top of page

Tbilissi (Géorgie), nuit du 2 mai. #NoToRussianLaw

Dernière mise à jour : 21 juin


Photo Dima Zverev


En direct de Tbilissi, seconde nuit d'infos sur les humanités / journal-lucioles, contre la "loi russe" que veut promulguer le parti au pouvoir. Ce texte, inspiré d'une législation russe utilisée par le Kremlin pour réprimer les voix dissidentes, obligerait les organisations recevant plus de 20 % de leur financement de l'étranger à s'enregistrer sous le label infamant d'"organisation poursuivant les intérêts d'une puissance étrangère", sous peine d'amende. Pour le chercheur franco-géorgien Thorniké Gordadzé, ancien ministre d'État pour l'Intégration européenne, "Ce n'est pas tellement contre l'opposition politique, il s'agit avant tout d'éliminer la société civile, les ONG et les médias critiques". Les humanités sont évidemment solidaires d'une jeunesse géorgienne qui ne veut pas entendre parler du retour en arrière et qui ne veut pas redevenir une colonie de la Russie.


Pour grandir, ou simplement continuer, les humanités, journal-lucioles, a besoin de vous.

Pour s'abonner : ICI. Pour s'inscrire à notre infolettre : ICI



Le 2 mai 2024 à Tbilissi. Photo DR.


Hier, la foule (au moins 120.000 personnes) s'est massée autour du Parlement géorgien. "Je crois qu'en 20 ans de couverture de ce pays, je n'ai jamais vu une manifestation aussi fournie que celle qui s'est déroulée hier soir à Tbilissi", décrit jeudi 2 mai Régis Genté, le correspondant de France 24 et RFI en Géorgie. "Cela dit vraiment quelque chose de ce qui est en train de se passer dans ce pays et de l'ampleur de l'opposition." Ce jeudi 2 mai, le Square des Héros, à Tbilissi, est devenu le lieu de rassemblement le plus emblématique, et ce choix n'a rien d'anodin. Le Square des héros (en géorgien : გმირთა მოედანი) est un monument construit pour honorer la mémoire des héros géorgiens disparus dans la guerre contre l'armée soviétique et dans les opérations en Abkhazie. Chaque jour, deux soldats arrivent le matin sur les côtés de la place, où se trouve une pierre commémorative, et, après avoir rendu hommage, se mettent au garde-à-vous en signe de respect.


Le monument est situé près du zoo de Tbilissi. Il mesure 51 m de haut, comporte 16 faces en marbre. Les noms de plus de 4.000 victimes géorgiennes ont été gravés sur le mémorial en août 2008 ; ils comprennent les noms des étudiants militaires géorgiens morts dans la lutte contre l'Armée rouge en 1921, ceux des dirigeants de la contre-insurrection antisoviétique en 1924, et ceux des morts de la guerre abkhaze de cinq jours en 1992 et 1993.


A minuit trente (à Tbilissi, 22 h 30 en France)

Foule en liesse qui danse, qui danse...




A l'Opéra de Tbilissi



Square des Héros


A 22 h 30 (à Tbilissi, 20 h 30 en France)



Alors que les premiers manifestants arrivaient sur place, la répression policière s'est aussitôt déchaînée. La correspondante sur place des humanités, Alyssa G., a elle aussi été arrêtée.



Photo DR


HIER SOIR A TBILISSI

Photo Dima Zverev

 Photo David Mdzinarishvili/EPA

Photo Dima Zverev

Photo Giorgi Arjevanidze/Agence France-Presse

Photo DR

Photo Irakli Gedenidze/Reuters


Photo Dima Zverev


Mots-clés :

119 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commentaires


bottom of page