top of page
Naviguez dans
nos rubriques

Disparitions de civils, cet autre crime de guerre



L’impression de n’en jamais finir. Alors que le procureur de la Cour pénale internationale vient d’annoncer l’ouverture d’une enquête sur les déportations d’enfants ukrainiens en Russie, promettant de prochains mandats d’arrêt, un nouveau dossier commence à émerger. Dans les territoires occupés par l’armée russe, des centaines de civils ont tout simplement disparu. Combien croupissent dans des geôles russes, dans un total vide juridique ? Combien ont été liquidés sans autre forme de procès, jetés dans des fosses communes comme jadis en Tchétchénie ? L’enquête ne fait que commencer. Les humanités reprennent un reportage du média indépendant Verstka.


Pour grandir, ou simplement continuer, les humanités, média alter-actif et engageant, ont besoin de vous. Pour s'abonner : ICI. Pour s'inscrire à notre infolettre : ICI


Hier en déplacement en Ukraine, Karim Khan, le procureur de la Cour pénale internationale, a annoncé l’ouverture d’une enquête sur les déportations d’enfants ukrainiens en Russie. Selon Le Monde qui rapporte l’information, Karim Khan « envisage d’émettre des mandats d’arrêt » sur ces faits dans un avenir proche.

Cette annonce vient évidemment conforter tout le travail d’investigation mené sur ce sujet depuis début septembre. Beaucoup des informations que nous avons mises à jour ont alimenté le dossier transmis fin décembre à la Cour pénale internationale par l’association Pour l’Ukraine, pour leur liberté et la nôtre !, qui n’a pas ménagé sa peine pour mobiliser l’opinion publique.

Karim Khan, le procureur de la Cour pénale internationale, avec le président ukrainien Volodomyr Zelensky, le 3 mars2023 à Lviv.


Reste une question super-banco : maintenant que la Cour pénale internationale commence en quelque sorte à « officialiser » ce monstrueux crime contre l’humanité (que nous avons qualifié de crime de génocide), combien de temps la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, qui a obstinément refusé de répondre aux courriers de l’association Pour l’Ukraine, pour leur liberté et la nôtre !, pourra-t-elle continuer de se murer dans le silence et le déni ?

D’Emmanuel Macron, on n’ose à peine parler. Le Président français a encore confié il y a peu qu’il ne voyait d’autre issue que la perpétuation, en Russie, du régime de Vladimir Poutine. A ce niveau, ce n’est plus de la realpolitik, mais une forme de complicité criminelle !

La ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna et Emmanuel Macron, à Paris, le 13 décembre 2022.

Jusqu’à quand la France pourra-t-elle se murer dans le silence et le déni ? Photo Jacques Witt/SIPA.


Pendant ce temps, un autre crime de guerre commence à faire surface. Il concerne les disparitions de civils, enregistrées dans les territoires occupés par l’armée russe. C’est un sujet que nous avons commencé dès le20 janvier, voici plus d’un mois, à partir d’une première enquête d’Associated Press (lire ICI). Pour le média indépendant Verstka, l’excellente journaliste Regina Gimalova a poursuivi l’enquête. Nous reproduisons ici son reportage, à partir de la traduction en anglais qu’offre Meduza.


Rappelons en préambule que le droit international interdit aux participants à des conflits armés de faire prisonniers des civils. Néanmoins, l'enlèvement et la détention de civils sont devenus l'une des caractéristiques de la guerre de la Russie contre l'Ukraine, selon les défenseurs des droits de l'homme. Dans les territoires occupés, les forces russes emprisonnent souvent des personnes qui n'ont aucun lien avec l'armée ukrainienne. Certaines des victimes sont inculpées de crimes officiels, tandis que d'autres apprennent qu'elles sont retenues en captivité pour avoir "résisté à une opération militaire spéciale", alors que le code pénal russe ne prévoit aucune infraction de ce type.


Arrestations arbitraires


Nikita Shkryabin, étudiant en droit de 19 ans, a été fait prisonnier dans son village natal près de Kharkiv le 29 mars 2022. Selon sa mère, Tatyana Shkryabina, Nikita a quitté la maison un jour et n'est jamais revenu. Les voisins de la famille ont dit plus tard à Tatyana qu'ils avaient vu des soldats russes le mettre dans un véhicule et partir.

« Pour autant que je sache, ils arrêtaient les hommes qui pouvaient détenir des armes et les emmenaient en Russie », déclare Leonid Solovyov, l'avocat de Nikita en Russie. « Depuis lors, [la famille de Nikita] n'a eu aucun contact avec lui. Aucune procédure légale n'a été ouverte contre lui. Ils le détiennent au motif qu'il s'est "opposé à l'opération militaire spéciale", mais ils n'ont retenu aucune charge. »


Selon Tatyana Shkryabina, son fils n'a aucune expérience du combat ou de l'armée. « Quel genre de résistance pouvait-il opposer s'il n'avait pas d'équipement militaire ? Mon fils est un civil et n'a pas de liens avec une quelconque formation [militaire]. Il est toujours inscrit à l'institut [de droit]. » Tatyana dit que la dernière information qu'elle a reçue sur l'état de santé de son fils provenait de la commissaire russe aux droits de l'homme, Tatyana Moskalkova, en mai 2022. Une lettre de Moskalkova indiquait que Nikita se trouvait sur le territoire russe et que son état était "satisfaisant."


Les demandes de Leonid Solovyov pour rendre visite à son client ont été refusées. Dans une réponse écrite, le ministère russe de la Défense a déclaré que « les procédures d'enquête nécessaires concernant Nikita Shkryabin sont actuellement en cours, et les demandes de visites personnelles ne peuvent être prises en compte tant qu'elles ne sont pas terminées." » L'endroit exact où se trouve Nikita est inconnu.

Des troupes paramilitaires russes montent la garde alors que des bus transportant des soldats ukrainiens

qui se sont rendus à l'aciérie assiégée d'Azovstal arrivent dans un camp de prisonniers dans la région de Donetsk,

le 20 mai 2022. Photo Alexander Ermochenko / Reuters


« Une forme de torture »


Le droit international interdit l'emprisonnement de civils qui ne sont pas engagés dans le service militaire au moment de leur capture. Mais les défenseurs des droits de l'homme affirment que la capture de civils a été un aspect déterminant de l'invasion de l'Ukraine par la Russie.


L'avocate Oleksandra Matviichuk, directrice du Centre ukrainien pour les libertés civiles et lauréate du prix Nobel de la paix en 2022, déclare à Verstka que, dans l'année qui a suivi le 24 février, son organisation a reçu des demandes de 915 personnes dont des proches civils ont été faits prisonniers par les forces russes. Des avocats ukrainiens ont travaillé avec des collègues en Russie pour localiser les prisonniers et aider les proches à contacter les autorités russes.

« Parmi les détenus, il y a eu 118 femmes et 797 hommes », déclare Oleksandra Matviichuk. « Parmi eux, 306 ont été libérés, tandis que 594 sont toujours en captivité. En termes de répartition régionale, nous avons reçu des demandes des régions de Dnipropetrovsk, Donetsk, Zaporizhzhia, Kyiv, Luhansk, Mykolaiv, Odessa, Sumy, Kharkiv, Kherson et Chernihiv, ainsi que de la Crimée. »


Roman Kiselyov, avocat russe spécialisé dans les droits de l'homme, a déclaré à Verstka que lui et ses collègues travaillent actuellement sur environ 70 cas de civils ukrainiens faits prisonniers par la Russie. « Sur le territoire russe, nous sommes en mesure d'envoyer un avocat physiquement sur le site et d'entrer en contact avec les autorités rapidement », déclare-t-il. « Sur tout le territoire ukrainien, nous ne pouvons pas travailler physiquement sur le terrain, ce qui est une question fondamentale pour nous. Nous ne pouvons y travailler qu'avec l'autorisation de l'Ukraine. Nous n'avons pas cette permission actuellement, donc tout notre travail de plaidoyer là-bas consiste en une correspondance avec les autorités actuelles. »


Selon Roman Kiselyov, les forces russes se sont montrées disposées à faire prisonniers toute personne qu'elles soupçonnent d'avoir des liens avec l'armée ukrainienne ou même un sentiment de loyauté envers les autorités ukrainiennes. L'armée détient généralement ces captifs civils dans des prisons ou des centres de détention provisoire.


Même si le ministère russe de la Défense considère les civils comme du personnel militaire, la troisième convention de Genève, qui définit les droits des prisonniers de guerre, rend toujours illégale la détention de ces prisonniers dans des pénitenciers.

« Ils sont censés avoir le droit de correspondre [avec des personnes à l'extérieur] et de recevoir des colis. [Les administrateurs des sites de détention sont censés informer les pays d'origine des personnes concernées de leur localisation », déclare Roman Kiselyov. « En outre, les prisonniers sont censés recevoir des rations et bénéficier d'un niveau d'autonomie assez élevé par rapport à l'administration de l'établissement. Ils ne devraient pas être obligés de porter des uniformes de prison. Mais en réalité, comme le montrent nos enquêtes, ils sont détenus dans des conditions bien pires que celles des prisonniers ordinaires. Ils n'ont droit à rien. Nous considérons ce traitement comme une forme de torture. »


« Je dois mentionner la cruauté et la torture auxquelles sont soumis les civils [captifs] » souligne également de son côté Oleksandra Matviichuk. « Ce [traitement cruel] est une pratique répandue. Je me souviens d'un cas dans notre base de données. Un civil qui avait été fait prisonnier lors de la première phase de l'offensive en février-mars s'est vu prélever de force son sang afin de pouvoir le transfuser aux soldats russes. Un médecin était présent. L'homme a raconté plus tard à notre avocat qu'ils ont continué à lui prélever du sang jusqu'à ce qu'il commence à perdre conscience. Ce n'est qu'alors que le médecin a arrêté le processus. »

Types de prisonniers


Pour mieux comprendre l'emprisonnement systématique des civils ukrainiens par la Russie, les avocats des droits de l'homme ont divisé les prisonniers en plusieurs catégories :


1. Les civils capturés pour "résistance à l'opération militaire spéciale".

La première catégorie comprend des civils qui n'ont jamais servi dans l'armée ou qui n'ont eu aucun lien avec les forces armées ukrainiennes. Les autorités russes accusent ces personnes de "s'opposer à l'opération militaire spéciale" et les assimilent essentiellement à des soldats.

« Il s'agit d'une sorte de nouveau statut qui, d'une part, n'existe pas dans la loi [russe], mais, d'autre part, est constamment mentionné dans les documents du ministère de la Défense liés à ces affaires », indique Roman Kiselyov. « Il est important de noter que c'est le même statut qui est donné aux soldats ukrainiens ; ils sont également enregistrés comme 'détenus pour s'être opposés à l'opération militaire spéciale'. »


Certains Ukrainiens, comme Nikita Shkryabin, ont été faits prisonniers dans leur village natal pendant les périodes d'occupation russe. D'autres ont été détenus alors qu'ils subissaient une "filtration" à la frontière russe. Par exemple, Ivan Gonchar, 24 ans, a disparu à un poste de contrôle frontalier dans la région de Rostov, en Russie, après avoir fui Marioupol, ravagée par les obus, avec ses parents et sa petite amie. Après des mois sans réponse, sa mère a appris en novembre qu'Ivan était retenu en captivité en Russie pour s'être "opposé à l'opération militaire spéciale".


2. Civils inculpés en vertu du Code pénal russe


La deuxième catégorie est constituée de prisonniers qui ont été officiellement accusés de délits graves.

Matvey (son nom a été modifié), un habitant de Kherson âgé de 19 ans, a été fait prisonnier pour la première fois au cours de l'été 2022, lorsque la ville était sous occupation russe. Comme Nikita Shkryabin, Matvey a quitté sa maison un jour et n'est jamais revenu. Ses proches ont appris plus tard qu'il était détenu pour suspicion de trahison dans la partie occupée de la région de Kherson. Quelques semaines plus tard, ses accusations ont été requalifiées en espionnage.

En octobre - six mois après la capture initiale de Matvey - les défenseurs des droits humains ont appris que le cas de Matvey était désormais classé dans la catégorie "suspicion raisonnable" de meurtre. Les autorités d'occupation ont refusé d'accorder à Matvey l'accès à un avocat, invoquant le fait qu'il n'existe actuellement aucun barreau dans la région occupée.


Selon l'avocat Roman Kiselyov, Matvey est loin d'être le seul prisonnier dans cette situation ; tous les civils incarcérés dans les régions de Kherson et de Zaporijjia, dit-il, sont essentiellement dans un "vide juridique". « Par exemple, nous avons un prêtre de la région de Kherson qui a été détenu en novembre », indique-t-il. « Nous savons où il est détenu. Nous les appelons et on nous dit : "Oui, nous l'avons, mais nous le libérerons [seulement] après avoir terminé notre enquête". Nous écrivons au ministère de la Défense [russe], et ils disent qu'ils ne savent pas qui est cette personne... »


3. Les anciens militaires


Une autre raison fréquemment invoquée par les forces russes pour faire prisonniers des civils est l'expérience militaire passée. Cette pratique est illégale en vertu de la quatrième convention de Genève.

« J'ai un cas de ce genre. [Il concerne] un ancien maître-chien du régiment Azov - l'accent est mis sur 'ancien' », déclare Roman Kiselyov : « Il a quitté le régiment en 2019. Mais de toute évidence, ils avaient des listes [d'anciens personnels], ou ils l'ont torturé [et l'ont fait avouer], et sur ces bases, ils ont ouvert une procédure pénale contre lui pour participation à l'activité d'une organisation terroriste. Ils ont terminé leur enquête, ont envoyé l'affaire à la "Cour suprême de la DNR" pour qu'elle soit jugée, mais la cour n'a encore rien fait. Nous attendons. La période de détention là-bas est d'un an et demi, donc nous pourrions attendre longtemps. »


Dmytro Lisovets, 30 ans, ancien membre de l'Armée des volontaires ukrainiens, est dans une situation similaire. Il a été fait prisonnier le 2 avril dans un centre de "filtration" alors qu'il s'échappait de Marioupol, ravagée par la guerre. Il risque désormais la prison à vie et attend actuellement son procès.


4. Les "prisonniers de guerre" civils


Dans certains cas, les responsables russes de la sécurité mettent fin aux procédures pénales contre les civils incarcérés et les déclarent prisonniers de guerre. Cette pratique est la plus répandue dans la région de Donetsk, selon Roman Kiselyov : « Là-bas, contrairement à la Russie proprement dite, ils ont leurs propres règles concernant les prisonniers de guerre. Ils ont une soi-disant résolution sur les prisonniers appelée "Comité de défense de l'État". Elle est classifiée ; le texte n'est disponible [publiquement] nulle part. Mais ils en citent parfois des parties dans des communications écrites. Nous savons que c'est la résolution qui introduit le terme "prisonniers". L'une des lettres du bureau du procureur de Donetsk, citant la résolution, indique que ce statut est accordé pour 10 ans. À partir de là, nous savons que ces personnes seront incarcérées jusqu'à ce qu'elles soient échangées ou jusqu'à ce qu'elles soient libérées. D'après ce que nous savons, il y a de nombreux prisonniers dans la "DNR" dont les autorités russes ignorent l'existence. "Néanmoins, les civils sont effectivement détenus comme des prisonniers de guerre en Russie ; l'annexion a eu lieu, donc ils ne peuvent pas dire que ce sont des prisonniers détenus dans un autre pays. »


5. Les personnes disparues


La dernière catégorie est constituée de personnes qui ont été capturées par des soldats russes devant des témoins oculaires et emmenées en territoire russe, mais dont la capture ou l'incarcération n'a jamais été confirmée par les responsables russes.

« Nous avons eu tout récemment reçu une réponse concernant l'une de ces personnes », commente Roman Kiselyov : « Il a été emmené dans un village de la région de Kharkiv ; il y avait des témoins. Puis d'autres témoins à Strilecha, qui se trouve également dans la région de Kharkiv, l'ont vu être emmené vers la région de Belgorod [en Russie]. Mais ce qui s'est passé ensuite n'est pas clair. Et maintenant, nous avons obtenu une réponse du ministère de la Défense qui dit qu'ils n'ont aucune trace de cette personne. Pour une raison quelconque, soit certaines personnes ne sont pas mentionnées dans leurs bases de données, soit elles nous les cachent. »

Un sous-sol dans un poste de police, où des soldats russes ont retenu prisonniers des habitants de Balakliya. Photo Gleb Garanich / Reuters


"Personne n'est en sécurité"


La pratique consistant à faire prisonniers des civils n'est pas nouvelle pour l'armée russe. Selon Oleksandra Matviichuk, la Russie a commencé à prendre des civils en otage pour faire chanter l'Ukraine dès 2014. « Pendant tout ce temps, la Russie a présenté des demandes politiques pour échanger ces personnes’ », déclare-t-elle. « Elle les a pris en otage et a fait du chantage à l'Ukraine afin d'échanger des personnes contre des concessions géopolitiques. Cela s'applique à la Crimée, à l'amnistie des criminels de guerre, à la modification de la Constitution, à la fédéralisation, etc. Cela a clairement montré que la Russie utilise des civils comme otages pour atteindre ses objectifs. »


L'armée russe a fait des captifs parmi les civils avant même le conflit en Ukraine qui a débuté en 2014. Selon Vladimir Malykhin, un défenseur des droits de l'homme qui travaille pour l’ONG Memorial, les forces de sécurité russes détenaient toute personne qu'elles soupçonnaient d'avoir des liens avec des militants de la première et de la deuxième guerre de Tchétchénie. Elles ont également créé un système de "points de filtration" et de prisons illégales.

« Les fédéraux ont essayé d'utiliser des civils en échange des prisonniers de guerre capturés par les militants [tchétchènes] », déclare Vladimir Malykhin. « Surtout pendant la première guerre de Tchétchénie, lorsque les militants avaient un certain nombre de prisonniers de guerre russes. Les militants se rendaient compte [de ce que faisaient les Russes], et ils refusaient parfois d'échanger les prisonniers de guerre contre des civils, mais pas toujours. »


Selon Alexander Cherkasov, directeur de l’ONG Memorial, il n'était pas rare que les prisonniers civils dans les centres de filtration russes et les prisonniers illégaux soient confrontés à la torture (et pas toujours dans le but d'extorquer des aveux). « Je peux vous donner un exemple précis », déclare-t-il. « Notre collègue Natasha Estemirova, la journaliste Anna Politkovskaya et l'avocat Stanislav Markelov ont tous participé à l'enquête sur cette affaire. Il s'agissait de la disparition de Zelimkhan Murdalov, 20 ans, le 2 janvier 2001. Il a été arrêté par des policiers et des militaires russes, qui l'ont battu pendant plusieurs heures avant de l'obliger à servir d'informateur. Le lendemain matin, les officiers l'ont emmené dans un lieu inconnu, toujours vivant, et aucun corps n'a été retrouvé par la suite. La personne arrêtée dans le cadre de cette opération antiterroriste n'a commis aucun [crime]. Il n'était même pas soupçonné de quoi que ce soit ; les flics, fiers de leur propre impunité, voulaient le recruter. »


Memorial estime que le nombre de personnes qui ont disparu en Tchétchénie entre 1999 et 2009 se situe entre 3.000 et 5.000. On ne sait pas combien de ces cas ont donné lieu à des accusations criminelles, ni combien de ces personnes disparues ont été tuées.


« Nos collègues ukrainiens disent aussi actuellement qu'il y a un écart énorme entre le nombre de prisonniers de guerre et le nombre de personnes disparues », ajoute Alexander Cherkasov : « La question est de savoir ce qui leur est arrivé. Compte tenu de l'expérience tchétchène, il y a lieu de s'attendre au pire. Après tout, les Tchétchènes ont préféré croire que les personnes disparues étaient détenues dans des prisons secrètes quelque part, dans des camps situés sur le territoire russe. Ce n'était pas tout à fait le cas. À la fin du printemps et au début de l'été 2000, un système de disparition forcée, d'emprisonnement dans des prisons secrètes, a commencé à fonctionner, mais en réalité, ces [prisons] étaient des fosses à Khankala d'où les gens disparaissaient complètement ; ils étaient tués. »


Selon Oleksandra Matviichuk, le système russe de prisons secrètes illégales dans les territoires ukrainiens occupés fonctionne également à plein régime. Les défenseurs des droits de l'homme les ont découvertes dans des appartements, des sous-sols et des postes de police dans les territoires qui ont été libérés par l'armée ukrainienne après des périodes d'occupation russe.

« Ces types de centres de détention ne sont pas seulement utilisés pour détruire la minorité active de la communauté artistique, les bénévoles, les journalistes, les activistes civils, ou les personnes qui se sont simplement retrouvées au mauvais endroit au mauvais moment. Ils font également partie de la politique de terreur [de la Russie], afin de maintenir le contrôle », ajoute Oleksandra Matviichuk. « Dans ces conditions, personne n'est en sécurité. Combiné à la peur, c'est un moyen de maintenir le contrôle et de vaincre la résistance, même non violente, des populations des territoires occupés. C'est un problème organisé et systémique. »


Dès le 25 février 2022, les humanités ont manifesté leur soutien à l'Ukraine, et nous n'avons cessé depuis lors, dans la mesure de nos moyens, d'apporter des éclairages originaux sur certains aspects de cette guerre. Nous avons ainsi été les premiers à révéler, puis largement documenter, le crime de génocide que représentent les déportations d'enfants.

Entièrement gratuit et sans publicité ni aides publiques, édité par une association, le site des humanités entend pourtant fureter, révéler, déficher, offrir à ses lectrices et lecteurs une information buissonnière, hors des sentiers battus.

Il y a encore du pain sur la planche, il ne reste plus qu’à faire lever la pâte. Concrètement : pouvoir étoffer la rédaction, rémunérer des auteurs, et investir dans quelques outils de développement…


Pour encourager cette aventure, dès 1 € :



173 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page