top of page
Naviguez dans
nos rubriques

La vision maorie de l'avenir de l'Antarctique



Photo Sebastian Copeland / ANTARCTICA: The Waking Giant


Les Maoris ont peut-être été les premiers à atteindre l'Antarctique, au septième siècle. Mais le passé importe moins que ce qui nous attend, selon les spécialistes autochtones. Le principe maori de kaitiakitanga s’appliquera-t-il à la préservation de l’Antarctique, qui pourrait avoir statut de «personne morale» ?


L'histoire raconte que le voyageur Hui Te Rangiora avait fait naviguer son navire vers le sud au début du septième siècle à la recherche de nouvelles terres lorsque quelque chose d'étranger apparut à l'horizon. Il a vu d'énormes sommets arides surgir de la mer et s'élever vers le ciel. Il a vu des formes inconnues dans les vagues : des tresses ondulant à la surface, des animaux qui plongeaient à de grandes profondeurs et des mers de pia, le nom polynésien du tubercule blanc appelé arrowroot. Hui Te Rangiora avait navigué sur son navire des tropiques à l'Antarctique.

L'ethnologue Stephenson Percy Smith est arrivé à cette conclusion en 1899, lorsqu'il a écrit sur ce récit polynésien dans une histoire du peuple Maori, les premiers occupants polynésiens de Nouvelle-Zélande. Stephenson Percy Smith a identifié les rochers nus comme étant des icebergs, les tresses ondulées comme étant des brins bruns de varech et l'animal plongeant en profondeur comme étant une otarie ou un morse. L'élément de preuve le plus convaincant est peut-être le terme utilisé dans le récit pour désigner l'océan gelé : Te tai-uka-a-pia, dans lequel tai signifie mer, uka signifie glace et a-pia signifie « à la manière de l'arrowroot ». Lorsqu'on la gratte, la chair de l'arrowroot ressemble étrangement à de la neige. Ainsi, du point de vue des Hui Te Rangiora, les icebergs pouvaient ressembler à des monticules de poudre de pia.


Priscilla Wehi et Krushil Watene. Photos DR.


« Il est fascinant d'imaginer ce que cela a dû être de voir ces choses, d'essayer de nous les rendre familières », déclare Krushil Watene, spécialiste maori des philosophies indigènes à l'université Massey d'Auckland, auteur de deux études publiées récemment, avec Priscilla Wehi, biologiste à l'université d'Otago en Nouvelle-Zélande, qui explorent les liens historiques et futurs entre les peuples indigènes et l'Antarctique.

La première étude, publiée dans le Journal of the Royal Society of New Zealand, a sondé les archives littéraires, orales et artistiques pour trouver des récits historiques des Maoris dans les régions antarctiques et subantarctiques. La seconde, publiée dans Nature Ecology and Evolution, se tourne vers l'avenir et propose un cadre autochtone pour gérer et conserver le continent le plus austral.

Les auteurs espèrent appliquer à l'Antarctique le principe maori de kaitiakitanga, le concept de tutelle et de gestion de l'environnement. Ils suggèrent notamment de faire participer davantage les autochtones à la gouvernance de l'Antarctique et d'accorder à l'Antarctique le statut de personne morale.

Un poteau sculpté par Fayne Robinson à la base Scott, une station de recherche antarctique néo-zélandaise. La sculpture s'appelle Te Kaiwhakatere o te Raki, ce qui se traduit par "navigateur des cieux". Photo Elanti Media.


Premiers voyages vers le sud

Au début du mois de juin, lorsqu’a été publié le premier article des auteurs, les médias se sont emparés de la suggestion selon laquelle les Hui Te Rangiora pourraient avoir atteint l'Antarctique dès le septième siècle. « Les Maoris ont peut-être découvert l'Antarctique 1 300 ans avant les Occidentaux », proclamait CNN. Si Hui Te Rangiora a effectivement atteint le continent gelé il y a plus de 1 000 ans, son voyage battrait le record de la première observation confirmée du continent, par un navire russe en 1820. Mais les auteurs ont été surpris que les médias s'emparent de cette anecdote, car ils n'avaient pas l'intention de populariser ce qu'ils considéraient comme un récit impérial de personnes découvrant de nouvelles terres. « Il ne s'agit pas simplement de savoir quels humains étaient en Antarctique en premier », déclare Priscilla Wehi, « il s'agit en fait de savoir si ces liens qui ont perduré pendant plusieurs centaines d'années perdureront à l'avenir. »

De même, les chercheurs ne sont pas les premiers à avoir appris que des voyageurs maoris ont pu atteindre l'Antarctique il y a si longtemps ; l'exploit était connu dans certaines communautés, comme celles des environs de Bluff, la ville la plus méridionale de Nouvelle-Zélande, indique Krushil Watene. Elle et ses collègues se sont appuyés sur les archives de la tradition orale pour comprendre les premiers liens entre les Maoris et l'Antarctique. « Les gens ont des racines de transmission du savoir très claires et des méthodes très sûres pour transmettre l'information », affirme Priscilla Wehi, s'opposant à certains historiens pour qui la tradition orale est une source peu fiable.

À l'automne 2020, les auteurs ont organisé une série de séminaires virtuels pour réunir des chercheurs et la communauté maorie afin de discuter de cette histoire. Les participants ont partagé des histoires qui ont élargi les connaissances de l'équipe sur les récits existants, comme celui de Hui Te Rangiora, et leur en ont révélé d’autres.

Les sculptures Māori de Nouvelle-Zélande représentent traditionnellement les connaissances en matière d'astronomie et de navigation. Photo DR


L'équipe a également consulté des sculptures traditionnelles, dont certaines illustrent le voyage de Hui Te Rangiora et la présence des océans du sud dans les cartes du ciel des premiers marins polynésiens. De plus, les archéologues ont observé des fours, des tumulus et des outils en pierre sur des îles subantarctiques datant du 14e siècle, ce qui suggère que des Polynésiens ont vécu dans la région pendant au moins un été.

Les chercheurs ont trouvé beaucoup plus de connexions que prévu dans l'histoire plus récente. En 1840, le marin maori TeAtu est devenu le premier Néo-Zélandais à apercevoir la côte antarctique alors qu'il était à bord d'une expédition américaine dans les océans du Sud. Au début du XXe siècle, des marins maoris ont été recrutés dans des expéditions baleinières pour leur expertise en matière de harponnage. Et à partir des années 1950, trois hommes maoris ont rejoint le programme antarctique néo-zélandais en tant que contremaître, matelot et ingénieur diesel. L'ingénieur, Robert Sopp, a sculpté une figure de proue, sur laquelle est inscrit un proverbe sur l’amitié, pour l'offrir à la station McMurdo, l'un des avant-postes américains en Antarctique.


Le présent des Maoris en Antarctique

Dan Hikuroa, maître de conférences en études maories à l'université d'Auckland, qui s'est exprimé lors du séminaire, a effectué ses recherches universitaires en Antarctique il y a plus de 20 ans. Il a passé 78 jours sur la banquise à la tête d'une expédition visant à cartographier la géologie et à documenter les créatures et les plantes fossilisées dans les roches de l'ère jurassique afin de mieux comprendre comment l'ancien supercontinent Gondwana s'est disloqué.

Ce qui l'a d'abord frappé en Antarctique, c'est le silence assourdissant. Il se souvient s'être assis et avoir entendu un bruissement rythmé par un tempo. Il a vite compris que ce bruit provenait de la palpitation sanguine d'une veine de son front qui frôlait sa cagoule. À ce moment-là, il a oublié qu'il était un scientifique et a senti « comment mon sens de l'existence se réalisait par la connexion avec le lieu ». Pendant le reste de l'été, il a passé de longs moments à s'asseoir et à regarder l'horizon d'une clarté perçante, la courbure de la Terre.

Lorsque Dan Hikuroa est revenu pour terminer son programme d'études supérieures, il a passé du temps avec sa famille. « Toutes mes tantes maories étaient ravies que leur garçon soit allé en Antarctique », dit-il. Mais son oncle l'a pris à part et lui a demandé : « Quand vas-tu faire quelque chose qui nous soit utile ? » Il a pris à cœur ce conseil : il a obtenu un poste postdoctoral pour étudier le changement climatique, et concentre désormais ses recherches sur le travail avec et pour les communautés maories. Il n'a pas pensé à retourner dans l'océan austral avant le séminaire de 2020, lorsqu'il a appris que les Maoris s'y étaient peut-être aventurés il y a des siècles. Il n'a pas été surpris par cette théorie, soulignant la qualité de la technologie de voyage traditionnelle maorie et la maîtrise de la navigation : « Vous pouvez prendre n'importe lequel de ces navigateurs et le mettre n'importe où dans le Pacifique les yeux bandés, il saura retrouver son chemin si le ciel est clair et étoilé. »

En 2013, Fayne Robinson, un sculpteur Ngai Tahu, a sculpté un poteau appelé Te Kaiwhakatere o te Raki, qui se traduit par "navigateur des cieux", à la base Scott, une station de recherche antarctique néo-zélandaise. La tête regarde vers le ciel pour symboliser la navigation céleste, et le poteau rend hommage aux anciens explorateurs qui se sont aventurés sur le continent couleur d’arrowroot.


L'Antarctique, une personne ?

Priscilla Wehi et Krushil Watene espèrent que cette histoire, désormais visible, pourra renforcer les arguments en faveur d'une future gestion autochtone de l'Antarctique. Le continent est régi par le traité de l'Antarctique de 1959, qui stipule que le continent doit être utilisé exclusivement à des fins pacifiques et que toutes les recherches scientifiques qui y sont menées doivent être librement accessibles. La Nouvelle-Zélande, l'un des douze premiers signataires du traité, est en train de revoir sa stratégie de recherche en Antarctique. Une section du traité, qui est entrée en vigueur en 1998, sera très probablement réexaminée en 2048, et les protections environnementales telles que l'interdiction de l'exploitation minière pourraient être révisées ou rejetées par les signataires.

En d'autres termes, c'est le bon moment pour recadrer les priorités du continent.

Pingouin Adélie sautant sur la glace. Mer de Ross, Antarctique. Photo : John Weller.


En 2016, la mer de Ross, en Antarctique, a été désignée comme la plus grande aire marine protégée du monde. Cette mer regorge de légine australe (espèce de poisson des mers froides australes à forte valeur commerciale, appréciée pour sa chair blanche et fondante), une pêche lucrative, et un nouvel décret autorise la pêche dans certaines zones tout en protégeant entièrement d'autres. En redéfinissant sa stratégie, la Nouvelle-Zélande évaluera si ce modèle hybride a été efficace. Les chercheurs se réfèrent à une étude de 2010 qui analyse la durabilité à long terme de la pêche à la légine australe à travers le prisme des meilleures pratiques de pêche de Ngai Tahu. Certaines de ces pratiques consistent à fixer des limites minimales de capture et de taille et à protéger les stocks au-dessus des monts sous-marins, où la légine se reproduit.

De manière plus générale, les chercheurs appellent à une présence autochtone plus significative dans la gouvernance de l'Antarctique, comme des partenariats avec la Coalition pour l'Antarctique et les océans du Sud, une alliance internationale d'organisations travaillant sur la préservation. Krushil Watene souligne que les voix autochtones pourraient être une force motrice dans l'élaboration des politiques au sein des communautés locales.

La proposition la plus ambitieuse consisterait à accorder à l'Antarctique le statut de personne morale, en donnant à cette formation naturelle les mêmes droits qu'un être humain. Cette stratégie a réussi avec la rivière Whanganui en Nouvelle-Zélande, la rivière Atrato en Colombie et toutes les rivières du Bangladesh. Dans le cas du Whanganui, la rivière peut désormais être représentée au tribunal et deux tuteurs ont été désignés pour parler en son nom. Dan Hikuroa soutient cette idée, ajoutant qu'une vision du monde autochtone considérerait également l'océan Austral comme une personnalité à part entière. « En tant que communauté mondiale, nous avons tous une responsabilité en tant que gardiens kaitiakitanga de ce lieu spécial », estime Jacqueline Beggs, écologue à l’université d’Auckland, « pour veiller à ce qu'il soit entretenu pour les générations à venir. »


Sabrina Imbler

(Source : The New York Times, 2 juillet 2021. Traduction et édition : la rédaction des humanités)


A LIRE : «Ce qui se passe en Antarctique ne reste pas en Antarctique». Entretien avec Sebastian Copeland, l’aventurier et photographe américain, qui a effectué plusieurs voyages en Antarctique et dont le travail est à découvrir dans le livre Antarctica, The Waking Giant (éd. Rizzoli, 2020). Pour lui, la région est en train de devenir un « perturbateur géopolitique » puissant à cause du réchauffement climatique. (Usbek&Rica, 29 janvier 2021)


VIDEO. Te Whakairo est un court métrage d'Elanti Media qui documente le voyage que James York (Ngāi Tahu / Ngāpuhi) et Poutama Hetaraka (Ngātiwai / Ngāi Tahu) ont entrepris pour sculpter et installer un whakairo à la base Scott de Nouvelle-Zélande, en Antarctique. Leur whakairo donne forme à une conversation sur l'importance de la science et de la recherche en Antarctique pour comprendre et répondre au changement climatique et sur les valeurs communes de la mātauranga Māori et de la science pour comprendre la complexité de l'écosystème mondial - dont l'humanité n'est qu'une partie.



Mots-clés :

94 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page