top of page
Naviguez dans
nos rubriques

Pour rappel, migrer, c’est un droit


Photo Laurent Prum, depuis son blog


Ce dimanche 6 février 2022, CommemorAction, Journée mondiale de lutte contre le régime de mort aux frontières et pour exiger la vérité, la justice et la réparation pour les victimes de la migration et leurs familles.


Cette publication vous est offerte par les humanités, média alter-actif. Pour persévérer, explorer, aller voir plus loin, raconter, votre soutien est très précieux. Abonnements ou souscriptions ICI.


Les morts aux frontières, ou entre les frontières, ça suffit.

Page Facebook du groupe CommemorAction : https://www.facebook.com/groups/330380128977418


De multiples marches et rassemblements sont organisés partout en France, comme à Lannion, à 11 h, sur le Quai d’Anguillon ; ou encore à Calais, à 14 h.

La rédaction des humanités s’associe à cette journée mondiale et publie à cette occasion « Le maire, le ministre et ses migrants », un poème inédit de Patrick Beurard-Valdoye.


Et aussi :

"Dans nos sociétés contemporaines, la déliquescence de la reconnaissance mutuelle témoigne d’une perte de sens qui délite les liens d’appartenance. Seule une praxis de la reconnaissance peut proposer une approche pour la guérison des maladies de la reconnaissance. Reconnaissance mutuelle (avec sa part de gratitude et d’estime), reconnaissance de soi-même (qui autorise de pouvoir se raconter et de pouvoir agir) et reconnaissance par identification (que la promesse du lien favorise), jalonnent ce parcours nous permettant d’avoir accès à la connaissance.

« Le reconnaître devient la condition nécessaire du connaître » Ce voyage vers la cocréation d’appartenances communes exige l’élaboration de nos propres deuils.

C’est cette migration entre deux mondes qui nous est offerte et que nous devons oser.

Elle n’est plus guerrière, elle est souriante et « nous permet de participer à la coconstruction d’appartenances bariolées, […] bigarrées où le croisement des cultures et des époques sera le berceau d’une solidarité au-delà du langage, d’une société dont l’orchestre infini des musiciens du verbe créera la symphonie, d’un avenir où les hommes, devenus magiciens du sens, jetteront un sort aux tragédies. » (Jean Claude Métraux, Migrations comme métaphore)

Extrait du blog de Laurent Prum, à suivre depuis Calais et Grande Synthe (portfolio publié par les humanités le 23 janvier 2022).

81 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page