top of page

Ça sent le surimi


Des milliers de poissons morts ont été découverts au large de La Rochelle. Pour l’ONG Sea Shepherd, il s’agit de rejets effectués illégalement par un navire-usine.


Cet article vous est offert par les humanités, média alter-actif. Pour persévérer, explorer, aller voir plus loin, raconter, votre soutien est très précieux. Abonnements ou souscriptions ICI.


L'IMAGE DU JOUR Une énorme marée grise se dessine au milieu de l’océan Atlantique. Des images, prises par l’association Sea Shepherd, montrent des milliers de poissons morts découverts dans le golfe de Gascogne, à environ 300 km des côtes de La Rochelle.

Selon la présidente de Sea Shepherd France, Lamya Essemlali, ce sont des "captures accessoires". C'est à dire que les quatre navires usines qui sont sur la zone ont remonté ces poissons, mais ce ne sont pas ceux qu'ils recherchaient. Ils les ont donc rejetés massivement à l'eau pour ne pas encombrer leurs cales. Si le fait de pêcher ces poissons, des merlans bleus, a priori, est légal, le fait de les rejeter à l'eau ne l'est pas. Les bateaux ont l'obligation de les ramener au port et de les déclarer. Mais "ça les encombre et si ces poissons qui ne sont pas ciblés par le navire, alors ils les rejettent" explique Lamya Essemlali.

Virginijus Sinkevicius, commissaire européen chargé de l’environnement, des océans et de la pêche, a annoncé sur Twitter l’ouverture d’une enquête « auprès des autorités nationales de la zone de pêche et de l’État présumé du pavillon du navire, afin d’obtenir des informations sur l’affaire ».

Des militants de Greepeace tentent d'empêcher la sortie du Margiris d'un port néerlandais en juillet 2012.

© Olaf Kraak / EPA / MaxPPP


Les soupçons sur ces rejets illégaux se portent sur un navire-usine, le Margiris, deuxième plus grand chalutier du monde (143 mètres), battant pavillon lituanien, capable de traiter plus de 250 tonnes de poissons par jour, qui croisait dans la zone. Le Margiris a fait souvent parler de lui et les écologistes anglais l'accusent de ruiner les fonds marins. En Australie les pêcheurs et les habitants s'étaient mobilisés contre sa venue dans les eux australiennes, il n'avait pas été autorisé à y pêcher. Il est également fortement décrié par les pêcheurs français.


A quand l'interdiction pure et simple du surimi ?


VIDEO Reportage à bord du Margiris (juillet 2020)




Mots-clés :

29 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page