top of page
Naviguez dans
nos rubriques

Ukraine : entre exode et mobilisation


Adriana et Vadym, deux jeunes Ukrainiens, dans un centre d'accueil de fortune à la gare de Przemysl,

en Pologne, vendredi. Photo Maciek Nabrdalik


Dans l'esprit des humanités, ce "fil Ukraine" ne vise pas à répéter ce que tout un chacun peut entendre à la radio ou suivre sur les chaînes d'info en continu, mais, à partir d'une veille éditoriale (médias, réseaux sociaux, etc.), raconter en images et récits l'agression russe en Ukraine.


Ce "fil Ukraine" vous est offert par la rédaction des humanités, média alter-actif. Pour persévérer, explorer, aller voir plus loin, raconter, votre soutien est très précieux.

Abonnements ou souscriptions ICI.


Terrifiés par les bombes et les missiles russes qui atterrissent près de leurs villes et villages, et par les rumeurs de l'arrivée prochaine des chars russes, des milliers d'Ukrainiens ont traversé l'est de la Pologne vendredi, alors que l'exode massif d'Ukraine s'accélère.

Selon le service des frontières polonais, 29.000 personnes sont déjà arrivées d'Ukraine jeudi, le premier jour de la guerre. De nombreuses autres personnes ont franchi la frontière occidentale de l'Ukraine vendredi, alors que la crainte grandit de voir la Russie s'emparer de l'ensemble du pays, même des régions occidentales éloignées des combats les plus violents, au nord de la Crimée, sur la mer Noire, et dans la région orientale du Donbass.

La plupart de ceux qui sont passés en Pologne à Medyka, l'un des rares postes-frontières avec l'Ukraine qui autorise les piétons ainsi que les véhicules, étaient des femmes et leurs enfants. Tous les hommes âgés de 18 à 60 ans n'ont pas le droit de quitter l'Ukraine en vertu d'un décret gouvernemental visant à garder les combattants potentiels à l'intérieur du pays pour affronter l'avancée des forces russes.

L'attaque de la Russie a pris des dimensions tellement imprévisibles que même les personnes vivant loin de ce qui devait être les principales zones de combat prennent la fuite et se précipitent vers les postes-frontières en Pologne, en Hongrie, en Moldavie et en Roumanie.

Contrairement à l'accueil souvent brutal que la Pologne a réservé l'année dernière aux migrants, principalement originaires du Moyen-Orient et d'Afghanistan, les réfugiés arrivant d'Ukraine ont été accueillis par des sourires chaleureux, des boissons chaudes et un transport vers la gare la plus proche. Des policiers ont distribué des fruits et des sandwiches aux Ukrainiens qui campaient dans la salle d'attente. Près d'un million d'Ukrainiens vivent déjà en Pologne.

Des Ukrainiens font la queue pour remettre leurs documents et passer des contrôles médicaux afin de se porter volontaires pour le service militaire à Kramatorsk, en Ukraine. Photo Lynsey Addario


Lanceurs de roquettes de l'armée russe détruits à Kharkiv, en Ukraine, ce vendredi. Photo Maksim Levin/Reuters



Mots-clés :

64 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page