top of page
Naviguez dans
nos rubriques

Orphelins d'Ukraine, de la déportation à l'adoption.


Les enfants orphelins, illégalement déportés d'Ukraine en Russie, sont en voie de "rééducation" avant d'être tout aussi illégalement adoptés. Vladimir Poutine vient de signer un décret pour faciliter le changement de nationalité de ces enfants, et ainsi faciliter les procédures d'adoption, au mépris du droit international.


Cet article vous est offert par la rédaction des humanités, média alter-actif. Pour persévérer, explorer, aller voir plus loin, raconter, votre soutien est très précieux. Abonnements ou souscriptions ICI


Le complexe "Romashka". C’est le nom d’un centre de vacances pour enfants, à Zolota Kosa, un village proche de Rostov, en Russie, sur la mer d'Azov. Selon un conseiller municipal de Marioupol, 540 orphelins du Donbass, dont 267 des districts de Volnovakha et Marioupol, y sont regroupés dans l’attente d’être disséminés sur l’ensemble du territoire russe.


Des enfants ukrainiens, au complexe "Romashka", près de Rostov.


D’après le journal Kommersant, plus de 400 enfants sont par ailleurs hébergés au centre d'hébergement temporaire (TAC) de Belgorod, à une trentaine de kilomètres de la frontière ukrainienne.

Vladimir Poutine vient de signer, le 25 mai, un décret pour simplifier l’octroi de la nationalité russe à ces enfants, et ainsi faciliter leur adoption.

Maria Lvova-Belova, sur la première chaîne de télévision russe, le 31 mai 2022 (capture d’écran).


Selon Lyudmyla Denisova, commissaire aux droits de l’homme auprès du parlement ukrainien, environ 2.000 orphelins (sur plus de 200.000 enfants) ont ainsi été illégalement amenés en Russie et séjournent dans plusieurs internats et foyers. Ceux-ci sont en cours de « rééducation », a commenté hier, 31 mai, Maria Lvova-Belova, commissaire présidentielle russe aux droits de l'enfant. Elle-même, membre du parti de Poutine Russie Unie, mariée à un prêtre orthodoxe, a déjà adopté 4 enfants (avant la guerre en Ukraine).


Rappelons que de telles adoptions sont contraires à la Convention sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale, signée à la Haye en 1993. Il est vrai que la Fédération de Russie est l’un des seuls pays signataires de cette convention à ne l’avoir toujours pas fait entrer en vigueur dans sa législation…



692 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout

1 komentarz


Comme dans le monde de 'Servante écarlate'... Les tueurs russes volent les enfants ukrainiens pour les éduquer à sa façon. On vit dans la dystopie.

Polub
bottom of page