top of page
Naviguez dans
nos rubriques

Cartier et l'or des Yanomami



La célèbre marque française de joaillerie de luxe, aujourd'hui propriété de la banque suisse Richemont, a fait un usage publicitaire, sans l'accord de leur communauté, d'une photo d'enfants Yanomami, une tribu amazonienne dévastée par l'exploitation illégale de l'or. Par le biais de sa fondation, "indépendante", Cartier prétend, sans engager le moindre projet de reforestation, "poursuivre son action en faveur de la justice indigène", quand "Les Yanomami paient de leur santé et de leur vie l'avidité incessante de notre société pour l'or".


Pour grandir, ou simplement continuer, les humanités, média alter-actif et engageant, ont besoin de vous. Pour s'abonner : ICI. Pour s'inscrire à notre infolettre : ICI


Voici encore deux mois, le site Internet de Cartier montrait des enfants Yanomami jouant dans un champ verdoyant. La marque française de joaillerie de luxe disait travailler à la promotion de la culture de ce peuple indigène et à la protection de la forêt tropicale où il vit, dans un vaste territoire à cheval sur le Brésil et le Venezuela. Mais le projet de protection de l'Amazonie décrit par le site n'a jamais eu lieu. Cartier a publié la photo sans l'accord des dirigeants Yanomami, violant ainsi les croyances d'un peuple qui vivait dans un isolement presque total jusqu'à ce qu'il soit contacté par des étrangers dans les années 1970.

Cette publicité, retirée du site web de Cartier, présente une image de quatre enfants Yanomami jouant dans un champ verdoyant, tandis qu'en haut de la page figurent des liens permettant d'acheter des bijoux haut de gamme.


Certains Yanomami et leurs défenseurs se félicitent de la promotion par Cartier des causes des Yanomami. Toutefois, la publicité de l'un des plus grands joailliers du monde, qui présente des images d'un peuple autochtone dévasté par l'exploitation illégale de l'or, a suscité des plaintes pour écoblanchiment, c'est-à-dire le fait qu'une entreprise promeuve sa propre image en soutenant une cause.


"Comment une entreprise de joaillerie, à laquelle nous, les Yanomami, sommes opposés, peut-elle utiliser l'image des Yanomami ?" questionne Júnior Hekurari, membre du groupe indigène et chef du conseil de santé des Yanomami. Les maladies, les meurtres et la prostitution, alimentés par les drogues et l'alcool importés par des milliers de chercheurs d'or illégaux, ont dévasté la vie traditionnelle des Yanomami. Selon les statistiques brésiliennes, 570 enfants yanomami sont morts de malnutrition, de diarrhée et de paludisme entre 2019 et 2022. Le mercure toxique utilisé dans l'exploitation minière illégale provoque des malformations congénitales et ravage les écosystèmes.


Cartier affirme qu'elle n'achète pas d'or extrait illégalement, mais les chefs Yanomami exhortent les gens à ne pas acheter de bijoux en or, quelle qu'en soit la provenance, car la demande de ce métal précieux fait grimper le prix de l'or et attire les mineurs sur leur territoire.


Cartier et d'autres marques de bijoux appartenant au conglomérat suisse Richemont ont réalisé un chiffre d'affaires cumulé de 11 milliards d'euros au cours de l'exercice fiscal qui s'est achevé le 31 mars 2022, selon son rapport annuel. Certaines des pièces promues sur son site web américain coûtent jusqu'à 341.000 dollars.


Les liens entre Cartier et les quelque 40.000 Yanomami remontent à 20 ans, principalement par l'intermédiaire de la Fondation Cartier, un organisme philanthropique créé et financé par l'entreprise en 1984.


Dans le passé, peu de Yanomami ou de leurs défenseurs ont publiquement critiqué Cartier ou la fondation, mais un nombre croissant d'entre eux ont commencé à exprimer leurs inquiétudes.


La fondation Cartier a récemment parrainé une exposition de photographies sur les Yanomami, ainsi que d'œuvres d'artistes indigènes, dans un élégant centre d'art à but non lucratif de Manhattan. L'exposition, qui se tenait auparavant à Paris, a été saluée par des médias tels que le New York Times et Luxury Daily, une publication influente du secteur, qui a titré : "la Fondation Cartier poursuit son action en faveur de la justice indigène par le biais du mécénat d'art".


Barbara Navarro, artiste multimédia française, a vu quelque chose de très différent, comme l'ont fait plusieurs autres artistes, dont certains Yanomami. Dans l'exposition multimédia "Pas de Cartier", présentée en France dans le village de Nemours, en France, Barbara Navarro et d'autres artistes critiquent la marque de luxe et la dévastation causée par les mineurs illégaux dans une exposition qui comprend des sculptures et des dessins. Dans un montage photo, on voit une grande mine d'or entourée par la forêt amazonienne à côté d'un magasin Cartier. "Les Yanomami paient de leur santé et de leur vie l'avidité incessante de notre société pour l'or", déclare Barbara Navarro : "Pour Cartier, le parrainage des Yanomami est l'occasion de mettre en valeur sa marque".


Pour de nombreux groupes indigènes, l'utilisation d'une photo d'eux par une entreprise ou une organisation philanthropique nécessite une autorisation officielle, que Júnior Hekurari a donnée à l'agence Associated Press pour montrer comment Cartier a utilisé leur image. La photo des enfants sur le site web de Cartier viole le droit des Yanomami au consentement préalable, libre et éclairé, selon le Conseil indigène de Roraima, une organisation de base, qui cite la Convention 169 de l'Organisation internationale du travail sur les peuples indigènes et tribaux, que le Brésil a signée.


Júnior Hekurari souligne que son peuple a besoin de la coopération internationale, mais que son organisation n'accepterait jamais d'argent d'une entreprise de joaillerie.


Au cours de ses voyages sur le territoire des Yanomami, une région grande comme le Portugal, le chef des Yanomami a rencontré des dizaines d'enfants squelettiques dans des communautés assiégées par des milliers de mineurs illégaux. En mars, son organisation, Urihi, a lancé une campagne en ligne pour sensibiliser le public au commerce de l'or. Dans une vidéo, le chef yanomami demande aux lauréats des Oscars de remplacer les célèbres statuettes plaquées or par des figurines en bois d'Omama, une entité mythique. "Lorsque quelqu'un achète de l'or dans une bijouterie, il finance d'autres invasions visant à détruire les terres indigènes", déclare-t-il. "Il ne s'agit pas seulement d'extraire de l'or. Il s'agit de faucher des vies".


Cartier a refusé de commenter l'appel des Yanomami à cesser d'acheter des bijoux en or, mais après avoir été contactée par Associated Press à la fin du mois de mars, elle a retiré la photo et la description du projet. Les fonds avaient été alloués à un projet de préservation de la forêt, mais ont finalement été utilisés pour acquérir du matériel médical afin de lutter contre le COVID-19 chez les Yanomami, selon Cartier. Un don d'une valeur de 74.200 dollars a été effectué en juin 2020.


La description inexacte "était un oubli regrettable de notre part, et nous y avons remédié dès qu'elle nous a été signalée", déclare l'entreprise. Mais le problème ne se limite pas à un mauvais choix d'image, affirment de nombreuses personnes. Dário Kopenawa, vice-président de l'association Hutukara Yanomami, estime que "quiconque achète une bague en or participe au crime".

Un pilote d'avion qui travaille dans une mine illégale montre de l'or extrait du territoire de la tribu indigène Yanomami à Alto Alegre,

dans l'État de Roraima, au Brésil, le 7 février 2023. Photo Edmar Barros / Associated Press


Cartier et sa fondation décrivent leur relation comme étant sans lien de dépendance. Hutukara Kopenawa fait également une distinction entre Cartier et la fondation qui porte son nom : "Nous savons que Cartier achète de l'or dans le monde entier... mais la fondation est différente. Il s'agit d'une autre branche, qui soutient la protection des Yanomami".


En février, Hutukara Kopenawa a même voyagé à New York afin d'assister à l'exposition "Yanomami Struggle - Art and Activism in the Amazon", parrainée par la Fondation Cartier et présentant des portraits photographiques de peuples indigènes ainsi que des œuvres d'artistes yanomamis. Hutukara Kopenawa et d'autres Yanomami ont participé à la cérémonie d'ouverture, en présence du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.


La Fondation Cartier possède une collection de près de 2.000 œuvres à son siège parisien. La fondation "est dirigée par une équipe indépendante et dévouée de professionnels du monde de l'art, chargée de définir et de mettre en œuvre le programme artistique". La fondation est dirigée par Alain Dominique Perrin, une figure éminente de l'industrie du luxe qui a précédemment occupé le poste de directeur général de Richemont. Dans une interview accordée en 2018 au magazine économique français Entreprendre, il a souligné la valeur du mécénat artistique pour les entreprises : "Le mécénat est similaire au sponsoring : Vous aidez un artiste à exposer, à se faire connaître et à se développer, mais en retour, la Fondation reçoit des éloges de la presse, des médias et des réseaux sociaux, ce qui profite forcément à l'entreprise".


La fondation "deviendra un point central pour la gestion et l'image de la marque Cartier", a écrit Richemont dans son rapport annuel de 1994, lorsque le siège a été inauguré avec 12.000 mètres carrés d'espace d'exposition.


L'anthropologue français Bruce Albert s'est engagé auprès des Yanomami depuis des décennies, participant à une campagne dans les années 1990 qui a permis d'obtenir la démarcation des terres de la tribu. Il a établi un lien entre la Fondation Cartier et les Yanomami en 2003. Cette année-là, Bruce Albert a organisé la première exposition de photos et d'œuvres d'art sur les Yanomami parrainée par la fondation.


Début février, Bruce Albert a assisté à la cérémonie d'ouverture de l'exposition de New York, après y avoir travaillé en tant que consultant rémunéré, en compagnie d'artistes Kopenawa et Yanomami. Répondant à des questions par écrit, il a salué en février l'indépendance de la Fondation Cartier et a déclaré qu'un meilleur contrôle de la part des autorités brésiliennes serait plus efficace qu'un boycott de l'or. Il a néanmoins critiqué l'utilisation de l'image sur le site web de Cartier, déclarant par courriel en avril que les Yanomami n'avaient pas donné leur accord pour son utilisation et que le joaillier ne finançait aucun projet de reforestation.

Des hélicoptères dans un camp de mineurs illégaux lors d'une opération de l'agence brésilienne de l'environnement

visant à lutter contre l'exploitation minière illégale dans le territoire indigène Yanomami, dans l'État de Roraima, au Brésil, le 11 février 2023.

Photo Edmar Barros / Associated Press


En ce qui concerne l'acquisition d'or, Cartier affirme que la majeure partie est achetée recyclée et que la société se conforme aux normes du Responsible Jewelry Council, qui se décrit comme la principale organisation mondiale chargée d'établir des normes de durabilité pour l'industrie de la bijouterie et de l'horlogerie.


En ce qui concerne l'or, il est pratiquement impossible de prouver sa provenance, car de nombreux matériaux illégaux s'infiltrent dans les chaînes d'approvisionnement mondiales. Les dirigeants Yanomami ont clairement indiqué qu'ils pensaient que l'or était à l'origine des problèmes du groupe.


"Y a-t-il une responsabilité dans l'achat de cet or ?" Ivo Makuxi, l'avocat du conseil indigène, pose la question sur le rôle de Cartier dans une industrie qui a fait du tort aux Yanomami. "L'entreprise respecte-t-elle les droits des indigènes ?"


Enquête pour Associated Press : Fabiano Maisonnave

Illustration en tête d'article : œuvre de Barbara Navarro montrant une boutique Cartier, une photo de la destruction d'une mine d'or et une bague Cartier.


Entièrement gratuit et sans publicité ni aides publiques, édité par une association, le site des humanités entend pourtant fureter, révéler, défricher, offrir à ses lectrices et lecteurs une information buissonnière, hors des sentiers battus.

Pour encourager cette aventure, dès 1 € :



101 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page