top of page
Naviguez dans
nos rubriques

Gabriel Boric : « Ensemble sur le chemin de l’espérance »


Le président chilien Gabriel Boric prononce son premier discours après son entrée en fonction,

aux côtés de sa compagne, Irina Karamanos, vendredi à Santiago, au Chili.


« Nous sommes profondément latino-américains, et depuis ce continent, nous ferons en sorte que la voix du Sud soit à nouveau écoutée et respectée dans un monde en mutation, face à tous les défis que nous rencontrons », a notamment déclaré hier à Santiago le nouveau président chilien Gabriel Boric, lors de son discours d’investiture.


Cet article vous est offert par la rédaction des humanités, média alter-actif. Pour persévérer, explorer, aller voir plus loin, raconter, votre soutien est très précieux. Abonnements ou souscriptions ICI


Dans un discours émouvant qui a débuté à 20 heures (heure chilienne), le président Gabriel Boric a prononcé ses premiers mots en tant que président. Parmi les points saillants, il a mentionné la réparation pour les victimes de la répression du mouvement social et du conflit mapuche - puisqu'il s'agit d'un conflit « entre l'État du Chili et un peuple qui a le droit d'exister » -, entre autres. Rappelant l'histoire démocratique du Chili, le président a affirmé que « nous ne partons pas de zéro. Le Chili a une longue histoire. Commencer mon mandat, c'est s'inscrire dans une histoire », en rappelant les noms de Salvador Allende et deMichelle Bachelet. Il a également mentionné les changements que son gouvernement va promouvoir, tout en précisant qu'ils ne seront pas immédiats, mais graduels et progressifs. « Nous allons lentement parce que nous irons loin. Il est essentiel que vous participiez au progrès. Nous ne pouvons pas le faire seuls. Je veux vous lancer un appel : marchons ensemble sur le chemin de l'espérance. Nous la construirons étape par étape, avec la sagesse de ceux qui savent que les changements qui durent sont ceux qui sont soutenus par une large majorité ».


VERBATIM

À 20 heures précises, le Président Gabriel Boric est apparu sur le balcon du Palais de la Moneda, pour prononcer son premier discours aux citoyens en tant que Président. « Chiliens, habitants de notre patrie, peuple du Chili, cet après-midi, pour la première fois, je m'adresse à vous en tant que Président de la République. Président de tous ceux d'entre nous qui vivent dans ce pays et qui aiment le Chili. Merci de me faire cet honneur », fut sa première phrase.

« Ce Chili, composé de divers peuples et nations (...) c'est ce Chili qui, ces dernières années, a dû faire face à des remous, des pandémies et des violations des droits de l'homme qui ne se produiront plus jamais dans le pays », a-t-il ajouté. « Vous êtes les protagonistes de ce processus. Le peuple chilien est le protagoniste. Nous ne serions pas là sans les mobilisations sociales. Nous sommes venus ici pour nous donner corps et âme. J'ai vu vos visages », a poursuivi Gabriel Boric, n énumérant la communauté LGBTI+, les étudiants endettés, ceux qui recherchent les disparus, les enfants, entre autres. (…)

« Aujourd'hui, en ce jour important sur le chemin difficile du changement que les citoyens ont fait pour marcher dans l'unité, ce gouvernement ne sera pas la fin de cette marche. Nous allons continuer à marcher. La route sera longue et difficile. Aujourd'hui, les rêves de milliers de personnes nous poussent à réaliser les changements qu'ils exigent de nous. (...) Lorsque nous aurons terminé ce mandat, nous pourrons regarder nos parents, nos frères et sœurs, nos enfants, nos grands-parents, nos voisins, et leur dire qu'il existe un pays qui se soucie de nous », a-t-il déclaré. Il a alors mentionné les habitants de Puchuncaví, d’Alto Hospicio, de Cardenal Caro et d'autres localités du pays, et les difficultés qu'ils vivent au jour le jour. « Nous savons que la réalisation de nos propositions ne sera pas facile, nous serons confrontés à des crises internes et externes. Nous ferons des erreurs, mais nous devons les affronter avec humilité, en pensant toujours au peuple chilien »


Il a ensuite commencé à citer un certain nombre de domaines. Le premier, la santé. « La pandémie continue son cours, avec des pertes de vies humaines ». Il a alors dû interrompre son discours, la foule rassemblée sur la place de la Constitution ayant commencé à crier : « Boric, mon ami, le peuple est avec toi », ce qui a ému aux larmes le Président. Lorsqu'il a repris, il a demandé de penser aux familles qui ont perdu un être cher à cause de la pandémie. « Nous devons nous embrasser dans la société, nous devons retrouver le sourire. Combien il est important que les gens s'aiment. Nous avançons ensemble. »

En ce qui concerne l'économie, il a déclaré que le pays doit se développer, mais que « la richesse produite par les Chiliens doit être redistribuée ». « Nous devons travailler ensemble avec des peuples frères. Travaillons ensemble en Amérique latine pour avancer ensemble ; Nous sommes profondément latino-américains, et depuis ce continent, nous ferons en sorte que la voix du Sud soit à nouveau écoutée et respectée dans un monde en mutation, face à tous les défis que nous rencontrons : le changement climatique, les phénomènes migratoires, la globalisation économique, la crise énergétique, la violence permanente contre les femmes… Nous travaillerions ensemble en Amérique latine pour aller de l’avant », a-t-il déclaré sur les affaires internationales.

En matière de santé, il a déclaré qu'ils poursuivraient la « stratégie de vaccination réussie » du gouvernement de Sebastián Piñera et qu'ils se concentreraient également sur la santé mentale. En matière d'éducation, il a appelé à la reprise des cours sur place, toujours avec des « mesures de protection ».

En matière de sécurité, Gabriel Boric reconnait que de nombreux Chiliens « vivent dans la peur ». « Nous allons affronter ces problèmes », avec une réforme de la police, entre autres annonces. « Dans le nord, nous allons reprendre le contrôle des frontières ». Dans le sud, et après avoir critiqué des termes tels que "pacification" ou "conflit mapuche", il a déclaré que la réparation des victimes se fera par le un dialogue, car « il s'agit d'un problème de l'État du Chili et de communautés qui ont le droit d'exister ».« Nous allons réparer les blessures du mouvement social », a-t-il ajouté, en retirant les plaintes relatives à la loi sur la sécurité de l'État.


Sur les questions constitutionnelles, il a réitéré son « soutien sans restriction au processus constituant : Une Constitution pour le présent et l'avenir. Une Constitution qui est pour tous et non pour quelques-uns. Ecoutons nous de bonne foi, sans caricatures, de tous bords, pour que le référendum de sortie soit un point de rencontre et non un point de division. Les gens nous regardent. Le monde nous regarde. Je suis sûr que nous allons être à la hauteur de ce processus démocratique ».

« En tant que gouvernement, en tant qu'équipe, nous ne reculerons pas devant les problèmes. Nous allons expliquer chacune de nos décisions. Nous ne voulons pas être injoignables. Nous voulons des ministres qui soient avec le peuple. Pour cela, nous aurons besoin de nous tous : gouvernements et opposition. Je serai le président du peuple chilien. J'écouterai les critiques et les propositions constructives des opposants, qui auront tout à fait le droit d'exprimer leur désaccord », a-t-il ajouté.

« Nous allons lentement parce que nous allons loin. Il est essentiel que vous fassiez partie du progrès. Nous ne pouvons pas le faire seuls. Je veux vous lancer un appel : marchons ensemble sur le chemin de l'espérance. Nous la construirons étape par étape, avec la sagesse de ceux qui savent que les changements qui durent sont ceux qui sont soutenus par une large majorité ».

« J'assume avec humilité et avec la conscience de la difficulté la tâche qui m'a été confiée. Je sais que dans quatre années, le peuple nous jugera sur nos actes et non sur nos paroles. Dès demain il faudra se mettre au travail, tous ensemble. Comme l’avait dit it voici cinquante ans Salvador Allende, nous ouvrons de grandes voies, où des hommes et des femmes libres peuvent marcher pour construire une société meilleure. Continuons, vive le Chili ! »


(A lire : "D'Allende à Boric, le retour de la gauche au Chili", ICI)


VIDEO. Le discours complet de Gabriel Boric



Mots-clés :

162 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Kommentare


bottom of page