top of page

la dernière des Yaghans. Avec elle, une langue disparaît


Au Chili, Cristina Calderón a œuvré toute sa vie pour préserver la langue yagan.


Cet article vous est offert par les humanités, média alter-actif. Pour persévérer, explorer, aller voir plus loin, raconter, votre soutien est très précieux.

Abonnements ou souscriptions ICI.


Elle avait été déclarée par l’Unesco et le gouvernement chilien « Trésor humain vivant ». Cristina Calderón est décédée le 16 février à l’âge de 93 ans. Elle était la dernière à parler le yagan. Gardienne de l’histoire et du patrimoine de ses ancêtres, elle a eu sept enfants dont certains parlent le yagan mais « pas aussi bien qu’elle », selon Courrier International.

Les Yagans étaient un peuple nomade qui arpentait à cheval le Chili, l’actuelle Argentine jusqu’à la Terre de Feu et vivait de la pêche. La colonisation et le métissage ont peu à peu fait disparaître ce peuple dont Cristina Calderón était « la dernière Yagan ethniquement pure », selon El Pais America.


Le journaliste Robert Lechêne, notamment auteur de Colomb de malheur (1992) a écrit, peu avant sa mort : « Quand Cristina Calderon s’éteindra et sera conduite au cimetière ancestral de la baie Mejillones, les télévisions de tous pays en diffuseront des images. A la différence de celle des Aushs, des Onas et des Alakalufs, la fin génétique des Yaghans ne sera pas une disparition mais un évènement d’audience mondiale. L’humanité saura qu’elle aura perdu une part d’elle-même, minuscule, mais depuis 6.000 ans la plus résolue à exister dans la plus inhumaine extrémité du globe »


Avec l’aide de sa famille, Cristina Calderón avait rédigé un dictionnaire yagan-espagnol et publié un livre d’histoires et de contes de son peuple. Cette langue compte plus de 32.000 vocables mais est uniquement utilisée à l’oral et pas à l’écrit. Cristina Calderón était considérée comme un symbole de résistance culturelle parmi les peuples autochtones. Elle a lutté toute sa vie pour préserver sa langue maternelle.

Cristina Zarraga, petite fille de Cristina Calderon, s'est employée à recueillir de la bouche de sa grand-mère contes, récits, choses de la vie yaghane : elle publie en 2005 son premier livre "Hai kur Mamashu shis" ( Je veux vous raconter une histoire) puis "hooa Usi Mitsana" ( Remède de ma terre), consacré à la médecine naturelle yaghane.


Aujourd’hui, le Chili compte 1.600 descendants de Yagans (soit 0,1% de la population totale du pays). La communauté la plus nombreuse se trouve à Villa Ikia, près de Puerto Williams, la ville la plus méridionale de la planète.

L’une des filles de Cristina Calderón est aujourd’hui l’une des rédactrices de la nouvelle constitution chilienne.


(sources : le média basque mediabask.eus et Wikipedia)


VIDEO (en espagnol)


77 vues0 commentaire

Comments


bottom of page