top of page

Elza Soares, la mort d'une reine



Elle a débarqué un jour de la "planète faim". "Chanteuse du millénaire", reine absolue de la samba carioca, Elza Soares est morte chez elle, à Rio de Janeiro, à 91 ans. Mariée au footballeur Garrincha (qui la battait), Elza Soares a connu d'immenses succès et d'aussi immenses galères. "Je chante pour ne pas devenir folle", disait-elle.


Cet article vous est offert par les humanités, média alter-actif. Pour persévérer, explorer, aller voir plus loin, raconter, votre soutien est très précieux. Abonnements ou souscriptions ICI.


La Brésilienne Elza Soares, l'une des grandes reines de la samba, est morte jeudi à l'âge de 91 ans à son domicile de Rio de Janeiro. Chanteuse et compositrice, elle laisse derrière elle une carrière musicale de près de sept décennies, 36 albums et un militantisme contre les violences sexistes, le racisme et en faveur du féminisme noir qui en a fait une icône pour les nouvelles générations.

Fille d'une lavandière et d'un ouvrier, elle est née en 1930 dans une favela de Rio de Janeiro. Sa biographie comprend de grands triomphes professionnels et des épisodes très difficiles dans sa vie personnelle. Elle était encore une adolescente de 13 ans quand elle a eu son premier enfant. À 15 ans, elle avait perdu un bébé et à 21 ans, elle était veuve. Elle a dit qu'elle chantait pour ne pas devenir folle, rapporte le journal O Globo.

Elle fait ses débuts dans une émission de radio après un échange inoubliable avec l'animateur : « De quelle planète venez-vous ? » demande-t-il à la jeune femme aux vêtements modestes qui aspire à vivre de la musique. Elle a répondu sans ambages : « Je viens de votre planète, M. Ary, la planète faim ».


Après ces débuts, elle a continué à se forger une carrière comme choriste dans les clubs de Rio de Janeiro à la fin des années 1950, puis elle chante pour la première fois à l'étranger, en Argentine, et elle sort son premier album en 1959, Se acaso você chegasse (Si tu dois arriver). C'est le début d'une carrière qui la verra régner sur la samba carioca pendant des décennies, chanter devant la reine Elizabeth II lors de sa visite au Brésil en 1968, être élue chanteuse du millénaire par la BBC en 1999 et se produire aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro en 2016.

Ses cheveux bouclés et arrondis, ses lèvres pleines et ses faux cils la rendaient reconnaissable entre toutes. Elle a toujours été moderne. Sa musique combine la samba avec des ingrédients de jazz, de hip-hop, de musique électronique et de funk.

A 90 ans, elle était très active, même en pleine pandémie ; elle vivait face à la mer sur la plage de Copacabana à Rio. Le 8 mars dernier, elle publiait un clip vidéo pour la Journée de la femme.

« Elle a chanté jusqu'à la fin », dit le communiqué qui annonce son décès. Elle laisse derrière elle un album et un DVD de souvenirs enregistrés deux jours avant sa mort, selon un percussionniste avec lequel elle a collaboré ces dernières années.

Son biographe Zeca Camargo écrit dans Folha de S. Paulo que « chaque épisode de la vie d'Elza a une composante magique et surréaliste. Elle avait l'habitude de plaisanter en disant que cette vie n'aurait pas dû exister parce que tout était contre elle. Mais elle n'a jamais abandonné. C'est ainsi qu'elle a pu inspirer tant de gens tout au long de sa carrière ». Femme fragile, elle était une artiste indomptable, selon le journaliste Ruy Castro.

Elza Soares avec le footballeur Garrincha, sur une photo d'archive. AP


Pendant près de deux décennies, elle a vécu un mariage houleux avec Garrincha, le footballeur légendaire qui a remporté deux Coupes du monde aux côtés de Pelé. Elle l'a quitté après qu'il l'ait battue, bien qu'avant cela, elle ait supporté son agressivité et son alcoolisme pendant de nombreuses années. Mais pendant des années, elle a été détestée par nombre de ses compatriotes comme la méchante qui aurait détruit le mariage de Garrincha. La mort de leur fils commun, dans un accident à l'âge de neuf ans, l'a plongée dans une dépression qui l'a amenée à se droguer et à une tentative de suicide. Elle a sombré dans l'oubli. Les sociétés de musique se sont passées d'elle.

Le compositeur et chanteur Caetano Veloso l'a sortie de l'ostracisme en 1984 lorsqu'il l'a convoquée pour interpréter un rap de samba intitulé Língua. C'est la graine d'une renaissance qui a fait d'elle la légende à laquelle le Brésil fait ses adieux avec émotion ce jeudi.

Dans un texte inédit publié par O Globo après sa mort, le chanteur et compositeur Chico Buarque écrivait : « Si vous arriviez à Londres en 1999 et que vous voyiez Elza Soares entrer dans le Royal Albert Hall en fauteuil roulant, vous n’auriez pas cru qu'elle puisse monter sur scène. Elle l’a fait « dans un justaucorps serré et semi-transparent », selon les mots d'un journaliste portugais ».

Elza Soares a toujours été à l'avant-garde. Avec son style révolutionnaire, elle a dominé la scène. La communauté Gay de São Paulo lui a rendu hommage avec une immense fresque qui occupe désormais un mur entier de São Paulo.


VIDEO. Mulher do Fim do Mundo (2017)


127 vues0 commentaire

Comments


bottom of page