top of page

Photojournalisme. Au cœur du plus grand ghetto rom d’Europe


Invitée de la 34ème édition du festival Visa pour l'Image, la photojournaliste italienne Selene Magnolia a partagé pendant un an et demi la vie des populations tsiganes de l'immense quartier Stolipinovo en Bulgarie. Une poétique du réel.


Cette publication vous est offerte par la rédaction des humanités, média alter-actif. Pour persévérer, explorer, aller voir plus loin, raconter, votre soutien est très précieux. Abonnements ou souscriptions ICI


A Plovdiv, seconde plus grande ville de Bulgarie après Sofia (et capitale européenne de la culture en 2019), 80.000 personnes vivent dans le quartier de Stolipinovo, considéré comme comme le plus grand bidonville rom en Europe. Considérées comme des parias par les autres habitants de Plovdiv, les familles Rom qui vivent là font face à de multiples difficultés telles que l'insalubrité, les coupures d'électricité et la discrimination.

Pendant un an et demi, la photojournaliste italienne Selene Magnolia a partagé en immersion la vie de ces populations Rom. Ses photographies sont exposées, jusqu'au 11 septembre, par le festival Visa pour l'Image à Perpignan.


"Dans une Europe contemporaine confrontée à des flux migratoires sans précédent, l'urgence croissante de préserver l'identité nationale brûle non seulement le long des frontières mais aussi à l'intérieur, forçant les minorités à se réfugier dans des ghettos. Comme des blessures, ceux-ci doivent être guéris, empêchés d'infecter ce qui les entoure, fermés. Les communautés tsiganes comptent en 2019 plus de 11 millions de personnes et, selon une étude ethnographique datant de quatre ans, Stolipinovo, à Plovdiv, en Bulgarie, est aujourd'hui le plus grand ghetto tsigane d'Europe.

Anciennement un quartier ordinaire de la ville pendant le communisme, Stolipinovo s'est transformé en ghetto avec l'avènement de la démocratie et la privatisation des industries qui en a résulté, ce qui a entraîné pour les gitans la perte de leur emploi pour cause de discrimination raciale. La population actuelle de Stolipinovo, qui est désormais considérée comme un paria par les habitants bulgares de Plovdiv, est estimée à environ 80 000 personnes, selon le Forum européen pour la démocratie et la solidarité.

Les habitants du ghetto ont des racines culturelles et linguistiques turques et s'identifient comme Turcs. Bien que la religion la plus répandue soit l'islam, la communauté de Stolipinovo présente un panorama religieux diversifié, y compris le paganisme, et différentes identités religieuses coexistent au sein de la communauté. La structure sociale est basée sur la famille, des rôles sexuels fortement définis et un système de hiérarchies internes, qui reposent sur le respect et la richesse acquis par la communauté. Les traditions culturelles sont un élément essentiel du système de valeurs : les événements de la vie sont célébrés ouvertement, le plus souvent dans la rue, et partagés par l'ensemble de la communauté.

Historiquement discriminés et stéréotypés comme étant en contraste avec la culture bulgare, les habitants du ghetto tsigane de Stolipinovo vivent dans un délabrement sordide et une urgence sociale, de logement et de santé quotidienne.

Entouré d'hostilité et dans une atmosphère de réveil généralisé des sentiments nationalistes, Stolipinovo est un portrait de la discrimination systématique dans l'Europe de notre siècle."

Selena Magnolia, texte issu du dossier de presse de Visa pour l'Image.


PORTFOLIO

Des jeunes invités à une fête de mariage. Stolipinovo, Plovdiv, Bulgarie. Photo Selene Magnolia


Une mère surveille ses enfants qui jouent dans une rue du ghetto rom de Stolipinovo, Plovdiv, Bulgarie. Photo Selene Magnolia

La mariée avant la cérémonie, le lendemain de sa fête de fiançailles. Stolipinovo, Plovdiv, Bulgarie, juillet 2020. Photo Selene Magnolia


Photo en tête d’article : Octobre 2019, Stolipinovo, Plovdiv, Bulgarie.

"Une célébration de fiançailles a lieu dans les rues du ghetto tsigane de Stolipinovo. La future mariée et d'autres femmes de la famille dansent lors de la célébration dans la rue, tandis que les hommes font la fête avec de la nourriture et des boissons sur le toit d'une maison de l'immeuble.

Les habitants de Stolipinovo sont d'origine turque, parlent turc et s'identifient comme Turcs. La plupart sont musulmans, mais diverses identités religieuses, dont l'évangélisme et le paganisme, coexistent au sein de la communauté. La structure sociale est basée sur la cellule familiale, avec des rôles clairement définis pour les hommes et les femmes et des hiérarchies en fonction des niveaux de respect de la communauté et de richesse. Les traditions culturelles sont des valeurs fondamentales ; les événements sont célébrés au grand jour, généralement dans la rue, et sont ouverts à la communauté.

Culturellement, le mariage est de la plus haute importance pour les parents et le couple. Pour les jeunes, le mariage est l'étape la plus importante pour rejoindre le monde des adultes, et il est donc recherché par les adolescents. La proportion de répondants familiaux commence à augmenter à partir de 16-17 ans, et atteint son maximum entre 20 et 29 ans. L'âge moyen du mariage (local ou civil) est de 19 ans pour les garçons et de 17 ans pour les filles. L'âge du mariage n'a pas changé pour la période observée depuis 1975 jusqu'à aujourd'hui."

Selene Magnolia. Née en Italie dans les Dolomites, photographe documentaire indépendante lauréate en 2021 de la FIJ (la plus grande organisation de journalistes au monde), Selene Magnolia a étudié à la British Academy of Photography à Londres et a couvert des sujets tels que la criminalité environnementale, la migration, la brutalité aux frontières en Europe et en Méditerranée centrale.

Cette activiste lutte pour la justice sociale, son travail couvre l'anthropologie, les droits de l'homme, le féminisme, l'environnement et la production alimentaire. Des sujets divers et variés qu’elle complète avec des projets indépendant quand elle n’est pas sur le terrain pour une agence.


Site internet de Selene Magnolia : https://selenemagnolia.com/

Visa pour l'Image, jusqu'au 11 septembre, à Perpignan : www.visapourlimage.com


Pour suivre

"In the Ghetto. The Roma of Stolipinovo" (Dans le ghetto - les Roms de Stolipinovo). Un film réalisé par Hermann Peseckas et Andreas Kraus en 2011 (trailer, sous-titres en anglais).)

"L'exemple de Stolipinovo à Plovdiv, au centre de la Bulgarie - le plus grand ghetto de Roms du sud-est de l'Europe avec plus de 40.000 habitants - permet de mettre en évidence le lien entre la discrimination raciale et la pauvreté des Roms.

Le documentaire décrit les conditions de vie extrêmes à travers la perspective subjective et l'expérience des Roms au fil des décennies. Le chômage, la faim, le manque de soins médicaux, l'analphabétisme et les écoles ghettos sont le résultat d'une persécution et d'une discrimination constantes." (Texte issu de la description de la vidéo sur YouTube).







340 vues0 commentaire

Commentaires


bottom of page