top of page
Naviguez dans
nos rubriques

Georges Didi-Huberman, l’art du montage


A l’IMEC (Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine), du 5 mai au 22 octobre, Georges Didi-Huberman ouvre pour la première fois ses archives et expose son atelier : un immense fichier de travail, commencé dès 1971, composé de plus de 148000 fiches et presque autant d'images, et qui recueille le plus précieux de ce qu’il a lu, vu, aimé…


Pour grandir, ou simplement continuer, les humanités, média alter-actif et engageant, ont besoin de vous. Pour s'abonner : ICI. Pour s'inscrire à notre infolettre : ICI


Pas de pensée sans stock, pas de recherche sans outil, pas d’invention sans ordre.


Lecteur dévorateur, regardeur insatiable, Georges Didi-Huberman trace, pour Tables de montage, une ligne de coupe dans cet immense réservoir. 4000 fiches choisies : l’atlas miniature de sa recherche entre disparates, affinités électives et gai savoir. Chaque fiche, c’est l’espace d’une pensée qui s’ouvre. On le voit à travers le travail du réalisateur Henri Herré, qui filme chaque année depuis 2013, durant quelques jours, Georges Didi-Huberman à sa table, au milieu de ses livres et de ses fiches. La pensée circule, associe, bifurque. Éloge de la méthode. Chorégraphie de la pensée.


Tables de montage, une exposition par Georges Didi-Huberman, avec Henri Herré, du 5 mai au 22 octobre 2023, à l’IMEC (Institut Mémoires de l’Édition Contemporaine) à l’Abbaye d’Ardenne à Caen (du mercredi au dimanche de 14 h à 18 h fermeture le 18 mai et le 14 juillet).


En tête d'article : Georges Didi-Huberman. Photo Adrien Chevrot / Jeu de Paume


Philosophe et historien de l'art, Georges Didi-Huberman a consacré ses recherches à l'histoire et à la théorie des images dans un champ d'études très large qui s'étend de la Renaissance à l'art contemporain. Essentiellement fondée sur une archéologie du savoir visuel, son œuvre est le fruit d'une entreprise théorique et sensible attentive à la variété infinie des images, à leurs écarts comme à leurs affinités, aux grands paradigmes qui ont formé l'histoire de l'art et aux aventures les plus contemporaines de la pensée.

Selon Georges Didi-Huberman, ces images ne suscitent pas seulement des émotions, mais « elles portent aussi les traces de souffrances et de passion enfouies sous les strates de l'histoire, semblant ainsi s'extraire du temps et des récits».

Ses recherches singulières sur les images ont permis d'ouvrir de nouvelles perspectives critiques, de recherche et de création, et ont su trouver un puissant retentissement au sein de nombreuses disciplines.

Les archives de Georges Didi-Huberman sont conservées à l'Imec. De l'écrit, de l'oral et de l'image, les archives couvrent plus de 30 ans de recherche consacrée à l'histoire et à la théorie des images, dans un champ d'études très large qui s'étend de la Renaissance à l'art contemporain. On y trouve ses manuscrits et tapuscrits, une partie de son iconographie de travail et des dossiers de presse.


A LIRE OU RELIRE

Voici deux ans, sollicité pour accompagner d'un geste d'écriture le soulèvement colombien, Georges Didi-Huberman avait offert aux humanités un texte inédit , "Ce désir qui sort de nous" (illustration Andrea Castañeda Pedraza).


VIDEO

Dernière intervention publique de Georges Didi-Huberman, le 2 avril 2023 à la Librairie Mollat, à Bordeaux : Georges Didi-Huberman présente son ouvrage "Faits d'affects. Vol. 1. Brouillards de peines et de désirs" (éditions de Minuit).


Entièrement gratuit et sans publicité ni aides publiques, édité par une association, le site des humanités entend pourtant fureter, révéler, défricher, offrir à ses lectrices et lecteurs une information buissonnière, hors des sentiers battus.

Pour encourager cette aventure, dès 1 € :

685 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page