top of page
Naviguez dans
nos rubriques

Carnage à Olenivka : censuré par Facebook

Dernière mise à jour : 30 juil. 2022


A nouveau censuré par Facebook pour avoir dénoncé les crimes de l'armée russe...


Cet article vous est offert par la rédaction des humanités, média alter-actif. Pour persévérer, explorer, aller voir plus loin, raconter, votre soutien est très précieux. Abonnements ou souscriptions ICI


Le post suivant a été banni par Facebook, pour non-respect des "standards de la communauté"?. Je suis interdit de toute publication ou commentaire pendant 2 jours : le fil Ukraine que je tiens sur Facebook depuis le 24 février est donc interrompu par la force des choses. Jean-Marc Adolphe


1. Les Juifs sont des nazis.

Raison pour laquelle le ministère russe de la Justice menace de fermer les bureaux de l’Agence juive à Moscou (article d’Emmanuel Grynszpan ce matin dans Le Monde : https://www.lemonde.fr/international/article/2022/07/29/moscou-menace-de-fermer-l-agence-juive-pour-israel_6136565_3210.html

Selon Milan Czerny, chercheur spécialiste des relations russo-israéliennes. « On voit que des déclarations ouvertement antisémites ont été faites depuis le début de la guerre [en Ukraine] par [le ministre des affaires étrangères russe Sergueï] Lavrov ou dans les médias. S’attaquer aux organisations juives s’inscrit dans la continuité de ce point de vue »


2. Les Russes sont gentils, les Ukrainiens sont méchants.

La preuve : les Russes s’occupent gentiment des prisonniers d’Azovstal dans un centre de vacances à Olenivka. Tous les jours, ils leur font des chatouilles relaxantes, ce que la propagande occidentale qualifie de « tortures ». Et bien, figurez-vous que l’armée ukrainienne a bombardé ce centre de vacances d’Olenivka (dans la région de Donetsk), faisant au moins 50 morts et 130 blessés. C’est en tout cas ce qu’affirme ce matin Danil Bezsonov, porte-parole des séparatistes soutenus par la Russie dans la région de Donetsk (confirmé par l’armée russe). Vidéo morbide à l’appui.



Trêve de plaisanterie (le sujet ne s’y prête guère) : comment accorder le moindre crédit aux zozotorités de Donetsk ? Il est plus que probable que les forces russes, ou pro-russes, on elles-mêmes visé la prison d’Olenivka. Un bombardement ça va plus vite qu’un jugement. C’est chiant, les jugements.

L’an dernier, dans un entretien qui n’était pas départ pas destiné à être diffusé le sus-nommé Danil Bezsonov admettait ouvertement que les militants russes/armés par la Russie violaient constamment l'accord de Minsk et tuaient des ukrainiens, sans le dire officiellement (https://khpg.org/en/1608809602)

Ce qui est a priori sûr, c’est qu’il y a eu un carnage. Et je me fais du souci pour ma chère Katya « oiseau d’acier », a priori détenue à Olenivka.


Mise à jour 12 h 30 (depuis le fil Telegram Ukraine now)

Les envahisseurs russes ont montré une vidéo d'une caserne incendiée dans une colonie à Olenivka, où 53 soldats ukrainiens ont été tués, y compris des combattants d'Azov

Les propagandistes affirment que le bâtiment a brûlé à la suite de tirs de roquettes des Forces armées ukrainiennes provenant du MLRS HIMARS.

Une autre manœuvre sournoise pour effacer complètement les traces de leurs crimes, car le monde entier a déjà vu la torture impitoyable des militaires ukrainiens, y compris la vidéo d'hier où l'on coupe les testicules d'un prisonnier de guerre ukrainien.

L'état-major général des forces armées ukrainiennes a déclaré que les Russes eux-mêmes ont délibérément tiré sur le centre de détention provisoire Olenivsky de la soi-disant "RPD", où des prisonniers de guerre ukrainiens sont morts.

Le commandant des forces de roquettes et de l'artillerie des forces armées ukrainiennes a déclaré que les troupes ukrainiennes n'ont pas bombardé Olenivka, car elles ne frappent que les installations militaires russes.


Mise à jour 18 h 30

Apparemment, il n'y a eu aucun bombardement. Des explosifs auraient été placés à l'intérieur de la prison... : Le Service de sécurité de l'Ukraine rapporte qu'à en juger par les vidéos de l'attaque disponibles en ligne, les fenêtres de certains bâtiments de l'établissement sont restées complètement intactes. Cela signifie que l'épicentre de l'explosion était situé à l'intérieur du bâtiment détruit, et que ses murs ont "absorbé" les ondes de l'explosion et "sauvé" les bâtiments voisins. L'évaluation préliminaire des vidéos permet également de conclure que les traces d'explosion de ce type se sont très probablement formées sur les murs, précisément parce que la source de l'explosion était située à l'intérieur.


Et... Vidéo : des images terribles, complaisamment diffusées par Danil Bezsonov, "porte-parole" des séparatistes soutenus par la Russie dans la région de Donetsk


Mise à jour samedi 30 juillet à 9 h

Nouvelles du carnage d’Olenivka, ce samedi matin : Selon les services de renseignement ukrainiens, le carnage a été commis par les mercenaires du Groupe Wagner sur l'ordre direct de son chef, Evgueni Prigojine. Cette attaque, dont le but principal aurait été de dissimuler le détournement massif des fonds alloués à l'hébergement des prisonniers de guerre ainsi que des preuves d’actes de torture, aurait été organisée et menée sans l'accord des responsables du ministère russe de la Défense.

A ce stade, plusieurs remarques. 1. La milice Wagner a déjà été impliquée dans les massacres de Boutcha. Sa présence dans le Donbass, pour suppléer les carences de l’armée russe, est avérée depuis plusieurs semaines. Les services de renseignement britanniques suspectent fortement Wagner d'avoir joué un rôle majeur dans la prise des villes ukrainiennes de Popasna et de Lysyschansk. Seulement, ces combats ont infligé de lourdes pertes au groupe. Ainsi, celui-ci abaisse ses normes de recrutement, recrute des condamnés et des personnes anciennement mises sur liste noire. Question : avant de proclamer la Fédération de Russie « État terroriste » (c’est en débat au Congrès américain), qu’attend la « communauté internationale » pour placer le Groupe Wagner sur une liste d’organisations terroristes ?

2. Quand bien même la milice Wagner aurait agi, à Olenivka, sans l'accord des responsables du ministère russe de la Défense, la responsabilité des autorités russes est pleinement engagée. Faut-il rappeler que l’évacuation et la reddition des derniers combattants d’Azovstal s’est faite sous la médiation de l'ONU et du Comité international de la Croix-Rouge, avec comme condition essentielle, l'obligation pour la Russie de préserver la vie et la santé des prisonniers ukrainiens. « Nous sommes au courant de la situation et nous avons demandé à pouvoir accéder à cet endroit dès que possible afin de savoir avec certitude et de voir de nos propres yeux ce qui s'est passé et si certaines des personnes qui s'y trouvent ont besoin de notre aide", a déclaré le représentant du Comité international de la Croix-Rouge. Jusqu’à présent, à ma connaissance, les « demandes » de la Croix-Rouge sont restées lettre morte. Pourquoi cela changerait-il aujourd’hui ?

306 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page