top of page

Andreï Sakharov, ce que sera le monde dans 50 ans (texte inédit de 1974)

Dernière mise à jour : 21 juin

Andreï Sakharov à sa table de travail, en 1975. Photo Elena Bonner.


En 1974, un an avant de recevoir le prix Nobel de la Paix, le scientifique et militant des droits de l’homme Andreï Sakharov prédisait, à la demande du magazine américain Saturday Review, ce que pourrait être le monde dans 50 ans. 2024 ? Nous y sommes. A bien des égards, l’avenir imaginé par Sakharov diffère de notre présent. Cet avenir diffère à bien des égards de notre présent : nous ne volons pas (encore ?) à bord de dirigeables à propulsion nucléaire et nous ne construisons pas de villes sur des satellites artificiels de la Terre. Mais les prévisions concernant l’émergence d’Internet (appelé « Système d’information universelle ») se sont révélées tout à fait exactes, et certaines menaces existentielles pointées alors n’ont pas baissé en intensité, au contraire…


Pour grandir, ou simplement continuer, les humanités, journal-lucioles, a besoin de vous.

Pour s'abonner : ICI. Pour s'inscrire à notre infolettre : ICI


Pour avoir mis au pont la bombe H, le physicien Andreï Sakharov a été un grand privilégié du régime soviétique. Mais il n’avait pas la même vision que lui du rôle de la Russie dans le monde. Peu à peu il a évolué vers la dissidence et est devenu une incarnation du combat universel pour la liberté.


Né le 21 mai à 1921 à Moscou, physicien, comme son père, il conçoit avec lui la bombe H soviétique dont le premier essai a lieu en 1953. Aussitôt élu à l'Académie des sciences, il aurait pu mener tranquillement une vie de privilégié du régime.

Mais de l'opposition aux essais atomiques dans l'atmosphère, il passera peu à peu à la critique d'un système bureaucratique qui confisque les idéaux du socialisme et la liberté des individus. Il aime modérément le mot dissident, il l'incarne néanmoins aux yeux des Soviétiques comme du monde entier.

 

Il reçoit le Nobel de la Paix en 1975. Mais exilé à Gorki, à 400 kms de Moscou, privé de moyens de communication, sa vie, partagée avec Elena Bonner (morte à Boston le 18 juin 2011), est ponctuée d'hospitalisation et de grèves de la faim. En 1985, des agents du KGB surgissent et branchent un téléphone. Au bout du fil, Gorbatchev annonce aux Sakharov qu'ils sont libres. Andreï Sakharov mettra à profit ses dernières années pour mettre au point ses volumineux Mémoires qui lui avaient été dérobés deux fois.

Le peuple russe suit en masse ses obsèques, en décembre 1989. Juste après la chute du mur de Berlin…

 

L’an passé, Vladimir Poutine a fait fermer le Centre Sakharov, qui existait depuis 1990. L'ancienne équipe du centre réalise actuellement un autre projet : Radio Sakharov.


Andreï Sakharov lors d'une conférence de presse le 9 décembre 1988 à Paris. Photo Georges Mérillon


ANDREÏ SAKHAROV, TEXTE INÉDIT EN FRANÇAIS


Il est presque unanimement admis que parmi les facteurs qui détermineront la nature du monde dans les décennies à venir, les plus importants sont la croissance démographique (en 2024, notre planète comptera plus de 7 milliards d'habitants), l'épuisement de nos ressources naturelles (pétrole, fertilité naturelle des sols, eau propre, etc.) et les graves perturbations de l'équilibre écologique et de l'environnement de l'homme. Ces trois facteurs indiscutables créent un contexte déprimant pour toute prévision. Mais un autre facteur est tout aussi indiscutable et significatif : le progrès scientifique et technologique, qui s'est accéléré au cours du millénaire de développement de la civilisation et qui commence seulement maintenant à déployer pleinement ses brillantes possibilités.

 

L'inconnue la plus importante dans toutes les prévisions est la possibilité de la destruction de la civilisation et de la race humaine dans l'holocauste de la guerre nucléaire. Tant qu’existeront les missiles nucléaires et les gouvernements et groupes de gouvernements hostiles et suspicieux, cette horrible menace sera la réalité la plus cruelle de la vie contemporaine.

 

L'humanité est également menacée par le déclin de la moralité personnelle et gouvernementale, qui se manifeste encore aujourd'hui par la désintégration dans de nombreux pays des idéaux fondamentaux du droit et de la justice, par l'égoïsme des consommateurs, par la croissance générale de la criminalité, par le nouveau désastre international du terrorisme nationaliste et politique, et par la propagation destructrice de l'alcoolisme et de la toxicomanie. Les causes de ces phénomènes varient d'un pays à l'autre.

 

Dans l'état actuel du monde, alors qu'il existe un fossé énorme et toujours plus grand dans le développement économique des différents pays et que le monde se divise ouvertement en groupes de gouvernements opposés, tous les dangers qui menacent l'humanité augmentent de façon incroyable.

 

Les pays socialistes sont responsables d'une grande partie de cette augmentation. Je dois en parler ici, car en tant que citoyen de l'État socialiste le plus influent, je porte ma part de responsabilité. Le monopole du parti et de l'État dans tous les aspects de la vie économique, politique, idéologique et culturelle ; le fardeau persistant des crimes sanglants découverts dans le passé récent ; la suppression permanente de la pensée non-conformiste ; l'idéologie hypocrite, auto-célébrante, dogmatique et souvent nationaliste ; l'oppression dans ces sociétés, qui empêche le libre contact entre leurs citoyens et les citoyens d'autres pays ; et la formation dans ces États d'une classe bureaucratique égoïste, immorale, suffisante et hypocrite - tout cela crée une situation qui n'est pas seulement désagréable pour les citoyens de ces pays, mais aussi dangereuse pour l'humanité tout entière.

 

(…)

« J'aimerais voir le début d'un gouvernement mondial avec des principes directeurs basés sur les droits de l'homme »

Qu'est-ce qui s'oppose ou peut s'opposer (devrait s'opposer) aux tendances destructrices de la vie contemporaine ? Je pense qu'il est particulièrement important d'arrêter la désintégration du monde en groupes d'États antagonistes. La convergence des systèmes socialiste et capitaliste s'accompagnerait d'une démilitarisation, d'un renforcement de la confiance internationale et de la défense des droits de l'homme, du droit et de la liberté. Il s'ensuivrait un progrès social et une démocratisation profonds, et les ressources morales, spirituelles et personnelles de l'homme seraient renforcées.

 

J'imagine que la structure économique qui résulterait de cette convergence devrait être un système de type mixte, avec un maximum de flexibilité, de liberté, de mobilité sociale et de possibilités de régulation à l'échelle mondiale.

 

Un rôle majeur doit être joué par les organisations internationales, telles que les Nations unies et l'UNESCO, au sein desquelles j'aimerais voir le début d'un gouvernement mondial avec des principes directeurs basés sur les droits de l'homme.

 

Mais il est impératif de prendre les mesures transitoires importantes qui sont possibles dès maintenant. La mesure la plus simple et la plus urgente est l'arrêt universel d'actions aussi intolérables que la persécution de la non-conformité. Les organisations internationales existantes - la Croix-Rouge, l'OMS (Organisation mondiale de la santé), Amnesty International et d'autres - devraient être autorisées à se rendre partout où il pourrait y avoir des violations des droits de l'homme, en premier lieu dans les prisons et les institutions psychiatriques. La question de la libre circulation sur l'ensemble de la planète - émigration, réémigration, voyages privés - doit être résolue démocratiquement.

 

(…)

« "Territoire de travail" et "Territoire de préservation" »

Je voudrais maintenant présenter quelques hypothèses futurologistes, essentiellement de nature scientifique et technologique.

 

J'imagine une croissance progressive (achevée bien après 2024) de deux types de territoires à partir du monde industriel surpeuplé et inhospitalier pour la vie humaine et la nature. Je les appellerai au conditionnel "Territoire de travail" (TT) et "Territoire de préservation" (TP). Le TP, plus vaste, sera réservé au maintien de l'équilibre écologique de la terre, aux activités de loisirs et au rétablissement actif par l'homme de son propre équilibre naturel. Le TT, plus petit et plus densément peuplé, sera la zone où l'homme passera le plus clair de son temps.

 

L'agriculture y sera intensive ; la nature aura été complètement transformée pour répondre à des besoins pratiques. Toute l'industrie sera concentrée dans des usines géantes automatisées et semi-automatisées. La quasi-totalité de la population vivra dans des "super-villes", dont le centre sera constitué d'immeubles d'habitation à plusieurs étages dont le climat et l'éclairage seront contrôlés artificiellement, avec des cuisines automatisées, des murs paysagers, etc.

 

Une grande partie des villes sera constituée de banlieues qui s'étendront sur des dizaines de kilomètres. J'imagine ces banlieues à l'image des banlieues des pays les plus confortables d'aujourd'hui : construites avec de petites maisons ou des cottages, avec des cours et des jardins, des associations d'enfants, des terrains de sport et des piscines. Elles disposeront de toutes les commodités de la vie urbaine moderne, de transports publics silencieux et confortables, d'un air pur, de l'artisanat et d'une vie culturelle libre et variée.

 

En dépit d'une densité de population assez élevée, la vie dans le TT, avec la résolution rationnelle des problèmes sociaux et internationaux, ne doit pas être moins saine, naturelle et heureuse que la vie d'une personne appartenant à la classe moyenne de nos pays développés actuels - c'est-à-dire beaucoup mieux que ce qui est possible pour l'écrasante majorité de nos contemporains.

 

Mais l'homme de demain aura l'occasion, je l'espère, de passer une partie de son temps, même si ce sera la plus petite partie, dans l'environnement plus naturel du TP. Je prédis que les gens mèneront également une vie avec un véritable objectif social dans le TP. Ils ne se contenteront pas de se reposer, mais travailleront avec leurs mains et leur tête, liront et réfléchiront. Ils vivront sous des tentes ou dans des maisons qu'ils auront construites eux-mêmes, comme le faisaient leurs ancêtres. Ils écouteront le bruit d'un torrent de montagne ou savoureront simplement le silence, la beauté sauvage de la nature, des forêts, du ciel et des nuages. Leur travail de base sera de préserver la nature et eux-mêmes.

(…)


Les villes volantes, c'est-à-dire les satellites artificiels de la Terre dotés d'importantes fonctions industrielles, constitueront une zone naturelle d'expansion du TT. L'énergie solaire y sera concentrée et peut-être une partie importante des installations nucléaires et thermonucléaires avec un refroidissement radiant des échangeurs de chaleur pour éviter la surchauffe de la terre. Les satellites abriteront des usines de métallurgie sous vide, des serres, etc. Ils serviront de laboratoires de recherche cosmique et de stations d'atterrissage pour les vols longue distance. Sous les TT et les TP, il y aura un système largement développé de villes souterraines pour le sommeil et le divertissement, avec des stations de service pour le transport souterrain et l'exploitation minière.

 

« De nouvelles formes d'agriculture verront le jour : marine, bactérienne, microalgale et fongique »

 

Je prévois l'industrialisation, la mécanisation et l'intensification de l'agriculture (en particulier dans le TT), non seulement par l'utilisation classique d'engrais, mais aussi par la création progressive d'un sol superfertile artificiel, avec une irrigation universelle et, dans les régions septentrionales, avec un système généralisé de serres, éclairées artificiellement, avec un sol chauffé, qui utilisent l'électrophorèse et peut-être d'autres méthodes physiques pour induire la croissance.

 

Bien entendu, la génétique et la sélection continueront à jouer un rôle primordial. Ainsi, la "révolution verte" des dernières décennies se poursuivra et se développera. De nouvelles formes d'agriculture verront le jour : marine, bactérienne, microalgale et fongique. La surface des océans, de l'Antarctique et, à terme, de la lune et des planètes sera progressivement adaptée à l'agriculture.

 

Un problème urgent aujourd'hui est celui de la carence de protéines, qui touche des centaines de millions de personnes. Cette forme de malnutrition ne peut être résolue par le développement de l'élevage, car l'alimentation animale représente déjà près de 50 % de la production agricole mondiale. En outre, de nombreux autres facteurs, dont la préservation de l'environnement, exigent une réduction de l'élevage. Je suppose qu'au cours des prochaines décennies, une énorme industrie sera créée pour produire des substituts de protéines animales, en particulier des acides aminés artificiels, principalement par l'enrichissement de matières végétales. Cela entraînera une forte réduction de l'élevage.

 

Des changements presque aussi radicaux devraient intervenir dans l'industrie, la production d'énergie et les modes de vie en général. La tâche la plus importante pour la préservation de l'environnement sera le passage global à des cycles fermés, avec l'absence totale d'émissions dangereuses et polluantes. Les gigantesques problèmes technologiques et économiques qui accompagnent ce passage ne peuvent être résolus qu'à l'échelle internationale (tout comme les problèmes de restructuration de la production agricole, les problèmes démographiques, etc.)

 

Un autre aspect de l'industrie et de l'avenir en général sera l'utilisation plus répandue de la technologie cybernétique. Je prévois que le développement parallèle de la cybernétique semi-conductrice, magnétique, sous vide, photo-électronique, laser, cryotron, gaz-dynamique et d'autres formes de cybernétique conduira à une croissance énorme de ses possibilités économiques et technologiques potentielles.

 

« Loin dans le futur, dans plus de 50 ans, je prévois un système d'information universel »

Les progrès en matière de communication et d'information joueront un rôle unique. L'une des premières étapes de ce progrès sera la création d'un système mondial unique de téléphonie et de vidéophonie. Loin dans le futur, dans plus de 50 ans, je prévois un système d'information universel (SIU), qui permettra à chacun d'accéder à tout moment au contenu de n'importe quel livre publié, de n'importe quel magazine ou de n'importe quel fait. Ce SIU sera doté de terminaux informatiques individuels miniatures, de points de contrôle centraux pour l'afflux d'informations et de canaux de communication incorporant des milliers de communications artificielles provenant de satellites, de câbles et de lignes laser.

 

La réalisation, même partielle, du SIU affectera profondément chaque individu, ses loisirs, son développement intellectuel et artistique. Contrairement à la télévision, qui est la principale source d'information pour beaucoup de nos contemporains, le SIU donnera à chacun la plus grande liberté de choix et exigera une activité individuelle.

 

Mais le véritable rôle historique du SIU sera de faire tomber les barrières à l'échange d'informations entre les pays et les peuples. L'accessibilité totale de l'information, en particulier dans la création artistique, comporte le danger de réduire sa valeur. Mais je suis certain que cette contradiction sera résolue d'une manière ou d'une autre. L'art et sa perception sont toujours si individuels que la valeur du contact personnel avec l'œuvre et l'artiste subsistera toujours. Les livres conserveront également leur valeur. La bibliothèque privée existera toujours, parce qu'elle représente le choix personnel et individuel, la beauté et la tradition, dans le bon sens du terme. Le contact personnel avec l'art et les livres restera toujours une joie.

 

« L'automobile sera remplacée, à mon avis, par un véhicule alimenté par batterie sur des "jambes" mécaniques qui ne perturberont pas la couverture végétale et ne nécessiteront pas de routes goudronnées. »

En ce qui concerne l'énergie : je suis certain qu'au cours des 50 prochaines années, l'importance de l'énergie produite à partir du charbon dans d'énormes centrales électriques dotées de dispositifs de contrôle de la pollution deviendra encore plus grande. Simultanément, la production d'énergie atomique se généralisera et, à la fin de cette période, il en sera de même pour l'énergie créée par la fusion. Le problème de "l'enfouissement" des déchets radioactifs issus de l'énergie atomique n'est aujourd'hui qu'un problème économique et, à l'avenir, il ne sera pas plus complexe ni plus coûteux que l'extraction, tout aussi importante, du gaz sulfureux et de l'oxyde d'azote contenus dans les gaz de combustion des centrales à vapeur.

 

En ce qui concerne les transports : pour que les transports familiaux et individuels soient utilisés principalement dans les TT, l'automobile sera remplacée, à mon avis, par un véhicule alimenté par batterie sur des "jambes" mécaniques qui ne perturberont pas la couverture végétale et ne nécessiteront pas de routes goudronnées. Le transport de base des marchandises et des passagers sera assuré par des dirigeables à hélium à propulsion atomique et, surtout, par des trains à grande vitesse à propulsion atomique qui circuleront sur des monorails et sous terre. Dans de nombreux cas, en particulier dans les transports urbains, les passagers et les marchandises seront chargés et déchargés des véhicules en mouvement à l'aide d'installations "intermédiaires" (comme les trottoirs roulants dans le roman de H. G. Wells Quand le dormeur s'éveillera (« When The Sleeper Awakes » ) ou comme le déchargement des voitures sur des voies parallèles).

 

En ce qui concerne la science, les technologies de pointe et l'exploration spatiale : dans la recherche scientifique, l'utilisation de la simulation théorique par ordinateur de nombreux processus complexes prendra encore plus d'importance. Les ordinateurs dotés d'une plus grande mémoire et d'une plus grande rapidité d'action (ordinateurs en temps réel ou peut-être ordinateurs photo-électriques ou purement optiques dans lesquels les champs d'information sont affichés visuellement) offriront la possibilité de résoudre des problèmes à multiples facettes, des problèmes à multiples variables, des problèmes de mécanique quantique et des problèmes statistiques de toutes sortes. Parmi ces problèmes, on peut citer les prévisions météorologiques, la dynamique magnétique et gazeuse du soleil, de la couronne solaire et d'autres objets astrophysiques, l'analyse des molécules organiques et des processus biophysiques élémentaires, la détermination des propriétés des corps solides et liquides, des cristaux liquides et des particules élémentaires, les calculs cosmologiques, le tracé de processus de production à multiples facettes (par exemple, dans la métallurgie et l'industrie chimique) et les calculs économiques et sociologiques complexes. Même si la simulation informatique ne doit en aucun cas remplacer l'expérimentation et l'observation, elle offre de formidables possibilités auxiliaires pour le développement de la science. La simulation peut contrôler la précision de l'explication théorique de certains phénomènes.

 

Il est possible que l'on parvienne à synthétiser de la matière supraconductrice à température ambiante. Une telle découverte serait révolutionnaire en électronique et dans bien d'autres domaines technologiques - par exemple, dans les transports, en créant des rails supraconducteurs, sur lesquels le véhicule glisse sans frottement sur un "coussin" magnétique ; bien sûr, les patins du véhicule pourraient être supraconducteurs et les rails magnétisés.

 

« … l'infatigable curiosité, la flexibilité et la puissance de la raison humaine… »

J'imagine que les progrès de la physique et de la chimie (peut-être grâce à la modélisation informatique) conduiront non seulement à la création de matériaux synthétiques supérieurs aux matériaux naturels dans tous les domaines significatifs (les premiers pas ont été faits dans ce domaine), mais aussi à la re-production artificielle de nombreux aspects uniques de systèmes entiers existant dans la nature. J'imagine que les automates du futur auront des "muscles" efficaces et faciles à diriger en polymères contractiles et qu'il y aura des analyseurs très sensibles des mélanges organiques et inorganiques de l'air et de l'eau fonctionnant sur le principe d'un "nez" artificiel.


(…)

 

L'exploration spatiale sera encore plus importante. Je prévois des tentatives accrues pour établir une communication avec des civilisations d'autres planètes. Cela impliquera la recherche de signaux interplanétaires sur toutes les longueurs d'onde connues et la planification et l'établissement simultanés de nos propres stations d'émission. Il faudra également rechercher dans l'espace les stations des civilisations extraterrestres. Bien entendu, les informations obtenues "là-bas" pourraient avoir un impact révolutionnaire sur tous les aspects de la vie humaine - en science et en technologie, naturellement - et pourraient également donner lieu à un échange d'expériences sociales.

 

Je prédis que de puissants télescopes installés dans des laboratoires spatiaux ou sur la lune nous permettront de voir les planètes en orbite autour des étoiles les plus proches (Alpha du Centaure et autres). Les obstacles atmosphériques rendent impossible l'agrandissement des miroirs existants des télescopes terrestres.

 

(…)

 

J'ai présenté quelques-unes de mes prédictions sur l'avenir de la science et de la technologie. Mais j'ai presque complètement négligé le cœur même de la science, qui s'avère souvent le plus important en termes de conséquences pratiques - la recherche théorique hautement abstraite qui naît de l'infatigable curiosité, de la flexibilité et de la puissance de la raison humaine. Dans la première moitié du vingtième siècle, ces recherches ont conduit à la création d'une théorie spécifique et d'une théorie générale de la relativité, à la création de la mécanique quantique et à la découverte de la structure de l'atome et de son noyau.

 

Les découvertes à cette échelle ont toujours été et seront toujours imprévisibles. Je ne peux qu'émettre des hypothèses, avec beaucoup de réserves, sur les directions générales dans lesquelles des découvertes comparables se produiront.

 

La recherche en théorie des particules élémentaires et en cosmologie peut conduire non seulement à des avancées concrètes majeures dans les domaines de recherche existants, mais aussi à la formation de perceptions entièrement nouvelles de la structure de l'espace et du temps. La recherche en physiologie et en biophysique, la régulation des fonctions vitales, la médecine, la cybernétique sociale et la théorie générale de l'autorégulation peuvent donner lieu à de grandes découvertes inattendues. Chaque découverte majeure aura une influence profonde sur la vie de l'humanité.

 

« Le "super-objectif" des institutions humaines n'est pas seulement de protéger tous ceux qui naissent sur terre de la souffrance excessive et de la mort précoce, mais aussi de préserver dans l'humanité tout ce qui est humain »

 

La poursuite et le développement des tendances actuelles du progrès scientifique et technologique me semblent inévitables. Je ne considère pas les conséquences comme tragiques, bien que je connaisse les avertissements des penseurs qui sont d'un avis contraire.

 

La croissance démographique et l'épuisement des ressources naturelles rendent absolument impossible le retour de l'humanité à la soi-disant vie saine du passé (qui était en réalité très difficile et souvent cruelle et sans joie), même si l'homme le désirait et pouvait le réaliser dans des conditions de concurrence et de difficultés économiques et politiques. Les différents aspects du progrès scientifique et technique - urbanisation, industrialisation, mécanisation, automatisation, utilisation d'engrais et de désherbants chimiques, développement de la culture et des loisirs, progrès de la médecine, meilleure alimentation, diminution de la mortalité, allongement de la durée de la vie - sont étroitement interconnectés et il n'est pas possible de "revenir en arrière" sur certains aspects du progrès sans détruire l'ensemble de la civilisation.

 

Seule la ruine de la civilisation par l'holocauste d'une catastrophe nucléaire mondiale, par la famine, les épidémies ou le chaos général pourrait inverser le cours du progrès, mais seul un fou souhaiterait une telle issue.

 

Le monde va mal aujourd'hui, au sens le plus direct et le plus simple du terme. La faim et la mort menacent la majorité des hommes. C'est pourquoi le premier objectif d'un progrès véritablement humain doit être de mettre fin à ces dangers, et toute autre approche serait d’un snobisme impardonnable. Pourtant, je ne suis pas enclin à insister sur l'aspect technologique et matériel du progrès. Je suis certain que le "super-objectif" des institutions humaines, et cela inclut le progrès, n'est pas seulement de protéger tous ceux qui naissent sur terre de la souffrance excessive et de la mort précoce, mais aussi de préserver dans l'humanité tout ce qui est humain : la joie du travail spontané avec des mains et un esprit averti, la joie de l'entraide et des bonnes relations avec les gens et la nature, la joie de l'apprentissage et de l'art. Je ne crois pas que les contradictions entre ces objectifs soient insurmontables. Aujourd'hui encore, les citoyens des pays les plus développés et industrialisés ont plus de possibilités de mener une vie normale et saine que leurs contemporains des pays les plus arriérés et les plus affamés. Et en tout état de cause, le progrès qui sauvera les gens de la faim et de la maladie ne peut pas être en contradiction avec la préservation de la source du bien actif, de ce qu'il y a de plus humain dans l'homme.

 

Je crois que l'humanité trouvera une solution rationnelle au problème complexe de la réalisation des grands objectifs nécessaires et inévitables du progrès sans perdre le caractère humain de l'humanité et le caractère naturel de la nature.

 

Texte dicté par téléphone en 1975 par Andreï Sakharov à The Sunday Review,

traduit en anglais par Antonina W. Bouis

Traduction française pour les humanités : Dominique Vernis


C'est le moment de...

...soutenir les humanités / journal-lucioles, et le travail de notre toute petite rédaction. Pas encore prêt à vous abonner ? Une nouvelle formule : "acheter" cet article pour 1 € (les petits ruisseaux font les grandes rivières) : ICI

64 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page