top of page
Naviguez dans
nos rubriques

Amnesty International : le «rapport» qui ne passe pas


Démission de l’un des cofondateurs d’Amnesty International, communiqué commun de trois organisations qui demandent le retrait pur et simple du « rapport » de l’ONG sur l’Ukraine. Après la contre-enquête des humanités, l’indignation ne retombe pas.


Cette publication vous est offerte par la rédaction des humanités, média alter-actif. Pour persévérer, explorer, aller voir plus loin, raconter, votre soutien est très précieux. Abonnements ou souscriptions ICI


Après la publication de la contre-enquête des humanités sur le pseudo « rapport » d’Amnesty International (Lire ICI), d’autres réactions sont venues mettre en cause et critiquer l’ONG. Avec une démission retentissante, celle de l’humanitaire et journaliste suédois Per Wästberg, cofondateur d’Amnesty International. « J’ai été membre d’Amnesty International pendant environ 60 ans. C’est une véritable déchirure que de mettre un terme à ma coopération en raison de la guerre en Ukraine », a-t-il déclaré le 10 août. Selon lui le principal problème de l’ONG réside dans le fait de ne plus se focaliser sur la libération de prisonniers politiques, en déplaçant l’objet des rapports vers le commentaire de guerre. Une direction qui fait sens au regard de la défense des droits de l’homme mais qui ne semble pas s’appuyer sur des expertises à la hauteur des enjeux.


Par ailleurs, la « méthodologie » employée par Amnesty International est vivement critiquée. « Une faute méthodologique du rapport réside dans l’absence d’annexe permettant de contrôler les investigations », peut-on ainsi lire sur le site pragmamedia.fr. « Le corps du texte est assez flou et complique les vérifications : 19 violations du droit international sont constatés par l’ONG, mais seulement quelques-unes sont listées avec une localisation et une date. Le peu de données publiées permet néanmoins de contester les jugements de l’ONG : "Le 28 avril, une frappe aérienne russe a blessé deux employés d’un laboratoire médical dans la banlieue de Kharkiv après que les forces ukrainiennes eurent installé une base dans ce complexe." Or le 14 avril, les autorités ukrainiennes ont organisé des convois d’évacuation pour les civils de Kharkiv. L’armée russe a tiré sur les bus d’évacuation, faisant 7 morts et 14 blessés. Cette partie du rapport pourrait constituer une désinformation puisqu’elle dissimule les options d’évacuation et le contexte qui contraint des civils à rester dans les villes menacées. »


La participation à la rédaction du rapport d’un « enquêteur » letton repéré de longue date pour ses positions pro-russes, des témoignages recueillis par des tiers en territoires occupés, où les Russes contraignent des résidents, sous la menace, à faire des déclarations anti-ukrainiennes : de sérieux doutes pèsent sur la crédibilité-même du pseudo « rapport » d’Amnesty International. Ce problème de « méthodologie » avait déjà été pointé, le 6 août, par les humanités.


Le 8 août, enfin, le collectif Pour l'Ukraine, pour leur liberté et la nôtre, l'Union des Ukrainiens de France et la Licra ont publié un communiqué commun (ci-dessous) qui demande à Amnesty International de retirer son rapport. Purement et simplement.


Jean-Marc Adolphe

Photo en tête d’article : Per Wästberg, cofondateur d’Amnesty International. Photo Vilhelm Stokstad


Communiqué du collectif Pour l'Ukraine, pour leur liberté et la nôtre,

de l'Union des Ukrainiens de France et de la Licra.


Chaque jour de nouveaux crimes de guerre sont commis par l’armée russe. Le 4 août 2022, à Popasna dans l’oblast de Louhansk, on découvre les têtes empalées de soldats ukrainiens. Le même jour, Amnesty International publie un très bref rapport : l’essentiel du texte reproche à l’armée ukrainienne de mettre sa population en danger, tandis que les bombardements russes visant systématiquement les civils sont à peine évoqués. Sans surprise, ce « rapport » a été salué par les autorités russes et leurs complices en France et en Europe. Le collectif Pour l’Ukraine, pour leur liberté et la nôtre !, l'Union des Ukrainiens de France et la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme s’indignent devant pareille mascarade intellectuelle et demandent à Amnesty International de retirer son rapport.


La prétendue neutralité d’Amnesty International confine à la mascarade intellectuelle

Au nom d’une prétendue neutralité, le rapport d’Amnesty International fait comme si les deux belligérants s’affrontaient en terrain neutre. Or, nous avons affaire à une guerre d’agression caractérisée, qui contraint l’armée ukrainienne à combattre à l’intérieur des villes, systématiquement ciblées par l’agresseur qui entend procéder à leur destruction. La politique de terreur de l’armée russe - bombardement des hôpitaux et immeubles d’habitation, viols, déportation des enfants, tortures et massacres des prisonniers -, rencontre inévitablement une résistance dans laquelle sont engagés, souvent indistinctement, civils et militaires.


Le rapport d’Amnesty sème le doute sur les crimes de guerre russes.

Ce contexte - la violation brutale et flagrante du droit international que constitue l’invasion russe de l’Ukraine - est absent du rapport, où rien ne distingue l’agresseur de l’agressé. C’est d’autant plus regrettable que la réalité des crimes de guerre russes à Marioupol a été constatée par Amnesty International dans un rapport antérieur. Pire, le dernier communiqué en vient à semer le doute sur les crimes de guerre russes envers les civils ukrainiens, documentés préalablement.

Si la « neutralité » dont se prévaut Amnesty a, jusqu’ici, assuré sa crédibilité dans la défense des droits humains, l’impartialité ne peut se réduire à l’équation « 5 minutes pour les victimes, 5 minutes pour les agresseurs » ; sauf à se transformer en indifférence à l’égard de la tragédie des peuples et en aveuglement désastreux face à cette guerre qui oppose une démocratie à une dictature totalitaire.


Un aveuglement qui nuit à la crédibilité d’Amnesty International

Le communiqué du 4 août est indigne des missions d’Amnesty et de la défense des droits humains. La démission d’Oksana Pokalchuk, directrice de la branche ukrainienne d’Amnesty, aurait dû être un avertissement. Hélas, le lendemain, par la voix de sa directrice internationale, Agnès Callamard sur Twitter, l’ONG persiste dans sa position et récuse les critiques que lui adressent les Ukrainiens. Le 7 août, face à une vague massive de condamnations, Amnesty « maintient ses conclusions » tout en « regrettant » leur effet en Ukraine.

Ces « regrets » opportunistes ne suffisent pas ! Comme elle l’a fait antérieurement (en désavouant sa décision erronée de retirer son statut de prisonnier de conscience au dissident russe, Alexeï Navalny), Amnesty International doit se ressaisir et rejeter cette malheureuse caricature d’elle-même. Sa crédibilité est en jeu.


8 août 2022


À propos du Collectif Pour l’Ukraine, pour leur liberté et la nôtre !

Créé par 130 universitaires rejoints par de nombreux partisans et partisanes de la cause ukrainienne, le Collectif publie des tribunes et mène des actions en soutien à la cause de l’Ukraine. Campagne en cours : « Il faut sauver les enfants ukrainiens déportés en Russie ».


A propos de l’Union des Ukrainiens de France

La plus importante association ukrainienne en France, crée en 1949 par les Ukrainiens déportés dans les camps de travail ou à Sachsenhausen, par les nazis. L'UUF a récemment, du 15 au 31 juillet, pris en charge et accueilli 10 orphelins de la guerre en Ukraine, dans son centre de vacances en Franche Comté.


À propos de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme

La Licra, fondée en 1927, combat le racisme et l’antisémitisme en accompagnant les victimes devant les tribunaux, en intervenant de diverses manières dans le débat contemporain, le crime contre l’humanité, tel celui dont le processus est aujourd’hui engagé en Ukraine, étant un élément central de ce débat.






504 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page