsque les pèlerins arrivent enfin à Wirikuta, ils passent toute la nuit précédant le fourrage à danser, chanter et jouer de la musique autour du feu. Ils jouent des violons en bois, chantent des chansons Wixáritari et dansent toute la nuit.

Au lever du soleil, ils se reposent rapidement et préparent leurs offrandes, leurs machettes et leurs paniers pour aller chercher du peyotl ou du hikuri. Photo Matt Reichel.


Le matin de la récolte, les familles se peignent le visage avec des points jaunes sur les deux joues. Mariana, la femme de Mario, explique que les peintures symbolisent le soleil. Disposée en une belle formation, la communauté marche dans la lumière du matin avec des machettes et des paniers. Au début, tout le monde marche ensemble, mais peu à peu, les familles se dispersent.

La récolte dure des heures et devient de plus en plus difficile à mesure que cogne le soleil. Les plus grandes parcelles de peyotl se trouvent sous des buissons couverts d'épines ; il est dangereux de les atteindre, surtout dans la chaleur du jour où les couleurs semblent fondre.

Mais les recherches continuent. Mario explique qu'ils ne collectent pas seulement le peyotl pour eux-mêmes mais aussi pour les membres de leur famille qui n'ont pas pu faire le voyage. Chaque famille a récolté jusqu'à 150 bourgeons, puis les plantes ont été séchées et bénies.

Désert de Catorce, San Luis Potosí, Mexique. Mars 2021. Hikuri est le mot Wixáritari pour peyotl. Sans le peyotl, la culture Wixárika cesse essentiellement d'exister, car une grande partie de leurs croyances, de leur art et de leur histoire sont définis par l'utilisation spirituelle du peyotl. Leur droit à l'utilisation du peyotl est protégé par la loi au Mexique, mais des menaces pèsent toujours sur leur approvisionnement en peyotl sous la forme de récoltes illégales et de menaces sur les terres des ranchs, des fermes, des vignobles et des mines. Photo Matt Reichel.


Chaque année, lors du pèlerinage à Wirikuta, chaque famille vise à récolter entre 100 et 150 couronnes de peyotl, qu'elle replantera à son retour dans les montagnes et consommera lors des cérémonies tout au long de l'année. Les plantes de la récolte du jour sont laissées à sécher pendant quelques heures à l'air du désert avant d'être emballées dans de grands sacs de ciment en plastique.


Au coucher du soleil, nous avons gravi une colline pour présenter une dernière offrande. Mario nous a demandé de nous tenir la main. Il a touché nos mains et nous avons avalé des petits bouts de peyotl. La plante est terriblement amère. Les familles n'en consomment qu'un peu, l'équivalent d'une microdose, pour faciliter une réflexion sereine. Cette nuit-là, le groupe a sombré dans un sommeil paisible, comme si un sort était tombé sur le camp.

Bien reposés de la nuit précédente, nous avons levé le camp ensemble pour partir le lendemain. Jetant un coup d'œil à la récolte de sa famille sur le sol près des braises du feu de camp, Mario nous a souri : "Nous avons reçu un cadeau sacré de la Terre Mère, a-t-il dit, et maintenant nous devons le ramener à la maison.


Robyn Huang

(Journaliste-écrivaine canadienne, Robyn Huang est aujourd’hui basée à Guadalajara, au Mexique).


Photos Matt Reichel. Portfolio ICI


A partir de 1 €, aidez au lancement des humanités, nouveau média alter-actif, journal-lucioles pour inventer un journalisme du 21ème siècle : https://www.helloasso.com/associations/in-corpore/collectes/les-humanites

Mots-clés :

79 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page