top of page
Naviguez dans
nos rubriques

Les "fachrusses", une nouvelle espèce inhumaine



"Pашизм" en ukrainien. Un mot nouveau, qui contracte "Russie" et "fascisme", et désigne la brutalité des "envahisseurs" tout autant que l’idéologie totalitaire qui sous-tend l’invasion de l’Ukraine. L’historien Timothy Snyder livre une brillante explication de ce néologisme, qui puise au multilinguisme de l’Ukraine : « Une nation bilingue comme l'Ukraine n'est pas seulement une collection d'individus bilingues ; c'est un ensemble sans fin de rencontres dans lesquelles les gens adaptent habituellement la langue qu'ils utilisent à d'autres personnes et à de nouveaux environnements, manipulant la langue d'une manière qui est étrangère aux nations monolingues. »


Cette publication vous est offerte par la rédaction des humanités, média alter-actif. Pour persévérer, explorer, aller voir plus loin, raconter, votre soutien est très précieux. Abonnements ou souscriptions ICI








« Et dès les premiers jours cependant, il nous paraissait impossible de combler la distance que nous découvrions entre le langage dont nous disposions et cette expérience que, pour la plupart, nous étions encore en train de poursuivre dans notre corps », dit Robert Antelme dans L’Espèce humaine, devenu un livre de référence sur les camps de concentration nazis. « Il n'y a pas des espèces humaines, il y a une espèce humaine », écrit-il encore. « C'est un rêve SS de croire que nous avons pour mission historique de changer d'espèce. [...] C'est parce que nous sommes des hommes comme eux que les S.S. seront en définitive impuissants devant nous. »


Vladimir Poutine a mis ses pas dans ceux de Hitler, tout en feignant d’agir au nom d’une supposée "dénazification". Il s’agit au fond, pour lui, d’éradiquer toute identité ukrainienne pour "russifier" tout un peuple qui a pris le chemin de l’Europe, et de la démocratie. Au-delà de l’Ukraine, c’est tout le monde "occidental" qui est visé : un monde perçu comme dégénéré, face auquel se dresserait l’éternelle identité russe, ultime rempart face à la décadence.

En clôture de son discours lors du Forum économique de Saint-Pétersbourg, le 17 juin, Vladimir Poutine a prophétisé : « Ce qui est évident, c'est que les règles de ce nouveau monde seront rédigées par les puissances fortes et souveraines qui ne font pas la route tracée par autrui. Seules les fortes puissances souveraines ont leur mot à dire dans la création de ce nouvel ordre mondial. Tous les autres sont voués à rester des colonies sans droit, impuissantes. » Puissance, souveraineté… Poutine n'est certes pas le seul dirigeant à recourir à ce vocabulaire, mais il prend chez lui une intonation particulière. Le "nouvel ordre mondial" qu’il invoque serait donc basé sur la loi des plus forts. Et cette loi-là fait fi du droit. La loi du plus fort, c’est celle du viol (« Que cela te plaise ou non, ma jolie, faudra supporter », disait Poutine à l’adresse du président Volodymyr Zelensky, peu avant l’invasion de l’Ukraine).

En Russie même, toute opposition est sévèrement muselée et réprimée, la propagande faisant le reste (largement exportée au-delà des frontières russes), voulant ainsi créer une nouvelle espèce humaine, docile et asservie. Cela échouera, bien sûr, comme cela échoue déjà en Ukraine, où l’ampleur des crimes de guerre, le déploiement d’une stratégie de la cruauté comme à Marioupol, n’ont en rien ébranlé la résistance et la détermination ukrainiennes, bien au contraire. Mais comment nommer l’innommable ? Comment « combler cette distance » qu’évoquait Robert Antelme à propos des camps, entre le vécu de l’expérience et « le langage dont nous disposions ».

En Ukraine, un mot est apparu pour qualifier les agresseurs, quand il ne suffisait plus de dire "les Russes", "les envahisseurs" ou "les occupants". Ce mot, "рашизм" en ukrainien, est à peu près intraduisible. Le plus souvent, il est transcrit en anglais par "rashists", ce qui rend très imparfaitement compte de la double allusion au fascisme et à la Russie. Dans une récente traduction du Journal de Marioupol, j’ai remplacé "rashistes" par "fachrusses", mais cela ne rend pas encore vraiment compte du montage linguistique et historique qui aboutit, en ukrainien, à "рашизм".

Pour en savoir plus, et mieux comprendre, j’invite à lire un brillant essai du grand historien Timothy Snyder, spécialiste de l'histoire de l'Europe centrale et de l'Est et de la Shoah, paru dans le New York Times du 22 avril.


Jean-Marc Adolphe


Timothy Snyder. Photo DR


"La guerre en Ukraine a donné naissance à un nouveau mot, le ruscisme",

par Timothy Snyder


Dans un jeu créatif sur trois langues différentes, les Ukrainiens identifient un ennemi : le "ruscisme".

Le conseil municipal de Marioupol, en Ukraine, a tenté de faire passer un message sur la mort massive. Leur ville a été la plus durement touchée par l'invasion russe, et des milliers de cadavres gisent parmi les décombres après des semaines de guerre urbaine. Après la révélation des atrocités russes à Bucha et dans d'autres villes du nord de l'Ukraine, les élus de la ville portuaire ont voulu rappeler au monde que l'ampleur des tueries dans le sud était encore plus grande. Dans un langage sec et sobre, ils ont décrit le sort des habitants de Marioupol. De temps en temps, cependant, l'émotion s'est glissée : au passage, les membres du conseil ont fait référence aux auteurs des crimes russes par un terme de condamnation que chaque Ukrainien connaît, bien qu'il ne figure pas encore dans les dictionnaires et ne peut pas (encore) être dit en anglais : "рашизм".


Alors que les troupes russes se retiraient de la région de Kiev et que des photographies de cadavres de civils assassinés apparaissaient dans les médias, les Ukrainiens ont exprimé leur horreur et leur condamnation avec ce même mot. Alors que je lisais des articles sur Irpin, sur Bucha, sur Trostyanets, sur les corps écrasés par les chars, sur les cyclistes abattus dans la rue, sur les cadavres profanés, c'était là, "рашизм", encore et encore, dans les sections de commentaires, dans les médias sociaux, même dans les déclarations officielles de l'État ukrainien. Alors que la Russie renouvelle sa tentative de détruire l'État ukrainien avec son offensive de Pâques dans le Donbas, les Ukrainiens continueront à utiliser ce nouveau mot.

Saisir sa signification nécessite de franchir les différences d'alphabet et de prononciation, de penser notre chemin dans l'expérience d'une société bilingue en guerre contre un empire fasciste. "Pашизм" ressemble à "fascisme", mais avec un son "r" au lieu d'un "f" au début ; il signifie, en gros, "fascisme russe". L'agresseur dans cette guerre ne cesse d'essayer de repousser vers un passé tel qu'il ne s'est jamais produit, vers des récits absurdes et nécrophiles de l'histoire. La Russie doit conquérir l'Ukraine, dit Vladimir Poutine, à cause d'un baptême il y a mille ans, ou à cause du bain de sang de la Seconde Guerre mondiale. Mais les mythes russes de l'empire ne peuvent contenir l'imagination des victimes ukrainiennes d'une nouvelle guerre. L'identité nationale concerne les personnes vivantes, les valeurs et l'avenir qu'elles imaginent et choisissent. Une nation existe dans la mesure où elle crée de nouvelles choses, et une langue nationale vit en créant de nouveaux mots.


Le nouveau mot "рашизм" est une conceptualisation utile de la vision du monde de Poutine. Bien plus que les analystes occidentaux, les Ukrainiens ont remarqué l'inclinaison de la Russie vers le fascisme au cours de la dernière décennie. Sans se laisser distraire par le déploiement opérationnel du discours de Poutine sur le génocide, ils ont vu les pratiques fascistes en Russie : les cultes du chef et des morts, l'État corporatiste, le passé mythique, la censure, les théories du complot, la propagande centralisée et maintenant la guerre de destruction. Même si nous débattons, à juste titre, de l'applicabilité de ce terme aux personnalités et aux partis occidentaux, nous avons eu tendance à négliger l'exemple central du renouveau du fascisme, à savoir le régime de Poutine dans la Fédération de Russie.


Les origines du mot "pашизм" nous donnent une idée de la manière dont les Ukrainiens diffèrent des Russes et des Américains. Une nation bilingue comme l'Ukraine n'est pas seulement une collection d'individus bilingues ; c'est un ensemble sans fin de rencontres dans lesquelles les gens adaptent habituellement la langue qu'ils utilisent à d'autres personnes et à de nouveaux environnements, manipulant la langue d'une manière qui est étrangère aux nations monolingues. Il m'est arrivé de passer à la télévision et à la radio ukrainiennes, de répondre à des questions en russe et en ukrainien, sans que personne ne trouve un instant ce changement digne d'être mentionné. Une fois, alors que je parlais ukrainien à la télévision, je me suis arrêté un instant pour citer quelques mots de poésie en russe, un changement qui représentait un effort pour moi. Mais les Ukrainiens changent de langue sans effort - non seulement au gré des situations, mais aussi pour faire changer les situations, parfois au milieu d'une phrase, ou même d'un mot.

"Pашизм" est un mot construit de l'intérieur, à partir de plusieurs langues, comme un complexe de jeux de mots et de références qui révèlent une société bilingue réfléchissant à sa situation difficile et communiquant avec elle-même. Son émergence démontre comment un peuple qui change de code peut enrichir la langue tout en rendant une guerre horrible plus intelligible pour lui-même. L'impérialisme ethnique de Poutine insiste sur le fait que les Ukrainiens doivent être des Russes parce qu'ils parlent russe. C'est le cas - et ils parlent ukrainien. Mais l'identité ukrainienne a autant à voir avec la capacité de vivre entre les langues qu'avec l'utilisation de l'une d'entre elles.

L'ukrainien s'écrit en cyrillique, et le fait de s'arrêter sur "рашизм" dans sa forme originale vous aidera à faire la gymnastique mentale nécessaire pour appréhender les choses comme le font les Ukrainiens. En voyant ces six caractères, on pourrait être tenté de commencer par en faire des caractères latins. Mais les langues fonctionnent ensemble de manière complexe, surtout dans l'esprit des personnes qui en parlent plus d'une de manière native. Comme le savaient Rimbaud et les Hassidim (qui venaient d'Ukraine), chaque lettre est magique. Il faut y aller doucement.


Ces six lettres cyrilliques contiennent des références à l'italien, au russe et à l'anglais, qu'une translittération mécanique, lettre par lettre, bloquerait. La meilleure façon (bien qu'imparfaite) que j'ai trouvée pour rendre "рашизм" de l'ukrainien à l'anglais est "ruscisme" - bien que ce ne soit pas ce que le protocole standard de translittération suggérerait, cela fait allusion à la fois aux origines du mot et à sa signification. Lorsque nous voyons "ruscisme", nous pouvons penser que ce mot a un rapport avec la Russie ("rus"), avec la politique ("isme") et avec l'extrême droite ("ascisme") - et c'est effectivement le cas. Une façon simple d'y penser est de considérer ce mot comme un conglomérat du "r" de "Russie" et de l'"ascisme" de "fascisme" : Le fascisme russe. C'est à peine le début de l'histoire, mais cela nous met sur la voie de l'espièglerie linguistique qui rend le mot possible, et de l'accumulation de sens tirée de chaque son.


J'ai dû épeler "рашизм" comme "ruscism" en anglais parce que nous avons besoin de "rus", avec un "u", pour voir la référence à la Russie. En perdant le "a" ukrainien original, nous affaiblissons une référence à plusieurs niveaux - parce que le "a" dans "рашизм", commodément, permet au mot ukrainien d'associer la Russie et le fascisme d'une manière que l'anglais ne peut pas.

Mais attendez : comment le "ra" (écrit "pa" en cyrillique) peut-il suggérer la Russie en ukrainien ? On pourrait penser que le mot "Russie" en ukrainien comporte également un "a" dans la première syllabe, mais ce n'est pas le cas. Il s'écrit avec un "o" : Росія. Vous vous souvenez peut-être que les Ukrainiens connaissent aussi le russe, et vous pensez que le mot "Russie" en russe s'écrit avec un "a". Ce n'est pas le cas : En russe aussi, la première voyelle de ce mot est un "o". Mais cette supposition nous met sur la bonne voie. Nous sommes sur le point de voir que les Ukrainiens peuvent jouer avec le russe d'une manière que les Russes ne peuvent pas faire - qu'un mot ukrainien peut contenir une référence à la Russie que les Russes eux-mêmes ne comprendraient jamais.

Si vous ne connaissez aucune des deux langues, vous pourriez penser que le russe et l'ukrainien sont très similaires. Ils sont assez proches, comme le sont, par exemple, l'espagnol et l'italien. Si vous en connaissez une, vous avez un avantage considérable pour apprendre l'autre. Mais vous devez quand même l'apprendre. La grammaire russe est similaire à l'ukrainien - peut-être un peu plus proche que, disons, l'ukrainien et le polonais - mais la sémantique n'est pas si proche. Du point de vue russe, les faux amis sont légion. Il existe un élégant mot ukrainien de quatre syllabes qui signifie simplement "bientôt" ou "sans délai", mais pour un Russe, il ressemble à "pas derrière le bar". Le mot ukrainien pour "chat" ressemble au mot russe pour "baleine", tandis que le mot ukrainien pour "chats femelles" ressemble au mot russe pour "intestins".


Les Russes ne comprennent pas l'ukrainien, car ils ne l'ont pas appris. Les Ukrainiens comprennent le russe, parce qu'ils l'ont appris. Ce fait a des implications sur le champ de bataille. Les soldats ukrainiens parlent souvent russe, bien qu'ils aient pour instruction d'utiliser l'ukrainien pour repérer les infiltrés et les espions. Il s'agit d'un exemple radical de la pratique générale de l'alternance codique. Le président Volodymyr Zelensky utilisait généralement le russe en tant que comédien et utilise presque toujours l'ukrainien en tant qu'homme politique - sauf lorsqu'il peut passer, au milieu d'un discours, à l'utilisation du russe pour s'adresser aux Russes, en sachant parfaitement que les Ukrainiens suivront.

Pour passer d'une langue à l'autre, il faut avoir une connaissance approfondie des différences qui existent entre elles. L'une des différences entre l'ukrainien et le russe concerne le son "ah", qui apparaît plus souvent en russe. Dans les deux langues, la voyelle "a" produit systématiquement ce son. En russe, cependant, un "o" écrit peut également produire ce son. Un exemple frappant est le mot russe pour "libération" - "освобождение". Ce mot est translittéré comme il se présente, c'est-à-dire "osvobozhdenie", mais sonne plutôt comme "asvobazhdenie", chaque "a" étant prononcé comme un "ah". Pour une oreille ukrainienne, c'est un mot très russe. La contrepartie ukrainienne - визволення, vyzvolennia - a une sonorité complètement différente (bien qu'elle soit presque identique à celle du polonais wyzwolenie).


Le russe освобождение est également chargé de décennies d'usage soviétique, puisqu'il a été appliqué sans relâche pour décrire chaque action de l'Armée rouge, y compris celles où les personnes en question ne croyaient pas qu'elles étaient "libérées", comme en Hongrie en 1956 et en Tchécoslovaquie en 1968. C'est le mot utilisé aujourd'hui par les Russes pour décrire leur invasion de l'Ukraine, et il porte en lui des décennies d'utilisation mensongère. Pour les Ukrainiens, il peut sembler à la fois absurde et sinistre ; lorsque les Russes l'utilisent avec sérieux, les Ukrainiens peuvent y voir un signe de "zombification", зомбування, un mot qu'ils utilisent assez souvent. Une explication ukrainienne de l'utilisation de la lettre Z par la Russie officielle comme symbole de l'invasion est que "l'autre moitié de la croix gammée a été volée dans l'entrepôt", une blague sur la logistique de l'armée russe - mais personnellement, le Z me fait penser à "zombie".


À l'heure actuelle, les médias ukrainiens font souvent preuve d'un type particulier de dérision dans les citations de Russes parlant russe - un type d'humour qui n'est possible que de l'intérieur d'une communauté linguistique. Les Ukrainiens sont parfaitement capables d'écrire le russe correctement, mais pendant la guerre, certains commentateurs sur Internet ont épelé l'occasionnel mot russe en utilisant le système d'écriture ukrainien, lui donnant ainsi un air désarticulé et pitoyable. En écrivant en ukrainien, vous pourriez épeler "oсвобождение" par "aсвобaждениe", de la façon dont il se prononce - un peu d'alchimie lexicographique qui le fait paraître stupide (et, par extension, les Russes) et qui se moque des concepts politiques utilisés pour justifier une guerre. Dans un sens plus large, de tels efforts sont un moyen de déloger la Russie de sa position centrale dans la culture régionale.


En effet, un cas pertinent de ce décalage o/a est le nom de la Russie lui-même. Le mot russe pour "Russie" est "Россия", mais ce "o" est prononcé comme un "a", quelque chose comme "Rahssiya". Vous pouvez maintenant voir où cela nous mène. Le son "rah" au début de notre nouveau mot ukrainien, "рашизм", ne signale pas seulement "russe" - il suggère le mot "Russie" tel qu'il est prononcé par les personnes parlant russe. C'est la façon particulière dont les russophones nomment leur propre pays qui scelle un lien entre "Russie" et "fascisme".

En russe, vous devez savoir quand un "o" devient un "a", mais une fois que vous le savez, le son est cohérent. Les Ukrainiens jouent également avec l'anglais, qui est à cet égard plus délicat. En anglais, il est pratiquement impossible de prévoir comment une voyelle donnée sera prononcée ; la lettre sur la page n'a presque rien à voir avec le son que vous êtes censé produire. Les voyelles anglaises sont également différentes - plus larges, plus paresseuses et plus nombreuses - que celles de l'ukrainien et du russe. Les anglophones ont à peu près autant de façons de prononcer le "a" qu'il y a de voyelles dans ces langues entières.

Lorsque les Américains disent "Russia", la première et la deuxième syllabes riment. C'est déroutant, car la première voyelle est un "u" et la seconde un "ia". Ni l'une ni l'autre ne sont prononcées d'une manière qui correspond à la façon dont les locuteurs des langues slaves - et même de la plupart des autres langues - comprendraient la prononciation de "ia" ou "u", ou d'ailleurs de n'importe quelle voyelle. Pour les deux, les Américains ont tendance à faire un son "uh", connu sous le nom de schwa ; nous disons "Ruhshuh". Ce son "uh" n'existe pas en ukrainien ou en russe, dont les locuteurs ont parfois du mal à savoir où il se situe et comment le prononcer.


La façon dont nous épelons et disons "Russia" en anglais est importante, car le mot ukrainien "рашизм" dépouille l'anglais des parties. Les Ukrainiens nous entendent souvent dire "Russia". Ils ont tendance à ne pas prendre trop au sérieux ce que nous disons de la Russie, et ils ont généralement raison - et donc, lorsqu'ils prennent le mot "Russie" et le transforment en "Pаша", en l'empruntant à la façon dont nous pourrions le dire, ils veulent dire que la Russie ne doit pas être prise au sérieux, qu'elle ne doit pas être acceptée selon ses propres termes, qu'elle est un objet de mépris. Ceci et le plus dédaigneux "Pашkа" (le "k" en fait un diminutif) sont dans la langue parlée plutôt qu'écrite. Et la façon dont le mot est prononcé a aussi son importance : les Ukrainiens n'arrivent pas à faire le son schwa "uh", donc leur "Pаша", bien qu'il soit censé imiter l'anglais, sonne en fait comme "Rahsha".

Ici, nous commençons à ressentir la densité des parties et des références contenues dans "рашизм". Ce n'est pas seulement le son "r" du début qui peut représenter la Russie. Ce n'est même pas seulement le "ra", en référence à la façon dont les russophones prononcent le mot russe pour "Russie". Les trois premières lettres, "раш", font également référence à la façon dont les anglophones prononcent la Russie. Bien que la référence à l'anglais soit inexacte, le son "rahsh" qui en découle s'avère très productif, car il rend la combinaison avec "fascisme" fluide. Les trois quarts des lettres d'un néologisme ukrainien de l'anglais ("Pаша") sont réunies avec les cinq sixièmes des lettres d'un mot italien adopté ("фашизм", fascisme) pour générer le nouveau mot "рашизм" - un conglomérat dense et efficace.


Quand on dit "Russie", le double "s" se prononce "sh". Au milieu de "fascisme", nous trouvons le même son, "sh" - bien que cette fois il soit généré par "sc", que l'anglais emprunte à l'original italien "fascismo". Nous pouvons rendre ce son par "sh" ou, dans ces deux mots, par "ss" et "sc", mais l'orthographe ukrainienne, d'une simplicité évidente, capte ce son, quelle que soit la langue dans laquelle il est orthographié, et le rend par "ш". Donc "раша" + "фашизм" = "рашизм", également grâce à ce son central. Le son "sh" du milieu, le "ш", fait référence à la fois à la Russie et au fascisme, mais seulement parce que les Ukrainiens jouent avec l'anglais. Ni en russe ni en ukrainien, le mot "russe" n'a le son "sh".


"Pашизм" s'appuie sur l'anglais pour fonctionner, mais il n'est pas facile pour l'anglais de le récupérer. Quand "Russia" devient "Pаша", les voyelles se raffermissent et deviennent plus honnêtes ; elles ne sont plus tout à fait conformes à l'anglais. Il en va de même pour le "ism" qui, en ukrainien, exige un son plus coupé et plus discipliné. Ces voyelles honnêtes font qu'il est difficile pour les anglophones de prononcer "pашизм" comme il est censé l'être - et même si nous devions le prononcer correctement en ukrainien, il ne ressemblerait pas à grand-chose en anglais.

C'est pourquoi, pour revendiquer "pашизм" pour l'anglais, je dois le translittérer - comme le font aussi généralement les Ukrainiens - en "ruscisme". La transcription mécaniquement correcte serait "rashysm", ce qui n'est guère clair. Nous devons revenir en arrière et obtenir le "u" pour indiquer la Russie, et nous prenons le "isme" parce que nous savons qu'il s'agit d'idéologie. Et alors que la consonne ukrainienne "ш" exige un "sh", le "rushism" qui en résulte suggérerait une faiblesse pour la radio parlée américaine ou le classic rock canadien. Nous savons que "ш" ne vient pas d'un "sh" en premier lieu ; il vient à la fois du "ss" de la Russie et du "sc" du fascisme. Nous choisissons "sc", et obtenons "ruscisme". Comme en ukrainien, un son "sh" relie les deux parties. Mais maintenant, en anglais, le "sc" visible rappelle l'orthographe inhabituelle du fascisme, comme il se doit.

En anglais, si vous adhérez au racisme, vous êtes un raciste ; si vous adhérez au fascisme, vous êtes un fasciste. Cette progression lexicale est similaire en ukrainien. "Расизм", racisme, a la forme personnelle associée "расист", raciste. "Фашизм", fascisme, donne "фашист", fasciste. De même, le nouveau mot "рашизм" donne "рашист", ou rusciste. (Contrairement à l'anglais, l'ukrainien génère également des formes féminines de ces mots). Les Ukrainiens font parfois référence à des Russes individuels en tant que "ruscistes", en dressant des listes, par exemple, d'éminents partisans russes de la guerre. Mais il existe également une tendance à désigner tous les soldats russes en Ukraine comme des "ruscistes". Cela se heurte à certaines difficultés : Compte tenu du caractère impérial de l'État russe, une très forte proportion des soldats russes en Ukraine appartient à des minorités nationales. Cela suggère un problème plus profond, à savoir que même les soldats qui meurent pour une cause fasciste ne sont pas nécessairement fascistes eux-mêmes.


Alors que les dirigeants russes ont intensifié la tradition soviétique consistant à qualifier les ennemis contemporains de "fascistes", en Ukraine, ce mot fait plus simplement référence aux horreurs de la Seconde Guerre mondiale, qui étaient encore plus profondes là-bas qu'en Russie. Lorsque les Ukrainiens parlent de "ruscisme", ils accusent les Russes d'une profonde trahison de ce qui aurait dû être un héritage et une mémoire communs. Ils accusent les Russes de devenir ce qui aurait dû être vaincu il y a longtemps.

Peu de gens en dehors de l'Ukraine semblent savoir que des millions d'Ukrainiens, exerçant leur liberté d'expression dans un pays qui le permet, ont inventé et déploient un nouveau mot. "Ruscisme" semblera étrange au début. Il en va de même pour "génocide" et "nettoyage ethnique", d'autres mots issus des guerres d'Europe (orientale). Les concepts qui clarifient notre monde actuel étaient autrefois étranges et nouveaux. Mais lorsqu'ils désignent quelque chose, ils peuvent s'imposer.


Illustration Kateryna Yastriebova / Creatives for Ukraine


Le fascisme russe est certainement un phénomène qui nécessite un concept. La Fédération de Russie promeut l'extrême droite partout. Poutine est l'idole des suprématistes blancs du monde entier. D'éminents fascistes russes ont accès aux médias de masse pendant les guerres, y compris celle-ci. Les membres de l'élite russe, et surtout Poutine lui-même, s'appuient de plus en plus sur des concepts fascistes. La justification même par Poutine de la guerre en Ukraine, en tant qu'acte de violence purificatrice qui ramènera la Russie à elle-même, représente une forme chrétienne de fascisme. La récente publication, dans un service d'information officiel russe, de ce que je considère comme un manuel ouvertement génocidaire, fournissant un plan pour l'élimination de la nation ukrainienne en tant que telle, confirme tout cela. Moscou est le centre du fascisme dans notre monde.

Le plus grand risque d'un mot aussi compact et efficace est qu'il donne l'impression que tous les Russes sont des fascistes, simplement parce qu'ils sont russes. Étant donné que la moitié de la population ukrainienne est soit déplacée, soit piégée par la guerre, avec des milliers de civils tués et des centaines de milliers de personnes déportées, une tendance à la condamnation générale n'est pas surprenante ; le fait que les Ukrainiens aient eu beaucoup de mal à convaincre les Russes qu'une guerre a réellement lieu n'aide pas. Mais un usage qui identifierait tous les Russes comme des fascistes répéterait l'erreur qu'il est censé rectifier. Jusqu'à présent, le mot est généralement utilisé en réponse à des actions particulières, comme l'enlèvement d'enfants ou l'exécution de civils.


Le mot n'est pas seulement une condamnation des actions russes, il est aussi une offrande à la langue russe. Les mots "rusciste" et "ruscisme" fleurissent déjà en russe, ou du moins en russe ukrainien. En fait, je les ai entendus pour la première fois en russe, et non en ukrainien. Il sera intéressant de voir s'ils se répandent dans la Fédération de Russie. Si c'était le cas, ils seraient très probablement criminalisés par l'État russe. La Russie d'aujourd'hui est un pays où il est illégal d'appeler cette guerre une "guerre", et où lire un poème ou montrer une affiche vierge est considéré comme une diffamation de l'armée. Étant donné le besoin ressenti par Poutine de définir l'ennemi du moment comme fasciste, il est peu probable qu'un mot désignant le fascisme russe soit toléré.

Ainsi, nous constatons une différence entre la Russie officielle et l'Ukraine non officielle, une différence qui n'est pas liée aux mythes, à l'ethnicité ou même aux préférences linguistiques, exactement, mais plutôt à la façon dont les mots comptent en temps de guerre, sous pression. Dans la tyrannie, ils menacent, car ils pourraient révéler la vérité ; dans la démocratie, ils conceptualisent et suggèrent l'action. Cette différence est visible sur le champ de bataille, où l'armée russe est conformiste et recroquevillée, et l'armée ukrainienne, en surnombre et désarmée, adaptable et créative.


Nous constatons également une différence entre les Ukrainiens et les personnes monolingues en général. Il y a une vivacité inhérente au code ukrainien qui rend possible la construction du mot "рашизм" - et une fois construit, le mot a une vivacité qui lui est propre. Nous pouvons apprécier la créativité ukrainienne, et peut-être l'emprunter.

Le fait que le "ruscisme" soit utilisé pour décrire l'ennemi a des implications sur la manière dont les Ukrainiens définissent leurs propres valeurs. Il stigmatise la Russie comme un envahisseur commettant une injustice qui peut être liée à des injustices passées, et dont les dirigeants abusent du langage pour cacher ces faits fondamentaux. Mais elle considère aussi comme axiomatique (et donc affirme) que c'est au fascisme qu'il faut résister.

La langue a apporté quelque chose de nouveau et, comme nous le rappelle Hannah Arendt, la nouveauté est ce que l'on peut espérer de mieux en période de totalitarisme. La langue ukrainienne a offert un néologisme dont la formation nous aide à voir plus profondément dans la créativité d'une autre culture, et dont la signification nous aide à voir pourquoi cette guerre est menée - et pourquoi elle doit être gagnée.


Traduction : Pierre Raiman

Le texte de Timothy Snyder sur le site du New York Times :


Illustration en tête d’article : Adriana Vala, sur la plateforme Creatives for Ukraine

297 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

1 commento


Merci pour la mise à disposition de ce beau texte ainsi que pour le rappel de Robert Antelme

A nous-mêmes, ce que nous avions à dire commençait alors à nous paraître inimaginable

https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2018/06/15/a-nous-memes-ce-que-nous-avions-a-dire-commencait-alors-a-nous-paraitre-inimaginable/


bien cordialement

didier

Mi piace
bottom of page