top of page

Frankétienne, "Je m'envertige"

Dernière mise à jour : 23 mai


L’information n’est pas seule à informer. La poésie aussi, raconte le monde et ses états, en turbulences et élans, lueurs d’obscurité et étranges lucidités. La poésie ne saurait vivre sans humanités, les humanités ne sauraient vivre sans poésie. Pour ouvrir la voie, un géant de 86 ans, Frankétienne. Voix d’Haïti, un prince au port des chaos et des cyclones.


Cette publication vous est offerte par les humanités, média alter-actif et engageant.

Abandonnez-vous, abondez-vous, abonnez-vous : ICI.



Que pourrais-je écrire que l’on ne sache déjà ?

Que devrais-je dire que l’on n’ait déjà entendu ?

J’écoute ma voix baroque dans le miroir enflé de litanies sauvages.

Batteur battant aux appels de ma ville

rappeur frappeur à l’ivresse de mes tripes

je délire et je tangue au fatras de ma langue à roues cycloneuses.

Je dérape aux zigzags de mes mots à dentelles d’ouragan

mes paysages écrabouillés au tournoiement du vent

coïncidence et connivence

mes affres et mes balafres

mes joies et mes vertiges au tressaillement du masque

mon ombre écartelée d’oubli et d’épouvante.

Mes amours me reviennent amalgame d’utopie et de tendre

violence quand je mange mes silences.

Je m’envertige à contempler ma ville debout

hors des vestiges de l’ombre

entre pierre et poussière

entre l’or invisible et la boue des ténèbres

entre ordures et lumière

je nage inépuisable

je suis de Port-au-Prince

ma ville enfouraillée de nuits intarissables

ma ville schizophonique bavarde infatigable.

Je conjugue mon cauchemar et je module mon insomnie à

ma façon. Ma ville en moi. Au fond de moi. Dans ma tête.

Et dans mes tripes.

Ma ville déchue déraillée/débraillée

ma ville en chute baladeuse

ma ville mélange de crépuscule et d’aube

ma ville défloration et perdition

ma ville en dérangement perpétuel

ma ville en panne de tout

ma ville miracle au quotidien.

Ma ville folie sublime et pathétique toute flamboyante en

paradoxes déconcertants.

Et bien sûr ça fonctionne dans la graisse exceptionnelle du

chaos

ça pète de vie et d’énergie

ça roule dans le mystère

ça bouline dans les ténèbres

ça tourne dans l’immobilité du temps et l’inertie des gouffres

ça brûle ça boule ça bouleboule ça bouge ça danse ça piaffe

ça grogne ça hurle ça jazze ça grage ça rappe intensément

quand j’auditionne au-delà de mes fenêtres dévergondées

l’âcreté des nuits sanglantes et l’âpre diction des pluies

métissées de vents fous.


Frankétienne, « Je m’envertige », Anthologie secrète, Mémoire d’encrier, Montréal, 2005


Photo en tête de publication : Frankétienne, "Je n'ai pas peur du chaos car le chaos est le ventre de la lumière et de la vie. Ce que je n'aime pas, c'est la mauvaise gestion du chaos." Photo Allison Shelley


Lectures recommandées :

Marie-Édith Lenoble, « Frankétienne, maître du Chaos », in Trans, Revue de littérature générale et comparée, 6/2008.

Randal C. Archibold, « A Prolific Father of Haitian Letters, Busier Than Ever », The New York Times, 29 avril 2011.


VIDEO

Émission « Entre les lignes », par Kathrin Rousseau, diffusée le 30/05/2004 sur Radio France Internationale.


177 vues0 commentaire

コメント


bottom of page