top of page
Naviguez dans
nos rubriques

Elisa Loncon : « avancer dans la reconnaissance des diversités et des droits fondamentaux »

Dernière mise à jour : 8 mars


Élue présidente de l’Assemblée constituante au Chili, chargé d’écrire une nouvelle constitution pour le pays, l’universitaire mapuche Elisa Loncon donne un entretien à la chaîne publique allemande Deutsche Welle. Malgré les obstacles du processus, elle fait part de ses espoirs, pour un pays plus égalitaire et inclusif.


Pour grandir, ou simplement continuer, les humanités, média alter-actif et engageant, ont besoin de vous. Pour s'abonner : ICI. Pour s'inscrire à notre infolettre : ICI


Son leadership est inattendu, en dehors de la politique traditionnelle. Elisa Loncon, présidente de l’Assemblée constituante du Chili, est issue du monde universitaire, du militantisme et du monde indigène. Mapuche, linguiste, docteur de l'université de Leiden (Pays-Bas) et de l'université catholique du Chili, elle a été distinguée comme l'une des femmes les plus influentes de 2021 par divers médias internationaux et le gouvernement basque vient de lui décerner le prix René Cassin des droits de l'homme.


Elle mène un processus sans précédent. Une convention élue par le peuple, avec une parité hommes-femmes et des représentants des peuples indigènes, rédige une nouvelle Constitution pour remplacer celle de 1980, promulguée sous la dictature. Un nouveau corpus législatif qui reprend les revendications de la contestation sociale d'octobre 2019 et garantit les droits sociaux, l'inclusion et la dignité pour tous.


DW : Les attentes entourant la convention et la nouvelle constitution sont-elles exagérées ?

Elisa Loncon : Je ne pense pas que les attentes soient exagérées. Il s'agit d'un projet politique différent, que le peuple chilien a lui-même élaboré à partir d'une situation sociale très complexe. Cette convention est l'expression de la diversité et compte la présence de tous ceux d'entre nous qui ont été niés par cette démocratie qui n'a pas intégré la diversité. C'est un processus, cela dépendra des accords auxquels nous parviendrons et pour cela nous devons dialoguer. Ce qui est clair, c'est que nous avons le mandat d'écrire une nouvelle Constitution qui surmonte les problèmes de l'ancienne. Elle ne peut être inférieure aux normes internationales en matière de droits de l'homme, de droits fondamentaux et de droits des nations d'origine. Tel doit être le plancher : dépasser l'ancien et établir la parité, la plurinationalité et la décentralisation. Nous allons dans cette direction.


Êtes-vous optimiste quant au résultat final ?

Je suis optimiste quant au fait que c'est le produit d'un processus social des secteurs marginalisés de la participation démocratique. Quatre-vingt pour cent d'entre eux ont voté (lors du plébiscite de 2020) en faveur d'une nouvelle constitution veulent voir reflétés leurs droits, leurs aspirations et leur idéal de pays. Ce processus social et politique est également donné par des situations, par exemple, que nous sommes un reflet de la société chilienne, une société meurtrie, également autoritaire, car c'est ainsi que nous avons été formés. Beaucoup de nos générations sont le résultat de la Constitution de 1980.


De quoi dépend le succès de ce processus ?

Cela dépendra de la maturité politique de la société, qu'elle assume la responsabilité de la situation historique qui nous a conduit à un sursaut pour changer la constitution, et que cette maturité politique se transforme en un texte écrit à partir de ce qui a été demandé dans la rue, qui condense le projet d'élargissement de la démocratie, avec toutes les différences, interculturelles et avec tous les exclus.


La convention a été la cible de critiques de la part de la droite : est-elle une menace pour le processus constitutif ?

La convention présente une faiblesse structurelle impressionnante en termes politiques et économiques. Et nous n'avons pas la garantie de pouvoir communiquer tout ce que nous faisons, car il s'agit d'une institution très récente, créée il y a six mois, pratiquement à partir de rien et sans le soutien politique du gouvernement. Au contraire, au cours de mon mandat, je n'ai jamais été invitée par le Président de la République (Sebastián Piñera). De telles situations reflètent l'absence de dialogue avec le pouvoir constitué. Cela nous laisse dans une situation fragile.


Comment intégrer le parti au pouvoir et l'aile droite, qui est minoritaire ?

Les lignes de travail et les méthodologies de prise de décision sont claires et solides. Nous avons une vice-présidence élargie, qui intègre tous les secteurs et toutes les différences, y compris la droite, qui n'est pas monolithique. Il existe différentes positions en son sein : certains sont très coopératifs et d'autres ont lancé une campagne de rejet dès le début. Nous avons une base de dialogue très large et ouverte, et c'est ainsi que nous travaillons pour faire en sorte que cette Constitution représente tout le monde.


Récemment, le leader de l'opposition vénézuélienne Leopoldo López, en visite au Chili, a déclaré que dans son pays, le processus constituant marquait le début de la fin de la démocratie. Ce risque existe-t-il ?

Un groupe de droite l'a reçu et ils ont le droit de parler à qui ils veulent. Mais ce n'est pas à lui de transférer un autre processus dans notre pays. Le Chili a son histoire, sa mémoire, son processus. Et dans le respect de cela et de notre façon de décider, les conflits avec le Venezuela devraient être discutés dans leur propre espace.


Vous avez reçu plusieurs distinctions internationales, que représentent ces prix pour vous personnellement ?

Je suis une femme indigène, une universitaire, et j'ai fait partie des exclus, de ceux qui n'avaient pas de voix politique. J'ai toujours participé à des organisations sociales, je me suis améliorée sur le plan scolaire et j'ai étudié avec mes propres ressources. J'ai dû travailler pour l'obtenir, je n'ai pas reçu de bourse du gouvernement ou de qui que ce soit. Comme moi, il y a beaucoup de Mapuches dans cette situation. Ce qui s'est passé, c'est que j'ai été nommé présidente et qu'un espace a été créé. Nous, les femmes, avons juste besoin d'opportunités pour contribuer à partir de notre processus historique et de ce que nous savons faire pour le bien de la société. J'étais une femme mapuche qui avait besoin de cette opportunité et au moment donné, elle m'a été donnée et toutes mes compétences et connaissances ont été déployées. C'est ce qu'a constaté la communauté internationale, qui a évalué mes performances de loin.


Est-ce aussi une reconnaissance de ce type de leadership ?

Lorsqu'il était clair que la convention n'allait pas pouvoir remplir ses fonctions, compte tenu de toute l'opposition que nous avons rencontrée de la part du gouvernement, nous avons réussi à la mettre en place et c'est ce que vous voyez : capacité de dialogue, relations horizontales, compétences en communication interculturelle, rapprochement et valorisation de toutes les différences. Ceux d'entre nous qui viennent d'un secteur marginalisé ont toujours dû engager le dialogue pour établir leurs modes de vie et leurs perspectives en tant que société. Cela a été apprécié et je me sens honoré. Je partage ce sentiment avec mon peuple Mapuche, les sièges indigènes réservés et toutes les personnes qui m'ont soutenue, parce qu'un leader ne devient pas un leader seul, mais avec les collectifs.


Au Chili, cependant, un secteur a tenté de vous discréditer, à quoi l'attribuez-vous ?

La discrimination à l'égard des femmes indigènes est triple : le fait d'être une femme, d'être indigène et d'appartenir à une classe très sous-estimée. Ceux qui m'ont critiquée sont des personnes qui ont l'habitude d'occuper des postes de décision, avec des noms de famille qui ont défini l'histoire de ce pays depuis une position de pouvoir où nous ne sommes pas. En tant que société, nous devrons apprendre à accepter qu'il puisse y avoir d'autres types de leadership, comme celui d'une femme autochtone, mais cela passe par le progrès des démocraties. La pensée coloniale et patriarcale était installée dans cette société et dans l'ancienne constitution, mais dans la nouvelle constitution nous allons installer une forme démocratique, inclusive, plurinationale, interculturelle, et nous espérons que dans les générations à venir cette pensée d'hégémonie politico-culturelle diminuera et que nous avancerons dans la reconnaissance des diversités et des droits fondamentaux.


Comment avance le travail sur la convention, sera-t-elle prête à la date limite ?

Nous prévoyons de terminer dans les délais. Le 5 juillet 2022, le Chili disposera d'une proposition de nouvelle constitution et, ensuite, il y aura un référendum. Le travail a été intense, il demande beaucoup de temps et je ne me repose pas. J'ai demandé un congé sans solde de mes engagements universitaires et j'ai passé tout mon temps à parcourir les territoires et à rencontrer les travailleurs, les femmes et les populations autochtones. L'espoir que les gens ont en nous est élevé et se renforce, il y a beaucoup d'affection et cela me rend très heureuse.


Quelle est l'importance de l'élection présidentielle du 19 décembre pour le succès du processus constituant ?

C'est important dans la mesure où nous avons besoin d'un président qui collaborera avec la Convention constitutionnelle, ce qui n'a pas été le cas jusqu'à présent. Toutefois, il ne s'agit pas d'un projet présidentiel à court terme, mais d'un projet à long terme, d'une façon de penser le Chili pour cinq décennies supplémentaires. Il serait précieux d'avoir un président qui soutient ce projet, qui demande qu'on ne mente pas sur nous et qu'on ne nous attaque pas. Même le gouvernement actuel n'a pas lancé un tel appel. C'est l'une des institutions les plus attaquées sur les médias sociaux, en particulier sur Twitter, et pas sur des choses réelles, souvent sur des mensonges. Comme la plupart des élu.e.s à l’Assemblée constituante, je viens d'un secteur très déplacé, mais je crois en notre résilience. Si des conditions défavorables devaient survenir, nous continuerons à travailler pour répondre à ce mandat constitutionnel, que tous les gouvernants et le parlement doivent remplir.


Propos recueillis par Victoria Dannemann pour le site de la chaîne allemande Deutsche Welle,

publié le 18 décembre 2021.


Articles précédemment publiés par les humanités :

"Chili : de la protestation à l’Assemblée constituante" (4 juillet 2011), lire ICI

"Elisa Loncon, pour l’Histoire" (7 juillet 2021), lire ICI


Les humanités, ce n'est pas pareil. Entièrement gratuit et sans publicité, édité par une association, le site des humanités entend pourtant fureter, révéler, défricher, offrir à ses lectrices et lecteurs une information buissonnière, hors des sentiers battus. Abonnements de soutien (5 € par mois ou 60 € par an), ou dons, essentiels à la poursuite de cette aventure éditoriale : ICI


Mots-clés :

94 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


bottom of page