top of page

Des survivants d'Alep témoignent pour l'Ukraine

Dernière mise à jour : 27 mars 2022


Afraa Hashem, à droite, avec ses enfants Wissam, à gauche, et Zein dans le quartier de Salaheddine, autrefois tenu par les rebelles, dans l'est d'Alep, en Syrie.


Ce 15 mars 2022 marque le 11e anniversaire de la révolution syrienne transformée en guerre civile. Cette année, de nombreux survivants observent, choqués, les Ukrainiens confrontés aux mêmes horreurs qu'eux.


Cet article vous est offert par la rédaction des humanités, média alter-actif. Pour persévérer, explorer, aller voir plus loin, raconter, votre soutien est très précieux. Abonnements ou souscriptions ICI


BEYROUTH - Quand Afraa Hashem repense à sa vie pendant le siège d'Alep, elle se souvient de l'inventivité de chacun. Fin 2016, les forces gouvernementales syriennes avaient bouclé la moitié orientale d'Alep tenue par les rebelles, avec 270.000 personnes à l'intérieur, et pendant des mois, elles et les avions de guerre russes l'ont réduite en décombres. La nourriture était rare. La famille d'Hashem, comme d'autres, ne pouvait survivre qu'avec un seul repas par jour.

Un jour, son fils aîné Wisam, 11 ans à l'époque, a demandé tout à coup : « Maman, on peut avoir du poisson ? » Ses trois enfants n'aimaient même pas vraiment le poisson. Mais quand vous n'avez presque rien, vous manquez même des choses que vous n'aimez pas, se rappelle-t-elle.

Ne voulant pas céder au désespoir, Hashem a fait frire du pain moisi, a trouvé de la coriandre, de l'ail et les célèbres flocons de piment rouge d'Alep et leur a dit que c'était du tilapia. Ensemble, ils ont prétendu que c'était du poisson. « Toutes les femmes d'Alep inventaient ce genre de choses pour nourrir leurs enfants », dit-elle.

Hashem et d'autres survivants d'Alep célèbrent ce mardi 15 mars le 11e anniversaire de la révolution syrienne qui s'est transformée en guerre civile. Cette année, nombre d'entre eux ne se contentent pas de réfléchir à leur propre sort, ils observent avec stupeur les Ukrainiens confrontés à des horreurs familières : bombardements, siège brutal et fuite de leurs foyers.

Dans la guerre de Syrie, la Russie a aidé le gouvernement du président Bachar al-Assad à prendre le dessus grâce à une stratégie impitoyable. L'une après l'autre, elle a assiégé les zones tenues par l'opposition, les bombardant et les affamant jusqu'à ce que la capacité de la population à tenir le coup s'effondre.

Des habitants dans les ruines du quartier de Salaheddine, autrefois tenu par les rebelles,

dans l'est d'Alep, le 20 janvier 2017.


Le siège d'Alep a été l'un des plus brutaux. Alep était la ville la plus peuplée de Syrie, réputée pour sa cuisine unique de plats élaborés et sa vieille ville millénaire. Lorsque la guerre a commencé, ses quartiers orientaux ont combattu le gouvernement pendant quatre ans, débordant de ferveur révolutionnaire. Mais près de six mois de siège ont réduit une grande partie de l'est à des décombres vides, sa population dispersée ou morte.

En Ukraine, un siège similaire est en cours depuis près de deux semaines dans la ville portuaire de Marioupol, où des dizaines de milliers de personnes cherchent de la nourriture et un abri sous les bombardements russes. On craint que le président russe Vladimir Poutine n'étende à toute l'Ukraine une stratégie de siège semblable à celle de la Syrie.


Aujourd'hui installée à Londres avec son mari et ses enfants, Afraa Hashem dit avoir été solidaire de l'Ukraine dès le premier jour de l'invasion russe. « Beaucoup de gens me demandent si je suis furieuse que le monde sympathise davantage avec l'Ukraine qu'avec la Syrie. Je leur réponds que je m’en moque. Ce qui m'importe, c'est que ce sont des victimes », déclare-t-elle.

Dans une partie de la Syrie qui échappe encore au contrôle du gouvernement, un autre survivant d'Alep, Abdulkafi Alhamdo, tente lui aussi d'entrer en contact avec l'Ukraine. Il vit dans la province d'Idlib, tenue par l'opposition, et travaille comme professeur de littérature dans la ville voisine d'Azaz, contrôlée par la Turquie. En classe, dit-il « je fais toujours le lien entre le Big Brother du roman 1984 de George Orwell et Poutine, en Syrie et maintenant en Ukraine. »

Afraa Hashem, deuxième à gauche, avec d'autres manifestants tenant des pancartes anti-Bachar al-Assad

lors d'un rassemblement à l'est d'Alep.


Abdulkafi Alhamdo a imprimé deux drapeaux ukrainiens pour les brandir aux côtés des drapeaux de la révolution syrienne lors d'une manifestation locale à Idlib marquant l'anniversaire de la révolution.


Lorsque le conflit en Syrie a commencé en 2011, Afraa Hashem travaillait comme directrice d'école. Ses espoirs de changement en Syrie se sont accrus lorsque l’opposition a repris aux forces gouvernementales la moitié orientale d'Alep. Mais au cours des années suivantes, les avions de guerre russes et gouvernementaux ont bombardé de plus en plus souvent l'est d'Alep. Hashem a déménagé son école dans un sous-sol et a transformé les pièces sombres en salles de classe et en abris. Elle y a créé un théâtre, écrivant des pièces que les élèves pouvaient jouer.

Avec l'aggravation des combats, la vie ordinaire qu'elle menait auparavant s'est éloignée. Le matin, elle passait devant la colline qui sépare sa partie d'Alep-Est d'Alep-Ouest, tenue par le gouvernement. C'était aussi infranchissable que le mur de Berlin, se rappelle-t-elle. Si vous vous approchiez trop près, les snipers vous tiraient dessus. Mais elle voulait entendre des voitures, n'importe quel son venant de l'autre côté qui rappellerait le souvenir des amis et des parents qui y vivaient : « Je me demandais toujours comment était la vie dans ce deuxième monde ».

Sur cette photo d'archive prise depuis le balcon de la maison d'Abdul-Hamid Khatib, des personnes marchent parmi des monticules de décombres qui étaient des immeubles d'habitation de grande hauteur dans le quartier Ansari, autrefois tenu par les rebelles, dans l'est d'Alep, le 20 janvier 2017. Photo Hassan Ammar / AP


Son univers a basculé dans un enfer complet lorsque le siège a été imposé en juillet 2016. Alep-Est a été bouclé, et pratiquement aucun approvisionnement n'a pu entrer. Les bombardements russes et gouvernementaux ont tout détruit, y compris les hôpitaux et les écoles. Les blocs résidentiels ont été laissés en ruines.

Très tôt, l'une des étudiantes d'Hashem a été tuée. Elle a arrêté le théâtre de l'école. Les quelques jardins du quartier sont devenus des cimetières. Les médicaments se sont épuisés. Le bruit des explosions était constant. L'immeuble d'Hashem a été bombardé plusieurs fois, avant et pendant le siège, et ils ont souvent déménagé.

Sans électricité et avec peu de carburant, les habitants se sont tournés vers « l'essence en plastique », en extrayant le carburant des bouteilles et des conteneurs en plastique. C'était mauvais pour les générateurs et dégageait une odeur toxique. Mais elle permettait de générer suffisamment d'électricité pour que les gens puissent recharger les batteries de voiture, les téléphones portables et les petites lampes LED.

Sans gaz pour cuisiner, les familles récupéraient des meubles et des bouts de bois à brûler dans les bâtiments bombardés, de plus en plus nombreux. Les prix se sont envolés. Il n'y avait pas de fruits et peu de légumes. Il était presque impossible de trouver de la farine, alors Hachem et d'autres familles faisaient du pain en broyant des haricots blancs.

Lorsque le froid hivernal s'est installé, elle a eu besoin de bois de récupération pour se chauffer. Ses enfants ont manqué de sahleb, une boisson réconfortante, sucrée et chaude, très appréciée en hiver au Moyen-Orient, fabriquée à partir des tubercules d'une orchidée, impossible à trouver pendant le siège.


Hesham a donc encore improvisé. Elle a puisé dans sa précieuse réserve de farine, l'a fait bouillir avec de l'eau et du sucre, « et c'était comme si vous buviez du sahleb mais d'une manière différente. »

Peu après, fin décembre 2016, elle a fait partie des dizaines de milliers d'habitants qui ont accepté de partir dans le cadre d'un accord d'évacuation. Elle s'est rendue dans le nord-ouest de la Syrie, tenu par l'opposition, puis en Turquie. Lors de sa première nuit dans un appartement de la ville turque de Gaziantep, elle a regardé la machine à laver tourner pour la première fois depuis des années - et a pleuré. Hesham a emmené ses enfants dans un centre commercial : « Nous avons acheté toutes sortes d'aliments que nous avions rêvé de manger. Pizza, hamburgers, nuggets de poulet, poisson-frites. Tout ça. »

Aujourd'hui, un soldat du régime syrien vit dans son ancienne maison, lui disent des proches encore dans la ville, ce qui reflète une tendance du gouvernement à confisquer les propriétés après les batailles.


Iman Khaled Aboud, une veuve de 40 ans, a également quitté Alep lors de la même évacuation, par un jour de décembre brumeux, avec de la neige et un froid glacial, semblable aux températures actuelles en Ukraine. Elle dit avoir vu des troupes russes pour la première fois alors que les bus d'évacuation passaient par des points de contrôle, après avoir été pendant des mois la cible des frappes russes. Son fils et son mari ont tous deux été tués dans une frappe russe, dit-elle. Sous les bombardements, elle et sa famille ont dû déménager 15 fois pendant le siège. Elle espère que les Ukrainiens n'auront pas à vivre ce qu'elle a vécu. Mais elle leur conseille de « faire des réserves de nourriture ».


En février 2020, Hashem a été invitée à assister à la cérémonie de remise des prix de l'Académie britannique du cinéma pour sa participation au film primé, For Sama, qui suit la naissance d'un enfant pendant le siège d'Alep et met en scène la famille d'Hashem. En Grande-Bretagne, elle a pu demander l'asile.

Pour l'anniversaire de la guerre, Hashem prévoit de participer à une manifestation à Londres contre le gouvernement syrien, où ils réaliseront également des banderoles contre l'invasion de l'Ukraine par la Russie : « Je veux montrer au monde que notre désastre et notre expérience peuvent être transférés dans un autre pays. »


Aj Nadaff / Associated Press


20 janvier 2017 : un homme porte un bébé alors qu'il passe devant des décombres dans le quartier

de Salaheddine, autrefois tenu par les rebelles, dans l'est d'Alep. Photo/Hassan Ammar / AP.


Compléments


“15 mars 2011, le jour où tout a commencé" : Reportage France Info ICI


"Guerre en Ukraine : 10 enseignements syriens"

Depuis leur expérience de la guerre et plus particulièrement de la brutalité de l’armée aux ordres de Vladimir Poutine, des exilés de la cantine syrienne de Montreuil partagent quelques enseignements.

Nous savons que cela peut sembler difficile de se positionner dans un moment comme celui-ci. Entre l’unanimité idéologique des médias dominants et les voix qui relaient sans scrupule la propagande du Kremlin, on ne sait plus qui écouter. Entre une OTAN aux mains sales et un régime Russe criminel on ne sait plus qui combattre, qui soutenir.

Nous participant.e.s et ami.e.s de la révolution syrienne souhaitons défendre une troisième voie et proposer un point de vue basé sur les apprentissages de plus de 10 ans de soulèvement et de guerre en Syrie.

Clarifions tout de suite : nous défendons aujourd’hui encore la révolte en Syrie dans sa dimension de soulèvement populaire, démocratique et émancipateur, notamment incarnée par l’expérience des comités de coordination et des conseils locaux de la révolution. Si beaucoup l’ont oublié, nous affirmons que ni les crimes et la propagande de Bachar al-Assad ni ceux des djihadistes ne sauraient faire taire cette voix.


"Ukraine, Syrie, réminiscence d’une tragédie annoncée"

La guerre s’est invitée au cœur de l’espace européen. Inédit, impensable, inacceptable, les condamnations pleuvent et la solidarité se met en branle à raison. Et pourtant ce n’était pas faute d’alerter et de crier à l’aide depuis 11 ans, non loin de là se déroulait déjà le pire…

Un appel du docteur Ziad Alissa, Président de l’UOSSM France, médecin anesthésiste-réanimateur, et du professeur Raphaël Pitti, responsable formation de l’UOSSM France, médecin anesthésiste-réanimateur, spécialiste de médecine de guerre


Mots-clés :

207 vues0 commentaire

Kommentare


bottom of page