top of page
Naviguez dans
nos rubriques

L’Image du jour. Histoire de rafflésie


Sur l’île de Sumatra vient d’éclore la rafflésie, alias Rafflesia arnoldii, alias "fleur-cadavre". La plus grande fleur du monde peut atteindre plus d’un mètre de diamètre et peser jusqu’à 10 kilos.


Cet article vous est offert par les humanités, média alter-actif. Pour persévérer, explorer, aller voir plus loin, raconter, votre soutien est très précieux. Abonnements ou souscriptions ICI.


La rafflésie (Rafflesia arnoldii) produit la plus grande fleur simple du monde, avec un diamètre pouvant atteindre un mètre et un poids dépassant les onze kilogrammes !

La rafflésie pousse dans les forêts humides de l’Indonésie, de la Malaisie et de la Thaïlande où on les trouve dans le Parc national de Khao Sok. Les premières raflésie sauraient été découvertes par Louis Deschamps sur l’île de Java, en 1791, toutefois elle a officiellement identifiée en 1818 dans une forêt tropicale d’Indonésie par le botaniste Joseph Arnold et nommée par Sir Thomas Stamford, le chef de l’expédition, Raffles.

La plante de la famille des Rafflesiaceae n’a ni tige, ni feuille, ni racine. C’est une gigantesque et magnifique fleur rouge ocre avec une symétrie radiale (actinomorphe) à cinq pétales cloquées de pustules crémeuses. Rafflesia arnoldii est un holoparasite (1). La plante parasite spécifiquement les Tetrastigma.

La raflésie possède une autre caractéristique : elle dégage une forte odeur de viande pourrie, qui la fait parfois désigner sous le nom de "fleur-cadavre".

La rafflésie ne possède pas de chlorophylle et ne peut réaliser de photosynthèse. Elle dépend entièrement de la plante qu’elle parasite. Lors de son de son développement, elle vit à l’intérieur de son hôte sous forme de filaments. C’est seulement au cours de la floraison qu’elle est visible. Celle-ci ne dure que quelques jours… Rafflesia magnifica fait partie des douze-mille espèces de plantes inscrites en liste rouge des plantes menacées.

En Thaïlande, les fleurs sont utilisées pour leurs pouvoirs magiques. Les jeunes bourgeons sont parfois consommés comme friandises. La consommation en quantité de ces fleurs s’avère être toxique.

La phylogénie moléculaire de ce genre vieux de douze millions d’années donne à penser qu’il détient le record de la vitesse d’évolution du diamètre des fleurs. Leur taille serait restée aux environs d’une trentaine de centimètres durant dix millions d’années, puis aurait fortement grandi lorsque les espèces de ce genre ont divergé. L’évolution la plus rapide serait celle de Rafflesia kerii dont la fleur aurait gagné quatre-vingt-dix centimètres en un million d’années.

De récentes études de l’ADN mitochondrial ont montré que la rafflesia est apparentée à l’ordre des Malpighiales, auquel appartiennent les violettes minuscules et à l’odeur délicate.

La rafflésie a été popularisée par le jeu Pokémon en servant de modèle au Pokémon Rafflésia (deuxième avatar de Mystherbe).


(1). Un holoparasite est une plante parasite non chlorophyllienne par nature et qui doit donc prélever sa matière organique sur un hôte en plus de l’eau et des sels minéraux.

(2). Tetrastigma, des vignes ligneuses présentes dans les régions tropicales.

Mots-clés :

151 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page