top of page

Donald Trump et Charlie Parker (médias et intelligence artificielle)


Aux États-Unis, Donald Trump a bel et bien été arrêté : des images le prouvent ! Véritable fabrique potentielle de fake news, l'intelligence artificielle est désormais en mesure de nous faire croire tout et n'importe quoi. Mais son pouvoir ne s'arrête pas à la désinformation. Les milieux culturels en font désormais usage pour concevoir programmes, illustrations et affiches : exit les "droits d'auteur". Au fait, qu'en pense Charlie Parker, alias "The Bird" ?


Pour grandir, ou simplement continuer, les humanités, média alter-actif et engageant, ont besoin de vous. Pour s'abonner : ICI. Pour s'inscrire à notre infolettre : ICI


ÉDITORIAL. C’est sûr, j’aurais pu faire le buzz. Pour illustrer un post récent sur Facebook sur les déportations d’enfants ukrainiens en Russie, plutôt que de diffuser une vraie vidéo de leur retour, j’aurais pu commander à l’intelligence artificielle une image saisissante d’un kapo russe tabassant une adolescente ukrainienne déjà tuméfiée, dans une lugubre salle de torture. Effet garanti !


Évidemment, je ne l'ai pas fait, mais ça interroge. Ces derniers jours, sur les réseaux sociaux, rafales d’images artificiellement créées sur "l’arrestation" de Trump (en tête d'article), Vladimir Poutine en bagnard, Macron dans toutes sortes de postures, etc. Les petits apprentis-sorciers qui font joujou avec les fake news s’en donnent à cœur joie ! Bien sûr, les trucages et autres photomontages ont toujours existé, mais avec l’intelligence artificielle et les réseaux sociaux, cela prend une ampleur vertigineuse.


Voilà qui va pas mal compliquer le travail de journalisme : redoubler de prudence pour ne pas tomber dans le premier piège venu.


Mais cela ne concerne pas que le journalisme. Hier, je recevais un mail d’un prestigieux institut de formation qui propose, à destination des responsables de communication des structures artistiques et culturelles, une formation accélérée à l’intelligence artificielle : comment créer, en quelques clics, un texte de programme (bien pratique pour les "brochures de saison"), une illustration, une affiche… Bien pratique, et gratuit, sans droits d'auteur (quoique, dans certains cas, les tribunaux auront à en juger). Je dois être vieux jeu : que vont devenir dans tout ça les auteurs, photographes, illustrateurs.trices, graphistes ?


Vieux jeu, mais vivant. Et tant que vivant, je m’engage solennellement à ne publier sur les humanités que de vrais textes, et à ne jamais avoir recours à l’intelligence artificielle pour créer de "fausses" images. Mais en revanche, dès que moyens viendront, à donner du travail (rémunéré) à des auteurs, photographes, illustrateurs.trices, etc.


Je me disais ça, hier soir, au moment de dormir, et puis j’ai regardé mon mur. Pas mon "mur" Facebook, un vrai mur. Et là, figurez-vous, Charlie Parker me regardait. Pas Charlie Parker en vrai, bien sûr, mais Charlie Parker quand même. C’est une affiche, que j’ai dû acheter il y a une trentaine d’années. Une affiche polonaise, parce que le graphisme polonaise, c’était quelque chose. Des affiches polonaises comme ça, j’en avais acheté plusieurs. De théâtre, de cirque, de musique. Au fil du temps et des déménagements, certaines s’en sont allées (je les ai données, pour la plupart).


Je suis resté avec Charlie Parker (et Charles Mingus, sur le même mur, à côté). Hier soir, donc, j’ai regardé Charlie Parker, une bonne dizaine de minutes, en me disant : « qu’est-ce que c’est beau ». Et quelle idée géniale d’avoir transformé le saxophone en oiseau pour traduire le surnom de Charlie Parker, "The Bird".


Donc, pour conclure : intelligence artificielle, va te faire foutre.


Jean-Marc Adolphe


Nota bene. Si l'intelligence artificielle est a priori "gratuite", l'intelligence sensible, elle, a une valeur et un coût. Raison pour laquelle les humanités ont lancé un financement participatif : https://www.helloasso.com/associations/in-corpore/collectes/les-humanites-laboratoire-editorial-a-soutenir


Sur le mur, en duo avec Charlie Parker, Charles Mingus

258 vues1 commentaire

1件のコメント


ゲスト
2023年3月25日

À quoi sert cet article ?

À cause de la discussion... on n'arrête pas de parler mais de quoi et comment ? On parle; est-ce que ça pense ? La discussion ne fait pas avancer la pensée (Gilles D). La décadence commence quand on se demande ce qui va arriver et on comment faire …

いいね!
bottom of page