top of page
Naviguez dans
nos rubriques

D'Ouganda en Alaska, "terrorisme climatique"



Franchement, à quoi peuvent bien servir une girafe de Rotschild et un ours polaire ? Ces empêcheurs d’hydrocarburer en rond ne pèsent pas grand-chose face à la voracité des compagnies pétrolières. En Ouganda et en Tanzanie, des communautés entières de pêcheurs et d’agriculteurs ont d’ores et déjà été déplacées pour libérer le passage du méga-pipeline géré par TotalÉnergies et une compagnie chinoise. Les forages ont commencé en janvier sur les rives du lac Albert, et les bulldozers s’activent dans la réserve naturelle du parc Murchison. Le désastre écologique a déjà commencé. Et en Alaska, trahissant l’une de ses plus fameuses promesses électorales, Joe Biden vient d’autoriser de nouveaux forages pétroliers : c’est le "Willow Project". Réduire les émissions des gaz à effet de serre ? Pour ça, on attendra la fin du monde.


Pour grandir, ou simplement continuer, les humanités, média alter-actif et engageant, ont besoin de vous. Pour s'abonner : ICI. Pour s'inscrire à notre infolettre : ICI


PARC NATIONAL DE MURCHISON FALLS, Ouganda. Sous un dense couvert forestier qui abrite des éléphants, des oiseaux rares et des singes colobes, des bulldozers rugissants et des excavatrices brisent l’idylle, font tomber des arbres séculaires et tracent des routes pour atteindre la nouvelle source de richesses de l’Ouganda, le pétrole.

« Il s’agit d’un sanctuaire », déclare Ben Ntale, guide ougandais qui accompagne des visiteurs du parc national des chutes Murchison depuis deux décennies, « mais ils ont l’intention de détruire l’un de nos plus grands patrimoines. »

Une ruée pétrolière est actuellement en cours en Ouganda, un pays verdoyant et enclavé en Afrique de l’Est qui a signé un contrat de plusieurs milliards de dollars avec des compagnies pétrolières françaises et chinoises, arguant que les revenus financeront des écoles, des routes et d’autres projets de développement.


De l'Ouganda à l'Océan indien le trajet, sur 1.443 kilomètres, du méga-pipeline

du consortium East African Crude Oil Pipeline Company (Eacop), détenu à 62 % par TotalÉnergies


Le forage a déjà commencé sur les rives du lac Albert, et dans l’habitat vierge du parc national Murchison Falls, les travailleurs défrichent des zones pour y installer des plateformes pétrolières. Des terres sont acquises et défrichées pour construire un pipeline qui transportera le pétrole de l’ouest luxuriant de l’Ouganda enclavé, à travers les forêts et les réserves de Tanzanie, à un port sur la côte de l’océan Indien.


Des résidents des deux pays ont été déplacés de leurs terres, ce qui a suscité des critiques et des poursuites à l’échelle internationale. Les environnementalistes s’inquiètent du fait que les déversements de pétrole pourraient menacer le lac Victoria, une source vitale d’eau douce pour 40 millions de personnes, et ravager le parc qui protège Murchison Falls, l’une des chutes d’eau les plus puissantes au monde, où le Nil rugit à travers une gorge étroite.

Le sommet des chutes Murchison, où le Nil rugit à travers une gorge étroite dans l’une des cascades les plus puissantes du monde.


Le projet en Ouganda et en Tanzanie a touché des villes et des villages où de petits agriculteurs vivant dans des maisons en briques de terre avec des toits de chaume ont été expropriés de leurs terres par tout ou partie de leurs terres par le consortium East African Crude Oil Pipeline Company (Eacop), détenu à 62 % par TotalÉnergies (ICI). Beaucoup disent n’avoir toujours pas été indemnisés, alors que le consortium leur a interdit de planter des cultures vivrières comme les bananes, qui paient la nourriture et les frais scolaires de leurs enfants.

« Ils ne pensent qu’aux étrangers qui achèteront leur pétrole, pas à nous qui possédons la terre », déclare Sarah Natukunda, 39 ans, mère de cinq enfants à Kijumba, un village de l’ouest de l’Ouganda, qui a attendu des années avant d’être payée pour sa terre. À ce moment-là, la somme était trop petite pour acheter une propriété semblable à proximité où le prix des terres avait augmenté, et la société pétrolière a refusé d’augmenter l’indemnisation.


Des communautés entières de pêcheurs et d’agriculteurs ont été déplacées. Sur les rives du lac Albert, une plate-forme pétrolière nouvellement installée grimpe vers le ciel. La China National Offshore Oil Corporation a commencé à forer le pétrole en janvier. À moins d’un demi-kilomètre de là, de douces vagues se déversent sur le rivage où des bateaux de pêche restent amarrés.


Babihemaiso Dismas, un chef de village, déclare que China National a dit aux pêcheurs de rester à l’écart du lac à cause du forage, les privant de nourriture et de revenus. Les résidents disent qu’ils ont peu vu le développement promis par l’entreprise, qui a seulement pavé les routes qui mène à ses sites de forage, et a embauché peu de locaux, en faisant venir des ouvriers de l’extérieur. « Ils creusent des millions de dollars dans nos terres, mais ils ne veulent pas les partager », dit-il. « Ils traient la vache sans la nourrir. »


En Tanzanie, les résidents sur le trajet du pipeline déclarent qu’ils n’ont eu connaissance du projet que dans les médias, juste avant d’être informés qu’ils devaient partir. Certains ont protesté, mais en vain : en vertu de la loi tanzanienne, toutes les terres sont publiques et le président en est le fiduciaire, ce qui donne au gouvernement une grande latitude pour les saisir. « Il n’y avait aucune possibilité de négociation », déclare Issa Fuga, 86 ans, qui a dû accepter une maigre indemnisation pour son hectare de maïs et de tournesols dans le nord-est de la Tanzanie. « Il s’agissait d’un ordre. »


Les gouvernements de l’Ouganda et de la Tanzanie, ainsi que les deux sociétés pétrolières — TotalÉnergies de France et la China National Offshore Oil Corporation — qualifient ces récriminations d’exagérées, voire fausses. Ils prétendent avoir protégé les gens et l’environnement et avoir respecté les lois des pays et les principes des Nations Unies sur les droits de l’homme.

Ruth Nankabirwa Ssentamu, ministre ougandaise de l’Énergie (à gauche), et son homologue tanzanien, January Makamba (à droite)


Les responsables en Ouganda et en Tanzanie défendent le projet comme économiquement vital. Selon Ruth Nankabirwa Ssentamu, ministre ougandaise de l’Énergie et de l’Exploitation des minéraux, le produit du pétrole — estimé à 2 milliards de dollars par an — fournira de l’argent pour les routes, les hôpitaux et les énergies renouvelables. Les deux pays accusent les pays riches, dont les émissions ont largement contribué à la crise climatique, d’hypocrisie pour avoir tenté de dissuader les pays pauvres d’exploiter leurs propres ressources pétrolières et ainsi relever leur niveau de vie. « S’il y a un symbole d’hypocrisie mondiale sur la consommation d’énergie, c’est bien ici », commente January Makamba, ministre de l’Énergie de la Tanzanie : « C’est comme s’ils disaient : "Laissons la dépendance aux hydrocarbures être notre droit exclusif." »

A gauche : la China National Offshore Oil Corporation a commencé à forer sur un site sur la rive du lac Albert

dans l’ouest de l’Ouganda à la fin de janvier. A droite : des travailleurs installent des tuyaux sur un site pétrolier

géré par TotalÉnergies dans le district de Buliisa, dans l’ouest de l’Ouganda.


Le projet a suscité une opposition internationale. Les Amis de la Terre et cinq autres ONG françaises et ougandaises ont poursuivi TotalÉnergies pour avoir violé une loi française qui oblige les entreprises françaises à respecter les droits de l’homme et la protection de l’environnement, mais elles ont été déboutées fin février, le tribunal arguant un vide de procédure (lire ICI).

Le financement du pipeline n’a pas encore été finalisé et les activistes ont toutefois réussi à convaincre certaines des plus grandes banques du monde de ne pas l’appuyer. Plusieurs groupes de défense des droits de la personne et de protection de l’environnement ont récemment déposé une plainte auprès du gouvernement américain contre Marsh, une entreprise de New York qui aurait assuré le pipeline.


En Tanzanie et en Ouganda, les opposants au projet et plusieurs journalistes ont été victimes de harcèlement, d’intimidations et d’arrestations arbitraires. Militante de l’environnement et des droits de l’homme à Hoima, en Ouganda, Comfert Aganyira, déclare ainsi que des inconnus se sont présentés à son bureau l’an dernier, l’ont bousculée et lui ont dérobé son téléphone. « Nous avons peur, mais nous travaillons de toute façon », dit-elle.


La ruée vers le pétrole a déjà provoqué une ruée de travailleurs, la construction de nouveaux hôtels et de routes éclairées dans la région de Hoima, dans l’ouest de l’Ouganda. Mais les activistes affirment que TotalÉnergies et ses partenaires ont gonflé le nombre d’emplois que le projet créera, ont minimisé l’étendue du forage dans le parc de Murchison et volontairement sous-estimé l’impact total du projet sur le climat.


Les environnementalistes jugent inacceptable le risque de catastrophe écologique. Le pipeline, le plus long conduit chauffé au monde, chevauchera le bassin du lac Victoria, qui approvisionne l’Ouganda, la Tanzanie et le Kenya en eau douce. Il traversera une région sismiquement active sur un littoral qui a protégé des réserves marines riches en mangroves et récifs coralliens (Lire ICI, en anglais).


Les sites de forage et le pipeline traverseront également des réserves de gibier et des steppes qui regorgent d’animaux comme les lions, les buffles et la girafe Rothschild en voie de disparition que les touristes affluent pour voir. Les activistes préviennent que le projet va endommager l’habitat et l’industrie touristique. Déjà, les véhicules qui roulent sur la route asphaltée à Murchison ont tué des animaux. La construction a poussé les éléphants et autres animaux dans les villages, où ils détruisent les cultures et endommagent les biens. Il y a peu, dans le parc, un troupeau d’éléphants protégeant un petit a menacé de charger plusieurs autobus transportant des travailleurs pétroliers.


Au plus fort de sa production, les militants pour le climat estiment que le projet est-africain entraînera 34 millions de tonnes d’émissions de CO2 par an, soit plus que les émissions totales actuelles de l’Ouganda et de la Tanzanie.


Pour Diana Nabiruma, de l’Institut africain pour la gouvernance de l’énergie, une telle quête de combustibles fossiles, malgré la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre, équivaut à incendier sa maison parce que les autres, dans la même rue, brûlent déjà. Mais les responsables des deux pays soulignent que leurs nations représentent une infime fraction des émissions mondiales - environ 36 milliards de tonnes.

A gauche : une route en construction pour le projet pétrolier dans le parc national de Murchison Falls. Les environnementalistes affirment que le projet perturbe déjà le mouvement de la faune. A droite : une girafe de Rotschild, dans le parc national de Murchison Falls en janvier.


Même ainsi, Ben Ntale, le guide touristique, s’inquiète des dommages durables à des endroits comme le parc Murchison, où TotalEnergies prévoit commencer le forage ce printemps. Voici quelques jours, il a encore vu une bande de buffles se vautrer dans la boue, un trio de calamars abyssins à la recherche de nourriture à proximité et une girafe solitaire au loin. Peu après, les travailleurs du pétrole sont arrivés, avec leurs camions, mettant fin à ce spectacle offert par la nature.

« C’est une tragédie », dit-il en hochant la tête. « Ce parc ne sera plus jamais le même. »


(à partir d'un reportage d'Abdi Latif Dahir pour The New York Times. Photographies Arlette Bashizi)


Photographie en tête d'article : Sarah Natukunda, mère de cinq enfants, dit avoir attendu des années que la compagnie pétrolière la paie pour ses terres, et que c’était trop peu pour acheter une parcelle de remplacement.


A lire : "L'oléoduc de pétrole brut d'Afrique de l'Est (EACOP) - une analyse spatiale des risques", ICI.



En Alaska, la « trahison climatique » de Joe Biden


Pendant ce temps, lundi dernier, Joe Biden approuvait le plan de 8 milliards de dollars de ConocoPhillips pour extraire 600 millions de barils de pétrole en Alaska, trahissant ainsi l’une de ses plus fameuses promesses de campagne électorale.


L’an dernier, alors que l’envoyé américain pour le climat, John Kerry, donnait des conférences aux pays d’Afrique subsaharienne sur les risques liés au développement des combustibles fossiles, les États-Unis ont approuvé plus d’expansion pétrolière et gazière que tout autre pays au monde, selon Oil Change International. Les États-Unis sont déjà le premier producteur mondial de pétrole et de gaz et le troisième consommateur de charbon. Cette année, ils deviendront également le premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié.


Le Willow Project est un projet de forage pétrolier massif sur le versant nord de l’Alaska, dans la réserve nationale, qui appartient au gouvernement fédéral. La zone où le projet est prévu peut contenir jusqu’à 600 millions de barils de pétrole. Le Willow Project a été lancé par ConocoPhillips est une société énergétique de Houston qui explore et fore du pétrole en Alaska depuis des années.

Si le projet en Alaska produit du pétrole comme prévu, il devrait générer 9,2 millions de tonnes métriques supplémentaires de CO2 chaque année, soit environ l’équivalent de deux nouvelles centrales au charbon ou de deux millions de voitures à essence supplémentaires.


Dans les colonnes de The Guardian (ICI), l’essayiste américaine Rebecca Solnit a dénoncé la « trahison climatique » de Joe Biden, et parle même d’un « acte de terrorisme contre le climat ». Dans un éditorial paru dans cette semaine dans The Hill (ICI), William S. Becker compare la dépendance aux énergies fossiles à l’addiction alcoolique : « Un verre de plus n’est pas une cuite, mais à un moment donné, si vous voulez en finir avec l’alcoolisme, vous devez réellement arrêter de boire. »


Le gouvernement américain verse chaque année plus de 10 milliards de dollars en subventions aux entreprises de combustibles fossiles. Comme si elles avaient besoin... La plus grande société pétrolière du monde, Saudi Aramco, vient d’annoncer son résultat pour 2022 : elle a dégagé un bénéfice record de 161 milliards de dollars !

Forage en Alaska, sous l'égide de la société ConocoPhillips



Entièrement gratuit et sans publicité ni aides publiques, édité par une association, le site des humanités entend pourtant fureter, révéler, défricher, offrir à ses lectrices et lecteurs une information buissonnière, hors des sentiers battus.

Il y a encore du pain sur la planche, il ne reste plus qu’à faire lever la pâte. Concrètement : pouvoir étoffer la rédaction, rémunérer des auteurs, et investir dans quelques outils de développement…


Pour encourager cette aventure, dès 1 € :

115 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page